Billie de James Erskine : critique

Publié par Erica Farges le 30 septembre 2020

Synopsis : Billie Holiday est l’une des plus grandes voix de tous les temps. Elle fut la première icône de la protestation contre le racisme ce qui lui a valu de puissants ennemis. A la fin des années 1960, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l’artiste. Elle recueille 200 heures de témoignages incroyables : Charles Mingus Tony Bennett, Sylvia Syms, Count Basie, ses amants, ses avocats, ses proxénètes et même les agents du FBI qui l’ont arrêtée…Mais le livre de Linda n’a jamais été terminé et les bandes sont restés inédites … jusqu’à présent. Billie est l’histoire de la chanteuse qui a changé le visage de la musique américaine et de la journaliste qui est morte en essayant de raconter l’histoire de Lady telle qu’elle était.

♥♥♥♥

 

Billie - affiche

Billie – affiche

La vie privée et les engagements sociaux de Billie Holiday, considérée comme l’une des plus grandes légendes du jazz, demeurent finalement très peu connus du grand public. Elle s’éteint en 1959, à seulement quarante-quatre ans. Une dizaine d’années après sa mort, Linda Lipnack Kuehl entreprend l’écriture de sa biographie. La journaliste meurt dans des conditions mystérieuses et les cassettes d’interviews effectuées au cours de ses recherches disparaissent également. Lorsqu’on lui demande de choisir une personnalité du monde de la musique pour tourner un documentaire à son sujet, Lady Day vient spontanément à l’esprit de James Erskine. Fasciné par ses talents artistiques et son histoire extraordinaire, ce dernier avait lu des rumeurs à propos des enregistrements disparus sur des sites de fans. À l’aide du producteur Barry Clark Ewers, il parvient à les retrouver chez un collectionneur du New Jersey, qui détenait aussi un manuscrit de la biographie jamais publiée. Postérieurement à un long travail de récupération audio des bandes qui n’avaient pas été écoutées depuis plus de quarante ans, l’équipe du long-métrage récolte des performances filmées de la chanteuse dans des archives du monde entier. Billie se structure donc autour de ces images de concerts et des entretiens enregistrés par Linda Lipnack Kuehl.

 

 

Afin de les rendre le plus vivantes possible, la colorisation des clichés et des bobines s’impose. L’idée n’était pas simplement de colorier le matériel d’archives, mais bien de redonner vie à cette période et aux lieux par lesquels est passée la chanteuse mythique. Cette mission artistiquement et techniquement exigeante est confiée à la coloriste Marina Amaral, dont le livre The Colour of Time, dédié à redonner des couleurs à des photos datant de 1850-1960, est une référence dans ce domaine.

 

Ici, son travail de colorisation exceptionnel ancre une personnalité majeure du blues et du jazz dans son époque tout en lui donnant une résonance contemporaine. Si le documentaire vise plutôt à lever le voile sur le vécu et la personnalité d’une célébrité de la musique, ses performances font partie intégrante de ce qu’elle était.

 

 

Née Eleanora Harris Fagan, elle fût marquée dans son enfance par les placements en maison de redressement pour les jeunes noirs, les abus sexuels et la prostitution à laquelle elle a été obligée de s’adonner dès l’âge de treize ans, ce qui lui valut un séjour en prison. À sa sortie, elle commence presque aussitôt à chanter dans des cabarets new-yorkais. C’est à ce moment qu’elle devient Billie Holiday. « Billie » en hommage à Billie Dove, son actrice préférée de cinéma muet. Pour son nom de scène, elle prend le patronyme de son père qui ne l’a jamais reconnue. À dix-huit ans, elle est repérée par un producteur de la maison de disque Columbia. En dépit de son succès et son immense talent, sa carrière est ponctuée par ses dépendances diverses, des persécutions de la part du FBI, ainsi que par les abus de plusieurs maris et managers.

 

Et c’est pour cela qu’inclurent des séquences de ses concerts est essentielle pour dresser ce excellent portrait. Dans ses intonations, ses expressions et sa gestuelle, on retrouve l’expression d’une vie riche en expériences et émotions, avec ses hauts et ses bas.

 

 

 

  • BILLIE
  • Sortie salles : 30 septembre 2020
  • Réalisation : James Erskine
  • Avec : Billie Holiday, Linda Lipnack Kuehl, Count Basie, Tony Bennett, Jimmy Fletcher, Bobby Tucker, Jimmy Rowles, Sylvia Syms
  • Scénario : James Erskine
  • Production : James Erskine, Victoria Gregory, Barry Clark Ewers, Laure Vaysse, Shianne Brown
  • Photographie : Tim Cragg
  • Colorisation : Marina Amaral
  • Montage : Avdhesh Mohla
  • Musique : Hans Mullens
  • Distribution : L’Atelier Distribution
  • Durée : 1h32

 

Commentaires

A la Une

Sidney : Première bande-annonce pour le documentaire sur l’acteur Sidney Poitier

Apple TV+ a dévoilé une bande-annonce pour son documentaire sur Sidney Poitier, qui mêle témoignages et images d’archives, retraçant la… Lire la suite >>

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts