Seul Sur Mars de Ridley Scott: critique

Publié par Olivier H. Gamas le 19 octobre 2015

Synopsis : Lors d’une expédition sur Mars, l’astronaute Mark Watney (Matt Damon) est laissé pour mort par ses coéquipiers, une tempête les ayant obligés à décoller en urgence. Mais Mark a survécu et il est désormais seul, sans moyen de repartir, sur une planète hostile. Il va devoir faire appel à son intelligence et son ingéniosité pour tenter de survivre et trouver un moyen de contacter la Terre. A 225 millions de kilomètres, la NASA et des scientifiques du monde entier travaillent sans relâche pour le sauver, pendant que ses coéquipiers tentent d’organiser une mission pour le récupérer au péril de leurs vies.

 

♥♥♥♥

 

Seul sur Mars - affiche

Seul sur Mars – affiche

Dans ses dernières réalisations, force est de constater que Ridley Scott est rarement parvenu à combler et convaincre l’audience. PROMETHEUS (notre critique), CARTEL (notre critique) et Exodus : Gods and Kings ont souvent divisé les critiques comme le public. Pourtant, le cinéaste de 77 ans, qui alterne projets commerciaux d’envergure et films d’auteurs plus confidentiels, affiche une ambition démesurée. Celle-ci se double d’une volonté de tirer vers le haut ce grand spectacle hollywoodien souvent divertissant mais pas toujours efficace en profondeur. Le pari est enfin réussi avec Seul Sur Mars. Le succès de cette adaptation du roman d’Andy Weir s’impose avec une implacabilité devenue rare chez le réalisateur d’Alien et de BLADE RUNNER (notre critique). C’est d’autant plus agréable qu’il signe un retour aux fondamentaux de la science-fiction depuis GRAVITY (notre critique) et INTERSTELLAR (notre critique). On apprécie particulièrement son approche novatrice, basée souvent sur l’humour, qui lui confère une place de choix au regard des œuvres précitées. Ridley Scott s’approprie ainsi un matériau littéraire exaltant et le transcende tout en y restant fidèle. Drew Goddard, derrière Cloverfield, La Cabine dans les Bois et récemment la première saison efficace de DAREDEVIL (notre critique) pour Netflix, livre un scénario formidable qui renforce certains passages maladroits du roman. On pense notamment à la maîtrise des allers-retours entre Mars et la Terre ainsi qu’au fonctionnement de la NASA peuplée de bureaucrates, prêts à tout pour relever le défi du sauvetage de Watney. Tout comme le réalisme de la science et les enjeux techniques, incroyablement rendus par l’écrivain, mais qui prenaient souvent le pas sur la psychologie de l’astronaute. On peinait ainsi à trouver ce dernier crédible tant il restait calme, perdu à 225 millions de kilomètres de toute vie humaine.

 

Seul sur MarsSeul sur MarsSeul sur MarsSeul sur Mars

 

La mécanique est ici la même, mais Goddard et Scott parviennent à rééquilibrer les deux aspects pour mieux les mélanger et les rendre efficaces. Cette constante dans le film est appréciable car elle cherche en permanence à corriger les maladresses du roman sans jamais le trahir. Le duo parvient ainsi à conserver avec intelligence les fondements de la trame originale. L’ensemble prend forme dans une mise en scène ultra serrée et une bande originale de Harry Gregson-Williams, plus hétéroclite que d’ordinaire, agrémentée de classiques rock et disco qui détonnent et amusent agréablement. Ce décalage souligne aussi cette approche inédite dans les travaux habituels du réalisateur. Son génie esthétique prend dès lors une nouvelle dimension, dépouillé ici de la grandiloquence souvent visible dans certaines productions lorsqu’il s’agit de filmer l’Espace. On le constate aussi bien dans sa propre filmographie (Alien, Prometheus) que dans celles de Brian De Palma ou de Christopher Nolan. La direction artistique, le travail de découpage et la gestion de l’espace tendent ainsi en permanence vers l’intimiste plutôt que vers le grandiose.

 

L’une des grandes forces de Seul Sur Mars, c’est aussi son casting prestigieux ; chaque acteur impose une présence forte. Jeff Daniels et Sean Bean synthétisent toute l’ambivalence administrative confrontée à une situation grave et inédite. Quant à Jessica Chastain, magnifique dans Interstellar, elle est ici plus en retrait dans l’équipe de Watney, mais prend toute son importance lors du final qui parvient à fusionner le spectaculaire, l’émotionnel et l’intimiste. Ridley Scott, qui se veut le descendant direct des réalisateurs de l’Âge d’or du cinéma hollywoodien tels Cecile B. De Mille, Victor Flemming ou encore John Ford, prend ici de la distance et offre un thriller de science-fiction qui pulse d’inventivité. À voir sans modération, Seul Sur Mars se révèle un divertissement brillant et original dont la particularité est de s’imposer sans détour.

 

 

 

 

  • SEUL SUR MARS (The Martian) réalisé par Ridley Scott en salles le 21 Octobre 2015.
  • Avec : Matt Damon, Jessica Chastain, Kristen Wiig, Jeff Daniels, Michael Peña, Sean Bean, Kate Mara, Sebastian Stan, Chiwetel Ejiofor, Donald Glover.
  • Scénario : Drew Goddard d’après le roman d’Andy Weir.
  • Production : Ridley Scott, Michael Schaefer, Simon Kinberg, Aditya Sood, Mark Huffam,
  • Photographie : Dariusz Wolski, Mark Patten
  • Montage : Pietro Scalia.
  • Décors : Arthur Max.
  • Costumes : Janty Yates.
  • Musique : Harry Gregson-Williams.
  • Distribution : 20th Century Fox.
  • Durée : 2h24


Commentaires

A la Une

Twilight of the Dead : le dernier film de zombie de George A. Romero pourrait voir le jour

La saga des zombies du regretté George A. Romero devrait se conclure avec un dernier film, Twilight of the Dead,… Lire la suite >>

Nomadland : une nouvelle bande-annonce pour le gagnant des Oscars

Multirécompensé, le film de Chloé Zhao avec Frances McDormand en vedette s’offre une nouvelle bande annonce et une date de… Lire la suite >>

Une première bande-annonce pour le très attendu Benedetta de Paul Verhoeven

Après une année d’attente supplémentaire, le nouveau Paul Verhoeven s’approche un peu plus des salles françaises. Dans cette première bande-annonce,… Lire la suite >>

Ewan McGregor incarne le couturier Halston dans la nouvelle série de Ryan Murphy

Disponible le 14 mai sur Netflix, la minisérie de cinq épisodes retrace la gloire et la descente aux enfers de… Lire la suite >>

Elizabeth Olsen en tueuse à la hache dans la série Love And Death

L’actrice américaine Elizabeth Olsen sera la tête d’affiche de Love and Death, une nouvelle minisérie pour HBO Max, sous la… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts