Sortie Blu-ray/ The Exterminator de James Glickenhaus : critique

Publié par Thierry Carteret le 1 juillet 2016

Synopsis : Lorsque Michael Jefferson est brutalement agressé par une bande de jeunes voyous, son meilleur ami John Eastland décide de le venger. Face à la montée du crime et à l’inaction de la police, ce vétéran du Vietnam choisit de faire justice lui-même dans les rues de New York…

♥♥♥♥

 

The Exterminator - jaquette Blu-ray

The Exterminator – jaquette Blu-ray

« À la guerre, vous devez tuer pour survivre… dans les rues de New York, c’est souvent pareil. » Cette accroche de The Exterminator (ou Le droit de tuer) a posé son empreinte dans la série b d’action des années 80. Elle est l’un des sommets du vigilant movie, après UN JUSTICIER DANS LA VILLE avec Charles Bronson. Un peu oublié, le classique culte de James Glickenhaus (BLUE JEAN COP – notre critique) nous revient en version remasterisée HD dans sa version Director’s Cut via la Midnight Collection de Carlotta, qui rend hommage aux succès des vidéoclubs. Rappelons que la VHS de The Exterminator a été longtemps en première place des locations de films. Véritable choc traumatique lors de sa sortie aux États-Unis en 1982, The Exterminator conserve la force de son discours, mais son aspect choquant s’avère atténué par la violence qui a éclaboussé les écrans depuis. La séquence d’ouverture très gore a tellement fait sensation qu’elle a longtemps été présentée dans un montage censuré à travers le monde. Livrée dans sa version intégrale, son impact demeure efficace bien que l’on devine rapidement le trucage. Si l’extrême violence a été cause de polémique et de censure, le propos est tout aussi responsable. Le personnage de John Eastland (excellent Robert Ginty, révélé dans la série Les têtes brûlées) apparaît d’abord comme le « bon » vengeur, suite au tabassage de son ami et compagnon de guerre au Vietnam par une bande de jeunes voyous. Cette vengeance le rend fou et il devient rapidement l’ennemi public numéro 1. Il s’en prend à toutes les corruptions le plongeant dans les dérives de l’Amérique. Ce héros se transforme progressivement en méchant qu’il faut traquer et arrêter.

.

Robert Ginty dans The Exterminator

Robert Ginty dans The Exterminator

.

En faisant subir les pires tortures à ses victimes (politiciens véreux, pédophiles, voyous racistes…), le personnage apparaît comme un ange exterminateur presque irréel, puisqu’il se trouve toujours au bon endroit au bon moment. John Eastland pointe ainsi les failles d’un gouvernement laxiste, hypocrite, corrompu et complice des crimes et délits de son pays. Aujourd’hui, on a encore du mal à savoir exactement où se situe la vision morale de son réalisateur. Porté par une mise en scène sobre et sans effets de style superflus, The Exterminator reste une série b très efficace avec son discours à la fois ambigu et politique. Notons qu’une suite beaucoup plus faible a été réalisée en 1984 par le producteur de l’original, Mark Buntzman, en collaboration avec la Cannon Films. Au casting, dans la peau du policier las et dépassé qui poursuit le justicier, on trouve Christopher George que les fans du cinéma d’horreur connaissent bien pour avoir joué dans Frayeurs de Lucio Fulci (1980). À ses côtés, la grande Samantha Eggar dans le rôle d’une infirmière. Figure également célèbre dans le cinéma d’horreur, elle a en effet incarné la mère des enfants monstrueux du terrifiant Chromosme 3 de David Cronenberg (1979). Entre ces deux personnages se noue une relation sentimentale un peu inutile et artificielle, surtout devant l’urgence de la situation. Enfin, saluons la partition musicale de Joe Renzetti avec le morceau d’ouverture étonnamment doux et mélancolique qui ajoute une ambiance particulière à cette œuvre radicale et sans concession.

.

.

Blu-ray/ La qualité technique de l’ensemble est très bonne, hormis quelques flous, du grain et de l’imprécision. Le son est propre et net dans les deux versions, française et anglaise. Si la bande annonce est le seul bonus de cette édition indispensable, il est vraiment dommage de ne pas trouver au moins une interview.

.

.

.

  • THE EXTERMINATOR  (Le droit de tuer) écrit et réalisé par James Glickenhaus disponible en Blu-ray et DVD en version remasterisée HD le 6 juillet 2016.
  • Avec : Christopher George, Samantha Eggar, Robert Ginty, Steve James, Dennis Boutsikaris…
  • Production : Mark Buntzman
  • Photographie : Robert M. Baldwin
  • Montage : Corky O’Hara
  • Décors : Ted Glass
  • Costumes : Dianne Finn-Chapman, Bernadette O’Brien
  • Musique : Joe Renzetti
  • Edition DVD : Carlotta Films
  • Prix public conseillé : Blu-ray : 15,05 € – DVD: 15,05 €
  • Durée : 1h42 (Blu-ray) – 1h38 (DVD)
  • Format 1.78 – 16/9 compatible 4/3
  • Sortie en salles : 24 février 1982

.

Commentaires

A la Une

Le cinéaste et metteur en scène italien Franco Zeffirelli s’est éteint à l’âge de 96 ans

Réalisateur, metteur en scène de nombreux opéras filmés et héritier de Visconti, Franco Zeffirelli est décédé samedi à Rome à… Lire la suite >>

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Steven Spielberg en projet sur une série d’horreur pour la plateforme Quibi

Steven Spielberg écrira une série d’horreur exclusivement conçue pour la future plateforme de vidéo à la demande sur mobile, Quibi…. Lire la suite >>

Michel Hazanavicius et les frères Dardenne collaborent pour un conte animé

Le cinéaste français va porter à l’écran le conte de Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, sous la forme d’un film… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 X-MEN : DARK PHOENIX 689 880 1 689 880
2 ALADDIN 493 107 3 1 625 789
3 PARASITE 376 842 1 376 842
4 ROCKETMAN 207 474 2 484 491
5 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 180 859 2 523 433
6 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 177 268 2 370 045
7 MA 160 898 1 160 898
8 JOHN WICK PARABELLUM 134 907 3 666 622
9 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 128 366 5 1 576 380
10 DOULEUR ET GLOIRE 101 199 4 681 941

Source: CBO Box office

Nos Podcasts