Richard Donner

Richard Donner

Disparu ce 5 juillet 2021, Richard Donner laisse derrière lui une œuvre prolixe dominée par certains titres qui continuent de profiter d’une popularité multigénérationnelle.

 

 

 

L’Américain Richard Donner peut être considéré comme un réalisateur générationnel. Ses films les plus plébiscités par le grand public (Superman [1978] ; Les Goonies |1985] ; Fantômes en fête [1988] ; Maverick [1994] ; Assassins [1995] ; les quatre épisodes de la franchise L’Arme fatale [1987, 1989, 1992, 1998]) profitent d’abord du rayonnement du souvenir nostalgique.

 

Si son premier long métrage, X-15, remonte à 1961, le cinéaste se forme à la télévision tout au long des années 1960, enchaînant la réalisation d’épisodes de séries télévisées (Au nom de la loi ; Route 66 ; La Quatrième Dimension ; Perry Mason ; Max la Menace…).

 

La décennie suivante le voit s’imposer au cinéma grâce à la mise en scène de La Malédiction (1976). Ce film d’horreur qui reprend à son compte la thématique de l’enfant démoniaque popularisée par L’Exorciste (William Friedkin, 1973), profite d’une distribution prestigieuse avec en tête d’affiche Gregory Peck et Lee Remick. Convaincu de sa capacité à superviser une grosse production, la Warner l’engage pour Superman, première adaptation en long métrage des aventures du super-héros, qui profite d’un budget conséquent (55 millions de dollars).

 

Si le rôle-titre revient à l’inconnu Christopher Reeves, le film permet à nouveau à Donner de diriger certains grands noms d’Hollywood (Marlon Brando et Gene Hackman en tête). Succès à sa sortie et salué pour la qualité de ses effets spéciaux (qui lui permettront de remporter un Oscar), Superman sut conserver son statut de film-culte et permit à Donner d’imposer son nom auprès du public.

 

Sa première qualité tint sans doute à sa capacité à servir les scénarios de ses productions et à valoriser le talent de ses interprètes. Sur ce point, son nom est indissociable de celui de Mel Gibson dont il contribue à lancer la carrière de star avec L’Arme fatale avant de l’accompagner dans le western Maverick et le thriller Complots (1996). Encourageant tour à tour sa part séductrice et son côté autodestructeur, Donner sut valoriser l’ambivalence stylistique de l’acteur, entre maîtrise du corps en action et dérèglement névrotique rendu apparent par l’expressivité de son visage.

 

Au service du divertissement, Donner était particulièrement à l’aise dans les films d’action. Assassins avec Sylvester Stallone et Antonio Banderas et 16 blocs (2006), son dernier film, avec Bruce Willis, prouvèrent que le cinéaste n’avait rien perdu de sa maîtrise. On retiendra encore sa prolixité qui le vit se prêter aux genres du fantastique (Ladyhawke [1985]), du merveilleux (Les Goonies) ou de la science-fiction (Prisonniers du temps [2003]).

 

Preuve que son nom n’avait pas été oublié : la sortie en vidéo de sa version de Superman 2, film sorti initialement en 1980 et qui le vit être évincé du tournage pour être remplacé par Richard Lester.

 

Commentaires

A la Une

The Department : Michael Fassbender pourrait jouer dans la série d’espionnage de George Clooney

Michael Fassbender est actuellement en discussion pour rejoindre The Department, la série d’espionnage réalisée par George Clooney et basée sur… Lire la suite >>

César 2024 : Anatomie d’une Chute rafle la mise avec six récompenses

L’Olympia accueillait la 49e Cérémonie des César ce vendredi 23 février. Si les récompenses n’ont pas créé de grandes surprises,… Lire la suite >>

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts