Livre / Marco Ferreri. Le cinéma ne sert à rien : critique

Publié par Jacques Demange le 3 février 2021

Résumé : Qui a vu les films de Marco Ferreri ? En 1973, dans le sillage du scandale de La Grande Bouffe, le réalisateur italien s’est taillé une réputation sulfureuse. On le redécouvre aujourd’hui comme un immense cinéaste de l’absurde et un pourfendeur de la société de consommation, ayant offert les rôles les plus controversés aux stars de son époque (Annie Girardot, Ugo Tognazzi, Michel Piccoli, Catherine Deneuve, Marcello Mastroianni, Gérard Depardieu, Hanna Schygulla…). Ce livre, le premier en français consacré à la filmographie complète de Marco Ferreri, remet en lumière l’un des secrets les mieux gardés de la cinéphilie moderne. De l’humour noir au féminisme, du grotesque au sublime, c’est la fresque documentée et passionnée d’une œuvre culte ; on y découvre le portrait d’un grand maître mésestimé de l’âge d’or du cinéma italien qui, à contre-courant des stéréotypes de son époque, n’a pas fini de nous troubler, dérouter, sidérer.

♥♥♥♥♥

 

Marco Ferreri le cinema ne sert a rien - livre

Marco Ferreri. Le cinéma ne sert à rien – livre

Quoiqu’au auréolée d’une réputation sulfureuse, l’œuvre du réalisateur Marco Ferreri n’a jamais fait l’objet d’une actualité éditoriale importante. En 1986, Michel Mahéo lui avait consacré une biographie assez peu consistante et on pouvait craindre que le nom du cinéaste soit finalement réduit au titre de sa plus fameuse production : La Grande BouffeCelui qui avait déclaré en 1968 que « à la longue, le cinéma ne sert à rien du tout » se voit pourtant aujourd’hui consacrer un joli ouvrage signé par Gabriela Trujillo, historienne du cinéma et essayiste, dont les prétentions, et les réussites, sont multiples. Se plaçant d’abord sous l’obédience de l’écriture monographique, l’auteure rappelle le parcours peu commun de ce réalisateur qui fit ses classes en Espagne avant de venir bousculer la cinématographie transalpine et faire trembler le cinéma européen tout entier. On apprend ainsi qu’aux côtés du scénariste et écrivain Rafael Scanoza, Ferreri participa à la grande révolution du cinéma espagnol qui vit émerger les figures de Carlos Saura et Luis Berlanga, et revenir celle de Bunuel. Fuyant la censure franquiste, le réalisateur est marqué par les soubresauts socio-politiques de l’Italie de la fin des années 1960. Accompagnateur du désordre établi, il édifie une œuvre dont Trujillo rappelle tout à la fois la cohérence et la richesse. La structure et l’écriture de son ouvrage impressionnent doublement. D’abord, par l’esprit de synthèse qui s’en dégage, l’auteure relevant habilement les grands motifs et thématiques qui traversent la filmographie de Ferreri. Ensuite, par une certaine audace qui la voit emprunter la forme de l’encyclopédie pour édifier une taxinomie du bestiaire cher au réalisateur, et entrecouper son étude de différents focus sur ses plus célèbres collaborateurs ou amis. 

 

On prend ainsi plaisir à voir décortiqués les rapports entre hommes et femmes entrecoupés d’un chapitre assez complet sur la figure d’Ugo Tognazzi. Si l’on aurait pu souhaiter la présence d’une bibliographie (avec notamment une recension des articles de périodiques qui furent consacrés au cinéaste), on goûte sans réserve la prose de Trujillo qui donne envie de (re)découvrir la truculence cinématographique de Ferreri.

 

 

 

  • MARCO FERRERI. LE CINÉMA NE SERT À RIEN
  • Autrice : Gabriela Trujillo
  • Éditions : Capricci
  • Date de parution : 7 janvier 2021
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 196 pages
  • Tarifs : 18 € (print) – 9,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Twilight of the Dead : le dernier film de zombie de George A. Romero pourrait voir le jour

La saga des zombies du regretté George A. Romero devrait se conclure avec un dernier film, Twilight of the Dead,… Lire la suite >>

Nomadland : une nouvelle bande-annonce pour le gagnant des Oscars

Multirécompensé, le film de Chloé Zhao avec Frances McDormand en vedette s’offre une nouvelle bande annonce et une date de… Lire la suite >>

Une première bande-annonce pour le très attendu Benedetta de Paul Verhoeven

Après une année d’attente supplémentaire, le nouveau Paul Verhoeven s’approche un peu plus des salles françaises. Dans cette première bande-annonce,… Lire la suite >>

Ewan McGregor incarne le couturier Halston dans la nouvelle série de Ryan Murphy

Disponible le 14 mai sur Netflix, la minisérie de cinq épisodes retrace la gloire et la descente aux enfers de… Lire la suite >>

Elizabeth Olsen en tueuse à la hache dans la série Love And Death

L’actrice américaine Elizabeth Olsen sera la tête d’affiche de Love and Death, une nouvelle minisérie pour HBO Max, sous la… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts