Sortie DVD/ Le Cri du Sorcier de Jerzy Skolimowski: critique

Publié par Thierry Carteret le 31 mai 2015

Synopsis : Comme chaque année, le docteur Robert Graves organise un tournoi de cricket entre les membres de son asile psychiatrique et les habitants du petit village qui l’héberge. Afin d’arbitrer la partie, il s’associe à un mystérieux patient, Crossley, persuadé d’avoir le pouvoir surnaturel de tuer grâce à son cri. Plus intéressé par la discussion que par le fait de compter les points, le malade se lance dans le récit de sa vie, marqué par l’apprentissage de la magie avec une tribu aborigène d’Australie, au cours duquel il a tué ses deux enfants. Mais ce n’est que le début d’un parcours terrifiant, qui va le mener chez les Filding, un couple anglais tout ce qu’il y a de plus normal, sur lequel il va exercer son emprise maléfique.

 

♥♥♥♥♥

 

Le Cri du Sorcier - jaquette combo DVD Blu-ray

Le Cri du Sorcier – jaquette combo DVD Blu-ray

Le Cri du Sorcier de Jerzy Skolimowski, Grand Prix du Jury à Cannes en 1978, est ressorti en salles en version restaurée en février 2015 et sera disponible dans un combo DVD/ Blu-ray dès le 2 juin. Il fait partie de ces perles inclassables du cinéma fantastique, au même titre que The Wicker Man de Robin Hardy et Don’t Look Now de Nicolas Roeg, sortis en 1973. Le cinéaste d’origine polonaise, qui a notamment fait ses classes à l’école de Lodz, à l’instar de son illustre compatriote Roman Polanski, a signé Travail au Noir, Deep End ou encore Essential Killing. Le Cri du Sorcier, produit par le grand Jeremy Thomas (Le dernier Empereur, Crash, FURYO – notre critique + interview) s’avère une expérience de cinéma proprement terrifiante et hallucinante. Ce thriller d’épouvante ne joue pas des artifices habituels du cinéma fantastique pour créer la peur mais repose uniquement sur ses cadrages singuliers, son montage elliptique et un travail incroyablement précis sur la bande sonore. Le cinéaste fait d’ailleurs de son héros principal, magnifiquement interprété par John Hurt (Alien), un compositeur de musique, ou plutôt un preneur de son. Il expérimente toute sorte de sonorités étranges à l’aide d’accessoires divers et communs pour composer une musique sérielle et concrète. Le Cri du Sorcier est ainsi un véritable travail d’orfèvre de tonalité, de l’ambiance à la musique envoûtante composée par Mike Rutherford et Tony Banks, transfuges du groupe Genesis. C’est d’ailleurs l’un des tout premiers films à expérimenter le système Dolby. L’utilisation sur le cri terrifiant et surnaturel poussé par Crossley se révèle particulièrement efficace, constituant ici la séquence la plus marquante et dérangeante. Chaque plan, sonore ou visuel, est envahi par une étrangeté qui installe immédiatement l’inconfort.

 

Alan Bates dans Le Cri du sorcier de Jerzy Skolimowski

Alan Bates dans Le Cri du sorcier de Jerzy Skolimowski

 

Les peintures de Francis Bacon hantent également l’atmosphère et certains plans sont explicites dans leurs références. En témoigne la gracieuse Susannah York (On achève bien les chevaux) qui évolue nue sur le plancher avant de se figer dans un arrêt sur image, comme le personnage du tableau de Bacon fixé au mur de la maison. Tout cela ajoute à l’esprit torturé de cette œuvre unique, qui mérite plusieurs visions avant de comprendre sa richesse. Parmi les seconds rôles, le trop discret Tim Curry (The Rocky Horror Picture Show) offre néanmoins une interprétation convaincante en Robert Graves, un écrivain qui n’est autre que l’auteur de la courte nouvelle du Cri du Sorcier. La force du récit est d’installer dès l’ouverture une ambiance de malaise avec l’introduction du personnage de Crossley/Sorcier, incarné magistralement par Alan Bates (Zorba the Grec). Cet homme énigmatique au charisme quasi surhumain s’apparente à une sorte de demi-Dieu ou du gourou d’une quelconque secte lointaine. Ici, la culture et les croyances des aborigènes s’invitent dans cette campagne anglaise évoquant celle des Chiens de paille de Sam Peckinpah, avec pour point commun une montée de plus en plus sournoise vers la violence.

 

John Hurt et Susannah York dans Le Cri du sorcier de Jerzy Skolimowski

John Hurt et Susannah York dans Le Cri du sorcier de Jerzy Skolimowski

 

Dès le départ une étrange folie baigne l’ensemble avec ces aliénés qui se livrent à un tournoi de cricket. L’intrigue vacille dès lors rapidement vers un cauchemar halluciné et chaotique habité par une dimension ésotérique dont les codes et symboles demeurent mystérieux. On retient notamment la curieuse pierre aux pouvoirs destructeurs déterré par John Hurt dans le sable. Mais c’est par Crossley, homme supposé tout-puissant grâce à sa « magie » ancestrale venue d’Australie et son cri ayant soi-disant le pouvoir de tuer, que Le Cri du Sorcier déroule lentement une ambiance proprement terrifiante. Le suspense qui accompagne peu à peu l’emprise démoniaque du personnage de Alan Bates sur le couple, formé par John Hurt et Susannah York, peut évoquer la prise du pouvoir du valet sur son patron dans The Servant de Joseph Losey (1963). Crossley est-il fou ou possède t-il réellement les pouvoirs dont il parle ? Le Cri du Sorcier ne livre pas de réponse précise, contribuant à perdre davantage le spectateur dans un vertige angoissant mêlé de trouble, d’étrangeté et de fascination. Un indispensable du cinéma fantastique qui reste dans l’esprit durablement après sa vision, le propre des grandes œuvres…

 

 

DVD/ La copie restaurée haute-définition proposée par le Blu-ray est de toute beauté. C’est une véritable bénédiction de (re)découvrir Le cri du sorcier dans de telles conditions techniques. Le son, dimension très importante, est également bien retranscrit avec pléthore de détails sonores essentiels. En supplément, le disque propose une présentation par le très savant Jean-Pierre Dionnet qui livre de précieuses informations pour comprendre cette œuvre étrange et difficile d’accès.

 

 

 

  • LE CRI DU SORCIER (The Shout) de Jerzy Skolimowski disponible en DVD/Blu-ray et DVD Collector le 2 juin 2015
  • Avec : John Hurt, Alan Bates, Susannah York, Tim Curry, Robert Stephens, Julian Hough…
  • Scénario : Michael Austin, Jerzy Skolimowski
  • Production : Jeremy Thomas, Michael Austin
  • Photographie : Mike Molloy
  • Montage : Barrie Vince
  • Décors : Simon Holland
  • Costumes : Dave Paddon
  • Musique : Tony Banks, Rupert Hine, Mike Rutherford
  • Edition DVD/ Blu-ray : Elephant Films
  • Tarif conseillé : DVD à 16,99 € – Combo Blu-ray+DVD à 19,99 €
  • Durée : 1h27
  • Sortie en salles : 13 décembre 1978
  • Distribution : Arcadès

.

Commentaires

A la Une

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Road House : Jake Gyllenhaal officiellement dans le remake pour Amazon

Pressenti en novembre dernier, Jake Gyllenhaal sera bel et bien dans le remake du film culte des années 80, réalisé… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 THOR : LOVE AND THUNDER 404 765 3 2 129 017
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 351 988 4 2 893 838
3 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 333 361 1 333 361
4 TOP GUN : MAVERICK 188 380 10 5 711 998
5 DUCOBU PRESIDENT ! 188 015 3 737 277
6 MENTEUR 151 586 3 585 087
7 JOYEUSE RETRAITE 2 92 299 2 247 790
8 LA NUIT DU 12 72 629 3 241 487
9 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 67 113 8 3 357 635
10 ELVIS 58 542 6 1 074 116

Source: CBO Box office

Nos Podcasts