Ambulance de Michael Bay : critique

Publié par CineChronicle le 22 mars 2022

Synopsis : À Los Angeles, Will Sharp est un homme sans histoires de la classe moyenne. Alors qu’il a désespérément besoin de 231 000 $ pour les soins médicaux de sa femme, il s’implique avec Danny, son frère devenu criminel, dans un braquage pouvant rapporter près de 32 millions. Mais rien ne se passe comme prévu et les deux frères tirent sur un officier du LAPD. Pour s’enfuir, ils volent une ambulance. À son bord se trouvent Cam Thompson, une ambulancière, et… l’officier mourant sur lequel ils ont tiré.

♥♥♥♥

 

Ambulance - affiche

Ambulance – affiche

Pour un réalisateur si peu associé à la notion d’engagement d’auteur, c’est peu dire que de souligner à quel point Michael Bay clive. S’il est à l’origine de plusieurs des grands monuments du cinéma d’action bourrin des années 1990-2000, avec en tête le chef-d’œuvre Rock, le plus original 6 Underground a laissé plus de monde de côté. Heureusement pour ses adeptes, Bay revient à ce qui a fait ses grandes heures : un concept simple, propice à tous les amusements dans la ville. Ici, on suit Will Sharp, ex-Marine en manque de finance pour payer l’opération qui soignerait le cancer de sa femme. Pour parvenir à ses fins, il doit renouer avec son frère adoptif, gangster accro à l’adrénaline des braquages, qui le met sur le braquage ultime : les 32 millions de la banque fédérale. Mais suite à l’issue désastreuse du casse proprement dit, les deux braqueurs devront fuir à bord d’une ambulance occupée par l’infirmière-secouriste Cam Thompson, tout juste revenue d’une précédente héroïque intervention, qui n’a été pour elle qu’une matinée banale. Fort de cette caractérisation peu subtile, mais néanmoins permettant de poser des enjeux relativement nuancés et concrets pour chaque personnage, Bay enchaîne sur l’action avec laquelle il aime tant jouer. Le casse, prenant comme théâtre la plus grande banque du centre-ville de Los Angeles, cherche clairement à émuler les grands instants du Heat de Michael Mann.

 

Jake Gyllenhaal - Ambulance

Jake Gyllenhaal – Ambulance

 

Mais c’est une autre œuvre inspirée du film de 1995 qui vient vite à l’esprit par la suite. Dans sa façon de mettre en scène les centaines de véhicules de police qui se lancent à la poursuite de l’ambulance dans les artères de Los Angeles, Bay emprunte finalement beaucoup plus à Grand Theft Auto, surtout à son dernier épisode en date. Sa réalisation est d’ailleurs délestée de la plupart de ses tics, notamment ses ralentis abusifs, pour laisser la part belle à ses plans tournés au drone, qui se faufile méticuleusement dans chaque action, sous chaque voiture, le long de chaque building, offrant une poursuite au rythme rarement vu auparavant, quand bien même ses péripéties l’obligent par moments à devenir, comme le dit Danny Sharp, « la course-poursuite la plus lente de l’histoire ».

 

Si la construction du scénario laisse parfois à désirer dans sa cohérence et dans la personnalité de ses protagonistes, Chris Fedak et Michael Bay arrivent à proposer une série de scènes aux enjeux forts et au suspense haletant. Le film exploite chacun des aspects que pouvait proposer le concept, avec un sens du ludique et à la fois de la tension qui rappelle les plus grandes heures du cinéma d’action 90s, Speed en tête. Mention spéciale à la scène d’opération chirurgicale réalisée par une Eiza González (Baby Driver) remarquable dans le rôle de l’ambulancière, en visio avec des collègues médecins, menacée par l’arme d’un Jake Gyllenhaal en roue libre, alors que les hélicoptères de la police approchent.

 

Ambulance de Michael Bay

Ambulance de Michael Bay

 

À la limite, il y a de quoi être assez rapidement agacé par le surjeu constant de Gyllenhaal, pas compensé par les policiers inexpressifs que l’on suit tout le long du métrage. Au final, c’est l’infirmière héroïque qui ressort iconisée du film, comme si dans sa presque touchante naïveté enfantine, Bay avait voulu faire de cette Ambulance un moyen de rendre hommage au personnel soignant, aux prises avec la première vague de Covid quand le film a été tourné. Peut-être pas le plus travaillé de sa filmographie, en somme, mais incontestablement le plus généreux.

 

Théotime Roux

 

 

 

  • AMBULANCE
  • Sortie salles : 23 mars 2022
  • Réalisation : Michael Bay
  • Avec : Jake Gylenhaal, Yahya Abdul-Mateen II, Eiza González, Garret Dillahunt, A Martinez, Keir O’Donnell, Moses Ingram
  • Scénario : Chris Fedak, d’après un scénario original de Laurits Munch-Petersen et Lars Andreas
  • Production : Ian Bryce, Bradley J. Fischer, William Sherak et James Vanderbilt
  • Photographie : Roberto de Angelis
  • Décors : Karen Frick
  • Costumes : Lisa Lovaas
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 2 h 16

 

Commentaires

A la Une

Le Flic de Beverly Hills 4 : Kevin Bacon rejoint le casting du film Netflix

Le quatrième épisode de la fameuse saga policière prend forme doucement mais sûrement, avec l’arrivée de Kevin Bacon.    … Lire la suite >>

Le Cabinet de curiosités : Une bande-annonce pour la série d’anthologie horrifique de Netflix

Guillermo del Toro nous ouvre les portes de son cabinet de curiosités dans la bande-annonce de la nouvelle série d’horreur… Lire la suite >>

Bones and All : Une bande-annonce pour le film de Luca Guadagnino avec Timothée Chalamet

Le prochain film du réalisateur de Call Me By Your Name, Bones and All, avec Timothée Chalamet, se dévoile dans… Lire la suite >>

Matrix : Un spectacle de danse adapté par le réalisateur Danny Boyle

Trois ans après son dernier film Yesterday et la réalisation de la série Pistols, Danny Boyle ne semble pas près… Lire la suite >>

Longing : Richard Gere à l’affiche du remake du film israélien

Le réalisateur israélien Savi Gabizon sera à la tête du remake de son propre film Longing, sorti en 2017, avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR (REP 2022) 335 359 1 335 359
2 UNE BELLE COURSE 180 034 1 180 034
3 DON'T WORRY DARLING 151 272 1 151 272
4 LES ENFANTS DES AUTRES 142 402 1 142 402
5 KOMPROMAT 126 665 3 468 529
6 REVOIR PARIS 117 695 3 375 320
7 CHRONIQUE D'UNE LIAISON PASSAGERE 82 643 2 202 433
8 LE VISITEUR DU FUTUR 59 583 3 290 613
9 BULLET TRAIN 46 357 8 1 514 561
10 TAD L'EXPLORATEUR ET LA TABLE D'EMERAUDE 44 274 5 440 198

Source: CBO Box office

Nos Podcasts