À l’abordage de Guillaume Brac : critique

Publié par CineChronicle le 24 mai 2021

Synopsis : Paris, un soir au mois d’août. Un garçon rencontre une fille. Ils ont le même âge, mais n’appartiennent pas au même monde. Félix travaille, Alma part en vacances le lendemain. Qu’à cela ne tienne. Félix décide de rejoindre Alma à l’autre bout de la France. Par surprise. Il embarque son ami Chérif, parce qu’à deux c’est plus drôle. Et comme ils n’ont pas de voiture, ils font le voyage avec Edouard. Evidemment, rien ne se passe comme prévu. Peut-il en être autrement quand on prend ses rêves pour la réalité?

♥♥♥♥♥

 

A labordage de Guillaume Brac - affiche

À l’Abordage de Guillaume Brac – affiche

Ni réalisme social, ni comédie sentimentale, ni buddy movie, ni cinéma d’auteur « parisien »… À l’abordage de Guillaume Brac est en fait un peu tout cela à fois et bien plus encore. Dans la lignée d’illustres prédécesseurs, tels qu’Eric Rohmer ou Jacques Rozier, et en une poignée de films de fiction et de documentaire, le cinéaste pose sa caméra sur des chemins de traverse et saisit la vacuité de ses personnages dans une écoute sensible de leurs difficultés, en parfaite résonance avec notre époque. Par une belle soirée d’été, Félix (Eric Nantchouang), un jeune homme noir, se promène à Paris le long des berges et observe la foule en liesse. Progressivement, il se mêle à la fête et danse langoureusement avec une jeune fille, Alma (Asma Messaoudene), avec laquelle il prolonge la nuit. Mais à peine réveillée, elle le plante pour attraper son train et rejoindre sa famille en vacances. En une succession rapide de scènes précises et elliptiques à l’ouverture, l’action se met en place. Le bouillonnant jeune homme se voit dès lors entraîné à son tour sur les routes à la conquête de son « amoureuse ». Guillaume Brac, en partenariat avec le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, a choisi quelques élèves et au cours de l’atelier a construit son récit et ses personnages. Avec sa troupe d’acteurs et non-acteurs, il compose ainsi une sorte d’arborescence où tous vont se croiser et se recroiser, se heurter et s’attirer, dans une scénographie et chorégraphie des corps à ciel ouvert. Félix va rallier son ami Cherif à sa cause dans son épopée puis va rencontrer Edouard. Cherif, ne participant pas aux baignades et activités nautiques et sportives lié à son embonpoint, reste souvent seul au camping où il va se rapprocher d’Helena (Ana Blagojevic) et de sa petite fille Nina. Alma, blessée au pied, va solliciter l’infirmier du camping, Nicolas (Nicolas Pietri), qui lui-même va se confronter à la sœur de cette dernière, Lucie (Lucie Gallo), etc. 

 

A labordage de Guillaume Brac

À l’abordage de Guillaume Brac

 

Brac multiplie avec maestria les interactions par ce tour de force scénaristique, attribuant à chaque rôle un parcours, une vie propre à laquelle on prend le temps de s’intéresser. Et dans cette ronde où se multiplie les collisions du désir, cette circulation amène chacun d’entre eux à évoluer et modifier son jugement. Le cinéaste expliquait dans une interview, à propos de Félix, comment mettre en scène des personnages noirs aujourd’hui et comment faire pour que ce ne soit pas un sujet en soi. En effet, il ne lui faut que quelques scènes pour débarrasser Félix du costume de l’emploi du « jeune black issu de la banlieue ».

 

À peine comprend-on que le jeune homme est aide à domicile que le film bifurque vers une autre piste au lieu de s’appesantir sur sa précarité sociale. Un déplacement s’opère alors et la conversation rebondit sur les confidences du jeune homme à la vieille dame. Celle-ci l’encourage et le pousse à ne pas laisser passer sa chance. Dès cet instant, le voyage démarre et on entre dans le tourment universel de tous les jeunes amoureux, quel que soit l’endroit, l’environnement social ou l’époque. À l’image de cette très belle scène de réconciliation entre Félix et Alma, alors qu’ils se baignent dans la rivière sous les yeux envieux d’Edouard et Chérif, se considérant tous deux comme des « galériens de l’amour ».

 

A labordage de Guillaume Brac

À l’abordage de Guillaume Brac

 

Une fois tous les récits attendus déconstruits, ce qui reste et nous concerne tous est cette intensité émotionnelle de l’instant décisif qui se dilate et nous palpite le cœur. Sans le savoir, Guillaume Brac nous rappelle à travers cette comédie d’apprentissage, tournée en 2019 avant la crise sanitaire, ce qui allait tant nous manquer : les rencontres. Ce sel même de l’existence.

 

Hélène Joly

 

 

 

  • À L’ABORDAGE
  • Diffusion : le 28 mai 2021 sur Arte / disponible du 21 mai au 26 juin 2021 sur Arte.tv
  • Réalisation : Guillaume Brac
  • Avec : Eric Nantchouang, Salif Cissé, Edouard Sulpice, Asma Messaoudene, Ana Blagojevic, Martin Mesnier, Lucie Gallo, Nicolas Pietri, Cécile Fueillet, Jordan Rezgui
  • Scénario : Guillaume Brac, Catherine Paillé
  • Production : Geko Films, Arte France
  • Photographie : Alan Guichaoua
  • Montage : Héloïse Pelloquet
  • Costumes : Marine Galliano
  • Distribution : Jour2Fête
  • Durée : 1h35

 

Commentaires

A la Une

Kaamelott – Premier Volet se précise dans un premier trailer

La suite des aventures du roi Arthur et de ses chevaliers arrive dans moins d’un mois au cinéma. Un premier… Lire la suite >>

Polaris : Joaquin Phoenix et Rooney Mara dans le nouveau projet de Lynne Ramsay

Après A Beautiful Day, Joaquin Phoenix va retrouver la réalisatrice Lynne Ramsay pour Polaris, aux côtés de sa compagne Rooney… Lire la suite >>

Blacula revient d’entre les morts dans une nouvelle version

La MGM et les producteurs Deon Taylor et Roxanne Avent Taylor préparent une relecture de Blacula, classique de l’horreur et… Lire la suite >>

Colin Farrell et Rachel Weisz dans une relecture du mythe œdipien de Todd Solondz

Après The Lobster de Yorgos Lanthimos, Colin Farrell et Rachel Weisz vont se retrouver dans le nouveau film cauchemardesque et… Lire la suite >>

Zoë Kravitz passe à la réalisation avec Pussy Island

Zoë Kravitz fera ses débuts derrière la caméra avec Pussy Island, qui mettra en vedette Channing Tatum dans la peau… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CONJURING : SOUS L'EMPRISE DU DIABLE 409 283 2 1 074 759
2 SANS UN BRUIT 2 228 844 1 228 844
3 UN HOMME EN COLERE 149 025 1 149 025
4 UN TOUR CHEZ MA FILLE 146 389 1 146 389
5 LES 2 ALFRED 118 883 1 118 883
6 NOMADLAND 104 442 2 229 469
7 LE DISCOURS 94 587 2 216 327
8 THE FATHER 82 439 4 467 582
9 ADIEU LES CONS 73 187 35 1 757 150
10 LES BOUCHETROUS 55 260 4 245 014

Source: CBO Box office

Nos Podcasts