American Nightmare 5 – sans limites de Everardo Gout : critique

Publié par Jacques Demange le 4 août 2021

Synopsis : Adela et son mari Juan habitent au Texas, où Juan travaille dans le ranch de la très aisée famille Tucker. Juan gagne l’estime du patriarche Caleb Tucker, ce qui déclenche la jalousie de Dylan, son fils. La matinée suivant le déchainement nocturne de violence annuelle, un groupe masqué attaque la famille Tucker alors que le pays entier sombre dans la spirale du chaos et que les États-Unis se désagrègent petit à petit autour d’eux.

♥♥♥♥♥

 

American Nightmare 5 sans limites - affiche

American Nightmare 5 sans limites – affiche

Difficile de savoir ce qu’il adviendra de American Nightmare, franchise horrifique qui dès son premier opus avait décidé d’enrichir son argument narratif d’un discours critique prenant pour cible la violence qui agite la civilisation américaine. Son idée de base était à la fois simple et efficace : afin de lutter contre la recrudescence de la criminalité et purger la société de ses vices, le gouvernement américain a instauré une journée durant laquelle pillage, meurtre et autres sévices peuvent être exécutés en toute impunité. L’intérêt du film était d’être parvenu à prendre à bras le corps ce concept en exploitant à la fois le suspense de son dispositif (une journée de survie) et ses problématiques politiques sous-jacentes (le jour de la Purge révélant la fracture sociale entre les très riches se réfugiant dans leurs vastes demeures transformés en bunkers et les classes laborieuses prises au piège à l’intérieur de leurs vétustes appartements). Si le troisième film de la saga avait réussi à prolonger cette idée en entérinant son propos (l’accès au pouvoir d’un gouvernement démocratique mettant fin au massacre), le quatrième opus prenait la forme d’un préquel un peu poussif qui signalait la présence d’un inévitable essoufflement. L’annonce d’un cinquième épisode laissait donc présager le pire, et pourtant… En se nourrissant de l’actualité politique la plus récente (du mouvement Black Lives Matter à l’invasion du Capitole par les partisans de Trump), American Nightmare 5 parvient en partie à régénérer l’esprit de la franchise. Le choix du Texas comme nouveau territoire fictionnel permet ainsi de broder une réflexion sur l’immigration et le racisme qui évite assez habilement les facilités du moralisme ronflant pour aboutir à un dénouement joliment ironique (le Mexique devenant la nouvelle terre de Liberté, inversant l’orientation du flux migratoire).

 

American Nightmare 5 - sans limites

American Nightmare 5 – sans limites

 

La subtilité de cette idée demeure malheureusement desservie par la caractérisation archétypale des personnages et des séquences d’action. Le folklore horrifique déployé par les précédents opus et qui empruntait à certains classiques du genre (The Warriors [1979] de Walter Hill en premier lieu, mais aussi Orange mécanique et Mad Max) ne subsiste qu’à travers quelques plans qui prennent valeur de vestiges un peu creux. Si la fiction de la saga semble avoir regagné en profondeur, sa mise en scène demeure à la surface, ne parvenant à aménager efficacement ses effets et faisant préférer au spectateur les moments de halte aux temps forts.

 

Victoire du fond sur la forme, du contenu sur le style ? Sans doute, et la franchise ne devrait pouvoir trouver son Salut qu’en se plaçant entre les mains d’un réalisateur capable de concilier l’efficience du propos à la sidération des images. Alors que James DeMonaco (réalisateur des trois premiers opus et scénariste de l’ensemble des productions de la franchise) avait envisagé de clore sa saga avec le présent film, l’annonce de la mise en chantier d’une nouvelle suite vient relancer l’interrogation quant à la destinée du cauchemar américain. Suite au prochain épisode, donc.

 

 

 

  • AMERICAN NIGHTMARE 5 : SANS LIMITES (The Forever Purge)
  • Sortie salles :  4 août 2021
  • Réalisation : Everardo Gout
  • Avec : Ana de la Reguera, Josh Lucas, Cassidy Freeman, Veronica Falcon, Leven Rambin, Will Patton, Susie Abromeit, Tenoch Huerta, Alejandro Edda, Will Brittain, Anthony Molinari, Antwan Eilish, Brett Edwards, Edward Gelhaus, Gregory Zaragoza, Sammi Rotibi
  • Scénario : James DeMonaco
  • Producteurs : Michael Bay, Jason Blum, Andrew Form, Brad Fuller, Sébastien K. Lemercier
  • Photographie : Luis David Sansans
  • Montage : Todd E. Miller et Vincent Tabaillon
  • Décors : Jennifer Spence
  • Costumes : Leah Butler
  • Musique : The Newton Brothers
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 1 h 44

 

Commentaires

A la Une

L’actrice et chanteuse Olivia Newton-John est décédée à l’âge de 73 ans

La célèbre interprète de Sandy Olsson dans la comédie musicale Grease a poussé son dernier souffle des suites d’un long… Lire la suite >>

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BULLET TRAIN 460 136 1 460 136
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 251 426 5 3 145 264
3 THOR : LOVE AND THUNDER 250 210 4 2 379 227
4 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 222 730 2 556 091
5 TOP GUN : MAVERICK 165 278 11 5 877 276
6 DUCOBU PRESIDENT ! 132 886 4 870 163
7 MENTEUR 109 332 4 694 419
8 L'ANNEE DU REQUIN 79 534 1 79 534
9 LA NUIT DU 12 54 557 4 296 044
10 JOYEUSE RETRAITE 2 52 910 3 300 700

Source: CBO Box office

Nos Podcasts