Combo / Jardins de pierre de Francis Ford Coppola : critique

Publié par Jacques Demange le 24 février 2021

Synopsis : 1969, Virginie. Au cimetière militaire d’Arlington, le lieutenant Jackie Willow est inhumé avec les honneurs de la nation. Avant de partir combattre au Vietnam, ce dernier avait fait ses premières armes au sein même de Fort Myer, chaperonné par le sergent Clell Hazard. Entre ce vétéran de Corée qui a cessé de croire à la nécessité de cette guerre et le jeune idéaliste Willow, une forte complicité s’était nouée au fil des mois…

♥♥♥♥♥

 

Jardins de pierre combo edition prestige limitee

Jardins de pierre – Combo édition prestige limitée

La découverte de Jardins de pierre (1987) s’apparente à une expérience sidérante. Comme si, près de dix ans après le bruit et la fureur déclenchés par Apocalypse Now (1979), Francis Ford Coppola choisissait de filmer le contrechamp de son opus magnum. Car si le cinéaste revient porter son regard sur la guerre du Vietnam, c’est d’abord pour inverser la perspective de sa mise en scène. D’autres avant lui avaient déjà choisi de filmer les coulisses du conflit, – Elia Kazan avec Les Visiteurs (1972), Hal Ashby avec Le Retour (1978), ou encore Bob Clark avec l’horrifique Le Mort-vivant (1974) -, mais Coppola se distingue de ses contemporains en prenant cette approche à rebours. Ce n’est pas l’après-guerre qui l’intéresse mais le prélude, la candeur de l’espoir plutôt que l’après-coup du trauma. Dès lors, tout oppose Jardins de pierre à Apocalypse Now. Les intérieurs l’emportent sur les décors de la jungle, le plan rapproché domine les vues d’ensemble. Le Vietnam n’apparaîtra que sous la forme de films d’archive dont la présence brève valorise le régime de l’indicible. Car c’est ici que s’affirme la beauté du film. Là où la force d’Apocalypse Now résidait dans sa puissance d’épanchement et sa volonté de monstration, Jardins de pierre favorise l’intime et le non-dit. Les latences s’articulent d’abord à travers les comportements des personnages. La rigidité martiale du jeune Jackie Willow (D.B. Sweeney), quintessence de la recrue prête à servir de chair à canon, s’oppose à l’ambiguïté des regards que portent sur lui le sergent Hazard (James Caan) et le sergent-major Nelson (James Earl Jones).

 

Jardins de pierre de Francis Ford Coppola

Jardins de pierre de Francis Ford Coppola

 

Vétérans de la guerre de Corée, ces deux figures tutélaires assument une posture contradictoire, défendant l’idéologie militaire contre celle de la politique. Le scénario de Ronald Bass, adapté du roman de Nicholas Proffitt, met ainsi en lumière la rupture créée par le conflit vietnamien au cœur même de l’armée américaine. L’approche du cinéaste vise donc moins le spectaculaire pour respecter la tonalité intérieure du drame. Loin de projeter les fantasmes belliqueux de ses personnages à grand renforts d’effets pyrotechniques, le réalisateur préfère explorer leurs contradictions en les inscrivant à l’intérieur d’un espace clos à même de traduire leur isolement. C’est donc une force centripète qui détermine l’atmosphère du film. Rien ne rompt franchement mais tout craquelle. Le vernis d’abord appliqué à la représentation virile du camp militaire s’effrite lors de scènes d’introspection qui voient les héros d’hier craindre la venue du lendemain.

 

En définitive, le climat crépusculaire annoncé par le titre du film concerne une race d’hommes auquel la guerre du Vietnam aura porté un coup fatal. Ce fatum qui s’articule autour de la thématique du clan rappelle bien évidemment les grands récits familiaux de Coppola. Moins qu’à Apocalypse Now, c’est à la trilogie du Parrain que Jardins de pierre semble alors se référer. Cette filiation est encore renforcée par certaines scènes-clé (mariage et enterrement), la musique de Carmine Coppola qui fait par moments penser aux compositions de Nino Rota, ainsi que par la photographie de Jordan Cronenweth, oscillant entre ombres ténébreuses et chaleur de l’ocré.

 

Jardins de pierre - Combo BR et DVD edition prestige limitee

Jardins de pierre – Combo BR et DVD édition prestige limitée

 

Cette différentes qualités sont excellemment analysées dans le bonus proposé par Carlotta. Le réalisateur et historien du cinéma Jean-Baptise Thoret propose une réflexion concise qui met à la fois en lumière le contexte de production du film et ses caractéristiques formelles. L’édition DVD et Blu-ray proposée par la maison Carlotta permet donc de sortir de l’oubli une pièce que l’on doit considérer comme maîtresse de la filmographie de Coppola.

 

 

 

  • JARDINS DE PIERRE (Gardens of Stone)
  • Édition : Blu-ray (master haute définition), DVD (nouveau master restauré) ou Éditions Prestige Limitées (Combo Blu-ray+ DVD + Memorabilia)
  • Date de sortie : 17 février 2021
  • Réalisateur : Francis Ford Coppola
  • Avec : James Caan, Anjelica Huston, James Earl Jones, D.B. Sweeney, Dean Stockwell, Mary Stuart Masterson, Dick Anthony Williams, Lonette McKee, Sam Bottoms, Elias Koteas, Laurence Fishburne, Casey Siemaszko, Peter Masterson, Carlin Glynn, Erik Holland, Bill Graham, Terrence Currier
  • Scénario : Ronald Bass adapté du roman éponyme de Nicholas Proffitt (Gardens of Stone)
  • Producteurs : Francis Ford Coppola et Michael I. Levy
  • Photographie : Jordan Cronenweth
  • Montage : Barry Malkin
  • Musique : Carmine Coppola
  • Distribution : Carlotta Films
  • Tarifs : 20 € (Blu-ray ou DVD) – 28 € (Combo Édition Prestige limitée comprenant un fac-similé du dossier de presse de l’époque, un jeu de 5 photos et une affiche)
  • Durée : 111 minutes
  • Sortie initiale : 8 mai 1987 (États-Unis) – 6 janvier 1988 (France)

 

Commentaires

A la Une

Sony conclut un accord avec Disney pour diffuser les Spider-Man et ses prochains films sur Disney+

Sony Pictures est l’un des seuls groupes à ne proposer pour le moment aucune plateforme de diffusion en streaming. Pourtant,… Lire la suite >>

Antoine Fuqua à la barre d’une nouvelle adaptation de La chatte sur un toit brûlant

Le réalisateur de Training Day et d’Equalizer va adapter la pièce de Tennessee Williams, La chatte sur un toit brûlant…. Lire la suite >>

Monte Hellman, le prix de l’indépendance

Principalement connu pour son film Macadam à deux voies (1971), le réalisateur Monte Hellman nous a quittés ce mardi 20… Lire la suite >>

Rob Zombie à la réalisation d’une adaptation de la série Les Monstres

Rob Zombie va réaliser un film adapté de la série Les Monstres des années 1960. Cette relecture pourrait être diffusée à la… Lire la suite >>

Love, Death + Robots : une première bande-annonce impressionnante pour la saison 2

La série animée d’anthologie de David Fincher et Tim Miller sera de retour sur Netflix en mai prochain.      … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts