Livre / Le cinéma et ses doubles : critique

Publié par Jacques Demange le 10 avril 2021

Résumé : Les images de film circulent. Plus que jamais depuis leur numérisation, elles sont extraites, collectées, retouchées, remontées et rediffusées sur des supports variés, avec des conséquences indéniablement positives (redécouvrir des films, explorer la plasticité inégalée de l’image de cinéma) et d’autres plus controversées (le « visionnage », individuel, fragmenté, distrait, qui remplace le regard attentif et le spectacle collectif). C’est aux effets de cette circulation que le présent ouvrage s’intéresse – aux changements de forme, de réception, de sens et de valeur des images qu’elle implique.

♥♥♥♥

 

Le cinema et ses doubles - ere found footage - livre

Le cinéma et ses doubles – livre

En interrogeant le found footage comme un procédé dont la multiplicité des pratiques fait écho à celle de ses orientations et perspectives, Martine Beugnet, professeur en études visuelles à l’Université de Paris et auteure de plusieurs articles et ouvrages sur le cinéma et les médias, cherche à décrypter les mutations et prolongements numériques de l’image cinématographique. Du gif au glitch en passant par le data moshing et le mash-up (un vaste ensemble de notions qui aurait mérité la présence d’un glossaire), l’arsenal des techniques de découpage et de remontage de séquences ou de plans s’est rapidement imposé comme un nouveau mode de production et de consommation audio-visuel. Restait à comprendre l’intérêt que pouvait y trouver le cinéma au-delà des simples stratégies de détournement commercial et de citation ludique. En se focalisant sur différentes installations ou œuvres contemporaines, Beugnet souligne le potentiel artistique et esthétique contenu par ces techniques. Ses nombreuses analyses marquent par leur pertinence et leur façon de percevoir le renouvellement numérique comme un moyen de revenir aux principes du dispositif cinématographique. Comme l’écrit l’auteure « le found footage peut s’envisager à la fois comme une émanation de la passion cinéphile populaire et artistique, une approche quasi-anthropologique du corps filmé, ou encore l’exploration d’un inconscient cinématographique ». Cette volonté de creuser la surface des nouveaux écrans permet donc d’envisager la récupération et la numérisation des images filmiques comme un outil d’exploration révélant la singularité d’un usage et d’une posture qui fait de la méthodologie le principal enjeu de la production audio-visuelle.

 

Cette problématique ontologique ne se limite pourtant pas seulement aux œuvres transmédiatiques d’artistes issus de la sphère des arts visuels. Beugnet s’intéresse ainsi aux producteurs de réalisateurs confirmés : Artaud Double Bill (2007) et Nos espérances (2019), deux courts métrages respectivement réalisés par Atom Egoyan et Jean-Luc Godard et Personal Shopper (2016), long métrage d’Olivier Assayas. C’est ici le rapport entre écran cinématographique et écran domestique qui fonde la particularité de l’étude, se développant à travers une jolie réflexion sur la persistance et l’évolution des bordures du cadre et de la répartition des espaces de la fiction et de la création.

 

Si le renvoi aux notions de collection et d’ornement ou à l’espace-temps du cabinet de curiosités permet d’éclairer les singularités de ces nouvelles modalités de production, on regrette que Beugnet ne se soit pas attelée plus longuement à une archéologie de ces pratiques. Les stock-shots qui firent les beaux jours du cinéma d’exploitation supposaient déjà une réflexion sur la récupération et le remontage des images, tandis que la récupération d’un monceau de décor (à l’image de l’escalier de La Féline [1942] hérité du tournage de La Splendeur des Amberson) attisaient l’imaginaire et l’attention du spectateur à partir d’un imaginaire commun.

 

Ce manque mis à part, l’ouvrage fait preuve d’un indéniable intérêt scientifique et d’une réussite dans ses démonstrations que seconde encore parfaitement la présence de différentes captures d’écran.

 

 

 

  • LE CINÉMA ET SES DOUBLES.
  • L’IMAGE DE FILM À L’ÈRE DU FOUND FOOTAGE NUMÉRIQUE ET DES ÉCRANS DE POCHE
  • Autrice : Martine Beugnet
  • Éditions : Le Bord de l’eau
  • Collection : UDPN
  • Date de parution : 19 mars 2021
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 164 pages
  • Tarifs : 10 €

Commentaires

A la Une

Spermageddon : un film d’animation norvégien prometteur

Originals Factory a acquis les droits de distribution en France de cette comédie musicale animée autour du sexe, qui sera… Lire la suite >>

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intrigant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

RIP : Matt Damon et Ben Affleck à l’affiche d’un thriller criminel sur Netflix

La plateforme de streaming a récemment acquis les droits du film qui sera écrit et réalisé par Joe Carnahan, avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts