Livre / Le cinéma et ses doubles : critique

Publié par Jacques Demange le 10 avril 2021

Résumé : Les images de film circulent. Plus que jamais depuis leur numérisation, elles sont extraites, collectées, retouchées, remontées et rediffusées sur des supports variés, avec des conséquences indéniablement positives (redécouvrir des films, explorer la plasticité inégalée de l’image de cinéma) et d’autres plus controversées (le « visionnage », individuel, fragmenté, distrait, qui remplace le regard attentif et le spectacle collectif). C’est aux effets de cette circulation que le présent ouvrage s’intéresse – aux changements de forme, de réception, de sens et de valeur des images qu’elle implique.

♥♥♥♥

 

Le cinema et ses doubles - ere found footage - livre

Le cinéma et ses doubles – livre

En interrogeant le found footage comme un procédé dont la multiplicité des pratiques fait écho à celle de ses orientations et perspectives, Martine Beugnet, professeur en études visuelles à l’Université de Paris et auteure de plusieurs articles et ouvrages sur le cinéma et les médias, cherche à décrypter les mutations et prolongements numériques de l’image cinématographique. Du gif au glitch en passant par le data moshing et le mash-up (un vaste ensemble de notions qui aurait mérité la présence d’un glossaire), l’arsenal des techniques de découpage et de remontage de séquences ou de plans s’est rapidement imposé comme un nouveau mode de production et de consommation audio-visuel. Restait à comprendre l’intérêt que pouvait y trouver le cinéma au-delà des simples stratégies de détournement commercial et de citation ludique. En se focalisant sur différentes installations ou œuvres contemporaines, Beugnet souligne le potentiel artistique et esthétique contenu par ces techniques. Ses nombreuses analyses marquent par leur pertinence et leur façon de percevoir le renouvellement numérique comme un moyen de revenir aux principes du dispositif cinématographique. Comme l’écrit l’auteure « le found footage peut s’envisager à la fois comme une émanation de la passion cinéphile populaire et artistique, une approche quasi-anthropologique du corps filmé, ou encore l’exploration d’un inconscient cinématographique ». Cette volonté de creuser la surface des nouveaux écrans permet donc d’envisager la récupération et la numérisation des images filmiques comme un outil d’exploration révélant la singularité d’un usage et d’une posture qui fait de la méthodologie le principal enjeu de la production audio-visuelle.

 

Cette problématique ontologique ne se limite pourtant pas seulement aux œuvres transmédiatiques d’artistes issus de la sphère des arts visuels. Beugnet s’intéresse ainsi aux producteurs de réalisateurs confirmés : Artaud Double Bill (2007) et Nos espérances (2019), deux courts métrages respectivement réalisés par Atom Egoyan et Jean-Luc Godard et Personal Shopper (2016), long métrage d’Olivier Assayas. C’est ici le rapport entre écran cinématographique et écran domestique qui fonde la particularité de l’étude, se développant à travers une jolie réflexion sur la persistance et l’évolution des bordures du cadre et de la répartition des espaces de la fiction et de la création.

 

Si le renvoi aux notions de collection et d’ornement ou à l’espace-temps du cabinet de curiosités permet d’éclairer les singularités de ces nouvelles modalités de production, on regrette que Beugnet ne se soit pas attelée plus longuement à une archéologie de ces pratiques. Les stock-shots qui firent les beaux jours du cinéma d’exploitation supposaient déjà une réflexion sur la récupération et le remontage des images, tandis que la récupération d’un monceau de décor (à l’image de l’escalier de La Féline [1942] hérité du tournage de La Splendeur des Amberson) attisaient l’imaginaire et l’attention du spectateur à partir d’un imaginaire commun.

 

Ce manque mis à part, l’ouvrage fait preuve d’un indéniable intérêt scientifique et d’une réussite dans ses démonstrations que seconde encore parfaitement la présence de différentes captures d’écran.

 

 

 

  • LE CINÉMA ET SES DOUBLES.
  • L’IMAGE DE FILM À L’ÈRE DU FOUND FOOTAGE NUMÉRIQUE ET DES ÉCRANS DE POCHE
  • Autrice : Martine Beugnet
  • Éditions : Le Bord de l’eau
  • Collection : UDPN
  • Date de parution : 19 mars 2021
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 164 pages
  • Tarifs : 10 €

Commentaires

A la Une

Nyad : Jodie Foster rejoint Annette Bening dans le biopic consacré à Diana Nyad

Jodie Foster sera aux côtés d’Annette Bening pour les débuts des documentaristes Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi au cinéma,… Lire la suite >>

The Girl From Plainville : premier aperçu d’Elle Fanning dans la série tirée de l’affaire Commonwealth v. Michelle Carter

La prochaine série d’Hulu, prévue pour cet été, reviendra sur l’affaire Michelle Carter, accusée d’homicide involontaire dans le suicide de… Lire la suite >>

Johnny Depp en Louis XV dans le prochain Maïwenn

Discret sur les écrans depuis ses déboires judiciaires, Johnny Depp devrait apparaître sous les traits du roi Louis XV devant… Lire la suite >>

Heat 2 : une date de sortie enfin annoncée pour le roman de Michael Mann

Annoncé en 2016, Heat 2 sera publié en août 2022 aux États-Unis et reviendra sur les origines des protagonistes puis… Lire la suite >>

Gaspard Ulliel nous a quittés à l’âge de 37 ans

L’acteur Gaspard Ulliel est décédé tragiquement ce 19 janvier 2022 des suites d’un accident de ski en Savoie. Ses débuts… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SPIDER-MAN : NO WAY HOME 310 286 5 6 444 355
2 ADIEU MONSIEUR HAFFMANN 261 930 1 261 930
3 SCREAM 212 555 1 212 555
4 TOUS EN SCENE 2 145 018 4 2 147 464
5 THE KING'S MAN : PREMIERE MISSION 131 293 3 670 114
6 OUISTREHAM 126 975 1 126 975
7 EN ATTENDANT BOJANGLES 125 509 2 353 985
8 LICORICE PIZZA 75 170 2 192 041
9 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 71 194 8 2 601 773
10 MATRIX RESURRECTIONS 61 990 4 919 226

Source: CBO Box office

Nos Podcasts