Exposition CineMode Jean-Paul Gaultier - La Cinematheque francaise

Exposition CinéMode Jean-Paul Gaultier – La Cinémathèque française © Capucine Henry.

Le créateur mythique nous donne rendez-vous pour une immersion haut de couture dans la pop culture, qui nous fait prendre conscience de l’interdépendance entre ses deux arts majeurs et de l’importance du cinéma dans sa carrière et sa vie.

 

 

 

Exposition CineMode - affiche

Exposition CinéMode – affiche – Jean Paul Gaultier à la Cinémathèque française © Capucine Henry

Jean Paul Gaultier s’en est donné à cœur joie lors du vernissage presse de CinéMode ce lundi 4 octobre au matin pour nous faire partager sa passion pour la mode et pour le 7ème art. La visite a débuté par où tout a commencé : Falbalas de Jacques Becker (1945).

 

Un jour, celui qui répètera plus tard « Sans le défilé de Falbalas, je n’aurais jamais fait ce métier » tombe sur le film à la télévision. C’est la révélation et le début pour le jeune homme d’un rêve qui mêlera couture et image toute sa vie. Dans ce film, on suit le parcours d’un célèbre styliste parisien, fougueux et perfectionniste. Séduisant ses mannequins pour puiser et renouveler son inspiration créatrice, il succombe à l’amour impossible.

 

Le petit garçon d’alors tombe non seulement sous le charme du métier de couturier et de l’esthétisme du travail de Michel Rochas (styliste à qui on attribue souvent l’invention de la guêpière), mais aussi de Micheline Presle. L’héroïne n’est autre que la mère de celle qui deviendra sa grande amie et réalisatrice de talent : Tonie Marshall. C’est cette dernière qui, avant sa mort, avait insufflé l’idée de cette expo qui lui est dédiée.

 

William Klein - Backstage, défilé de Jean Paul Gaultier

Backstage, défilé de Jean Paul Gaultier, collection Barbès, 1984, prêt-à-porter Femme automne-hiver 1984-1985 © William Klein

 

Un véritable défilé d’icônes

 

Mais toutes deux ne sont pas les seules femmes de la vie cinématographique de l’homme à la marinière. À la Cinémathèque, elles sont partout. Des hypersexualisées style Marilyn Monroe dans Les Hommes préfèrent les blondes (Billy Wilder, 1953), jusqu’aux femmes guerrières incarnées en Jeanne d’arc, en passant par l’androgynie de Jane Birkin dans Je t’aime moi non plus (Serge Gainsbourg, 1976).

 

Comme dans ses collections, le couturier est attiré par la fluidité des identités sexuelles et des genres, nous montrant comment son travail a été influencé par les films, et comment ceux-ci influencent la société. Au cinéma, à l’instar de ses défilés, les codes sont brouillés ; les femmes empruntant aux hommes des pièces clés de leur vestiaire.

 

Si une actrice en particulier a bien usé de cet art du travestissement, c’est bien Marlène Dietrich. Un focus  lui est consacré. Bien sûr, l’expo compte aussi quelques hommes et non des moindres. Pedro Almodóvar, pour qui Gaultier a maintes fois créé (Kika, La Mauvaise éducation, La Piel que habito), William Klein, photographe américain basé à Paris qu’il a adoré, mais aussi Marlon Brando et son fameux marcel dans Un tramway nommé désir (Elia Kazan, 1951) qui révolutionna le style des jeunes de l’époque.

 

 

À la croisée des chemins

 

Les films sur lesquels Jean Paul Gaultier a mis sa légendaire patte se fondent dans les différents costumes présentés. Il y a bien sûr une place de choix pour Catherine Deneuve, icône d’Yves Saint-Laurent qu’il a habillé dans Au plus près du paradis (Tonie Marshall, 2002). Mais aussi pour Mila Jovovich sans qui les costumes du Cinquième Élément (Luc Besson, 1997) n’aurait pas été incarnés aussi puissamment.

 

CinéMode se déroule tel un grand défilé dans lequel on retrouve des pièces de films culte (La Reine Margot, Orange mécanique…), des affiches et extraits illustrant cette croisée des chemins. Un véritable hommage aux créateurs et à leurs muses par celui qui envisage chaque défilé comme un spectacle. Un art savamment maîtrisé pour Jean Paul Gaultier qui nous transmet, grâce à cette exposition, son (bon) goût des belles choses.

 

L’évènement, entouré d’une programmation cinématographique, de conférences et de prises de paroles du principal intéressé, est à découvrir absolument.

 

Raphaëla Louy

 

 

 

  • CINÉMODE PAR JEAN PAUL GAULTIER
  • Du 6 octobre 2021 au 16 janvier 2022
  • Horaires :
  • Lu, Me à Ve : 12h-19h / WE : 11h-20h / Vacances scolaires et jours fériés : 10h-20h
  • Fermeture le mardi, le 25 décembre.
  • Nocturne gratuite pour les moins de 26 ans le 1er jeudi du mois jusqu’à 21h sur réservation
  • Tarifs : PT 12€ / TR 9,5€ / – de 18 ans 6€ / inclus dans l’abonnement Libre Pass

 

Commentaires

A la Une

Spermageddon : un film d’animation norvégien prometteur

Originals Factory a acquis les droits de distribution en France de cette comédie musicale animée autour du sexe, qui sera… Lire la suite >>

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intrigant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

RIP : Matt Damon et Ben Affleck à l’affiche d’un thriller criminel sur Netflix

La plateforme de streaming a récemment acquis les droits du film qui sera écrit et réalisé par Joe Carnahan, avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts