Combo / Bertha Boxcar de Martin Scorsese : critique

Publié par Jacques Demange le 27 février 2021

Synopsis : En Arkansas, pendant la Grande Dépression, Bertha Thompson assiste à la mort de son père. Seule, sans travail ni domicile, elle se déplace d’un coin à l’autre en utilisant les wagons de trains de marchandises. Elle fait la connaissance d’un syndicaliste révolté avec lequel elle va former un couple de pilleurs de trains.

♥♥♥♥♥

 

Bertha Boxcar - combo Rimini

Bertha Boxcar – combo Rimini

Si avec son premier long métrage, Who’s That Knocking at My Door (1967), Martin Scorsese s’inscrivait dans l’esprit underground du cinéma de la côte Est, Bertha Boxcar (1972) lui permet de signer son incursion dans le Nouvel Hollywood. Produit par le pape de la série B, Roger Corman, le film se présente comme un exercice de style oscillant entre les libertés artistiques octroyées par la production indépendante et les exigences économiques imposées par le cinéma d’exploitation. À l’origine de ce projet, il y a Julie Corman, l’épouse de Roger Corman, qui achète les droits de Sister of the Road, autobiographie de Boxcar Bertha Thompson parue en 1937, racontant le quotidien d’une hobo durant la Grande Dépression. Sur le plateau, Scorsese fait l’expérience de la « méthode Corman », s’employant à respecter un cahier des charges relativement précis (nécessité de filmer des scènes de nu et privilégier l’exposition franche de la violence sur la suggestion), tout en s’assurant un soutien sans faille de la part de son producteur. Dans ses entretiens avec Richard Schickel, le cinéaste explique que ce second long métrage lui permis d’affirmer « [s]a façon de procéder : la mise en scène, la conception des mouvements de caméra, le fait de filmer des angles supplémentaires en vue du montage (…). Contrebalancer la méthode traditionnelle avec une autre plus innovante » (Richard Schickel, conversations avec Martin Scorsese, Sonatine Éditions, 2011).  Il est vrai que la réalisation de Bertha Boxcar (d)étonne. Les raccords dans l’axe ou les déplacements fébriles de la caméra confèrent une impulsion particulière à la fiction. 

 

 

Si le cinéaste se réfère directement aux Raisins de la colère (1940) et à La Route du tabac (1941) de John Ford, c’est le Bonnie and Clyde (1967) d’Arthur Penn qui vient plus naturellement à l’esprit. Dans un cas comme dans l’autre, l’arrière-plan historique des années 1930 permet une relecture métaphorique de l’Amérique contemporaine, entre la violence économique, la ségrégation raciale et une défense de la marginalité qui préfigure la révolution culturelle des sixties.

 

Lancés sur les rails du Sud profond, Boxcar Bertha (Barbara Hershey) et Big Bill Shelly (David Carradine) entretiennent une romance dont l’esprit d’absolu appelle à une résolution tragique. La crucifixion du second entérine les malheurs de la première qui, du vagabondage à la prostitution, voit son espièglerie sombrer dans la réalité crue et cruelle d’un monde dominé par les puissants.

 

L’héroïne du film rappelle la Natalie (Shirley Knight) des Gens de la pluie (Francis Ford Coppola, 1968) et semble annoncer la Holly (Sissy Spacek) de La Ballade Sauvage (Terrence Malick, 1973), s’inscrivant dans la lignée des ces nouvelles figures féminines qui dominent le cinéma américain des années 1970. Même ambivalence entre la pureté apparente et l’expression franche du désir, l’intensité de l’adolescence et la combattivité de la femme indépendante. C’est aussi sur ce point que Bertha Boxcar vaut le détour.

 

Bertha Boxcar - combo blu-ray et DVD

Bertha Boxcar – combo blu-ray et DVD

 

Le beau coffret proposé par Rimini Éditions s’accompagne de bonus de premier choix. D’abord, un long entretien avec Alexis Trosset, coauteur de l’ouvrage Martin Scorsese paru en 2004 chez Dark Star, qui décrypte les différentes facettes du film à travers le prisme du style du cinéaste. Ensuite, une instructive conversation avec Julie Corman qui revient sur la genèse du film et son contexte de production. Deux suppléments qui permettent de prolonger le plaisir pris à la vision de cet indispensable.

 

 

 

  • BERTHA BOXCAR
  • Éditions :  Combo Blu-ray + DVD
  • Date de sortie : 17 février 2021
  • Réalisateur : Martin Scorsese
  • Avec : Barbara Hershey, David Carradine, Barry Primus, Bernie Casey, John Carradine, Victor Argo, David Osterhout, Grahame Pratt,  « Chicken » Holleman , Harry Northup, Ann Morell, Marianne Dole, Joe Reynolds
  • Scénario : Joyce Hooper Corrington et John William Corrington, adapté du roman autobiographique Sister of the Road de Ben L. Reitman et Boxcar Bertha Thompson
  • Producteurs : Roger Corman et Samuel Z. Arkoff
  • Photographie : John M. Stephens
  • Montage : Buzz Feitshans
  • Musique : Gib Guilbeau et Thad Maxwell
  • Distribution : Rimini Éditions
  • Durée : 88 minutes
  • Sortie initiale : 14 juin 1972 (États-Unis) – 4 octobre 1973 (France)
  • Tarifs : 24,90 €

 

Commentaires

A la Une

Twilight of the Dead : le dernier film de zombie de George A. Romero pourrait voir le jour

La saga des zombies du regretté George A. Romero devrait se conclure avec un dernier film, Twilight of the Dead,… Lire la suite >>

Nomadland : une nouvelle bande-annonce pour le gagnant des Oscars

Multirécompensé, le film de Chloé Zhao avec Frances McDormand en vedette s’offre une nouvelle bande annonce et une date de… Lire la suite >>

Une première bande-annonce pour le très attendu Benedetta de Paul Verhoeven

Après une année d’attente supplémentaire, le nouveau Paul Verhoeven s’approche un peu plus des salles françaises. Dans cette première bande-annonce,… Lire la suite >>

Ewan McGregor incarne le couturier Halston dans la nouvelle série de Ryan Murphy

Disponible le 14 mai sur Netflix, la minisérie de cinq épisodes retrace la gloire et la descente aux enfers de… Lire la suite >>

Elizabeth Olsen en tueuse à la hache dans la série Love And Death

L’actrice américaine Elizabeth Olsen sera la tête d’affiche de Love and Death, une nouvelle minisérie pour HBO Max, sous la… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts