Sortie DVD/ Mr Majestyk de Richard Fleischer : critique

Publié par Thierry Carteret le 9 octobre 2016

Synopsis : Ancien détenu et vétéran du Vietnam, Vincent Majestyk est aujourd’hui reconverti dans l’agriculture et dirige une exploitation de pastèques. Mais l’univers calme et paisible qu’il tente de construire se retrouve anéanti lorsque Franck Reda, un dangereux tueur à gages, détruit entièrement sa récolte. La chasse à l’homme peut alors commencer…

♥♥♥♥

 

Mr Majestyk - jaquette

Mr Majestyk – jaquette

Les fans de Charles Bronson vont être aux anges. L’éditeur Wild Side nous offre une sortie luxueuse de l’un de ses classiques sortis en 1974, Mr Majestyk, dans un écrin comprenant un Blu-ray, un DVD et un livret illustré de 86 pages. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que l’on se replonge dans l’un des meilleurs polars d’action de l’acteur de Un Justicier dans la ville, Le flingueur ou Il était une fois dans l’Ouest, qui reprend ici ses forces dans une copie restaurée HD. De plus, c’est le grand producteur Walter Mirisch (Les Sept Mercenaires, La Grande Évasion) qui a confié à Richard Fleischer, artisan accompli, d’en assurer la mise en scène. Le réalisateur des grands classiques hollywoodiens comme Les Vikings, Soleil Vert ou encore 20.000 lieues sous les mers se montre parfaitement à l’aise pour dépeindre l’univers de Elmore Leonard, romancier et scénariste (Get Shorty, 3h10 pour Yuma…), devenu objet d’un culte. L’écrivain signe seul ici le scénario original de Mr Majestyk avant d’en tirer un roman. Les histoires caractéristiques de Elmore Leonard se concentrent davantage sur la construction précise de ses personnages que sur l’intrigue elle-même. Le récit se passe dans le Colorado où un exploitant, agricole à l’esprit très indépendant, Mr. Majestyk, dirige une exploitation de pastèques et n’aspire qu’à la tranquillité après une expérience militaire au Vietnam. Le paisible agriculteur croise la route de concurrents qui ne lui veulent pas que du bien, puis d’un impitoyable tueur à gages bien décidé à lui faire la peau. Dans une configuration proche du western, ce duel savoureux et viril entre ce solitaire astucieux et courageux et les malfrats, s’avère un cocktail réussi. C’est Al Lettieri (Guet-apens) qui incarne Franck Renda, ce tueur obsessionnel et monomaniaque qui veut buter Majestyk, avec une rage involontairement drôle face un Charles Bronson impassible et toujours impeccable. Un rôle pensé au départ pour Steve McQueen qui colle pourtant parfaitement au style de Charles Bronson, acteur taiseux et charismatique, tout comme son personnage. Son face à face avec la bande de crapules  menée par l’exploiteur local Bobby Kopas, joué par Paul Koslo (Point limite zéro), parfait en petite frappe opportuniste associé à Franck Renda.

.

Mr MajestykMr MajestykMr MajestykMr Majestyk

.

L’esprit ironique contrebalance la violence sèche du film. Une approche distanciée et humoristique qui n’est pas sans évoquer le traitement que donne Quentin Tarantino à ses personnages de gangsters, par ailleurs grand admirateur du film et de Elmore Leonard. Rappelons que Jackie Brown est une autre très bonne adaptation d’un roman de l’écrivain. Tendu et prenant, Mr Majestyk est remarquable de sobriété et d’efficacité durant ses scènes d’action et de suspense. On pense parfois au travail de Sam Peckinpah. Richard Fleischer réalise ici l’un de ses meilleurs films sous l’apparence d’une série b décontractée. En fond, l’histoire de Mr Majestyk parle du citoyen seul face à des institutions butées et intolérantes. Mais le thème majeur reste l’exclusion sociale avec ces émigrés mexicains qui doivent se battre pour trouver du travail. La pastèque est en effet le symbole de la libération des noirs aux États-Unis, puisque les premiers esclaves libérés commencèrent à gagner leur vie en cueillant ces fruits. La force du récit est donc de nous entraîner plus loin que la simple intrigue de vengeance, grâce à des personnages forts, un discours subversif et un humanisme bien marqué.

.

Les seconds couteaux sont également bien pensés, comme Frank Maxwell (The intruder) en lieutenant de police incompétent et obtus, ou Lee Purcell (Valley Girl), sobre et élégante dans le rôle de la petite amie de Renda, qui semble à l’écart des évènements sanglants qui se déroulent sous ses yeux. Face à Charles Bronson, l’actrice argentine Linda Cristal (Alamo) compose avec Nancy Chavez un personnage de femme forte, sexy et pleine de courage. Entre les deux s’esquisse une intrigue amoureuse qui préfère jouer la carte du subjectif, s’appuyant sur des dialogues plein de sous-entendus sexuels. Mr Majestyk n’est pourtant pas une histoire à l’eau de rose, c’est avant tout un film d’action solide et très efficace qui met en avant des séquences de fusillades, de cascades et de poursuites automobiles très efficaces. L’ensemble est soutenu par la splendide photographie de Richard H. Kline (Star Trek – le film, Le mystère Andromède). Enfin le formidable score entêtant de Charles Bernstein vêt ce polar sauvage et nerveux d’une émotion presque désenchantée. Mr Majestyk a marqué un aboutissement dans la carrière alors montante de Charles Bronson, avant qu’il n’explose avec Un justicier dans la ville. Un classique à (re)découvrir sans tarder grâce à cette superbe édition de l’éditeur Wild Side.

.

.

Mr Majestyk - combo

Mr Majestyk – combo

DVD : Une très belle restauration en HD qui permet d’admirer les superbes décors naturels du Colorado. L’image est optimale comme la partie sonore. Côté suppléments, le disque propose deux documentaires de Robert Fischer. Tout d’abord, Colorado cool, un entretien captivant de 14 minutes avec le directeur de la photographie Richard H. Kline. Ce dernier revient sur sa collaboration avec Richard Fleischer et évoque également le travail de Charles Bronson sur le tournage. Puis Colorado chic, un autre entretien tout aussi intéressant à suivre de 28 minutes, avec l’actrice Lee Purcell dans le rôle de la compagne du personnage Frank Renda. Enfin, un livret de 86 pages, illustré par des images d’archive et écrit par Frédéric Albert Lévy, agrémente judicieusement cette très belle édition. Il est centré sur la carrière de Charles Bronson, l’histoire de Mr Majestyk et sur son adaptation tirée des écrits de Elmore Leonard.

.

.

.

  • MR MAJESTYK de Richard Fleischer disponible en combo DVD/Blu-ray+Livret depuis le 5 octobre 2016.
  • Avec : Charles Bronson, Al Lettieri, Linda Cristal, Lee Purcell, Paul Koslo, Frank Maxwell, Alejandro Rey, Jordan Rhodes…
  • Scénario : Elmore Leonard
  • Production : Walter Mirisch
  • Photographie : Richard H. Kline
  • Montage : Ralph E. Winters
  • Costumes : Paula Lynn Kaatz, James Linn
  • Musique : Charles Bernstein
  • Edition/Distribution : Wild Side Video
  • Tarif du combo Blu-ray + DVD + Livre : 24,99 €
  • Durée : 1h48 (BR) – 1h39 (DVD)
  • Sortie initiale en salles : 7 août 1974

.

Commentaires

A la Une

Les Linceuls : Premier teaser pour le nouveau cauchemar de David Cronenberg

Présenté en compétition au festival de Cannes, le film met en scène Vincent Cassel et Diane Kruger dans un étrange… Lire la suite >>

Kathryn Bigelow s’associe à Netflix pour son prochain long-métrage

Les équipes de Netflix ont confirmé cette semaine lors de leur présentation aux annonceurs que la réalisatrice Kathryn Bigelow travaillait… Lire la suite >>

Barbarella : Edgar Wright en discussion pour réaliser le remake

Le réalisateur de Last Night in Soho, Baby Driver et Shaun of the Dead pourrait diriger cette nouvelle version, avec… Lire la suite >>

Megalopolis : le second trailer promet une fable épique et décadente

Le nouveau long-métrage de Francis Ford Coppola, qui fera ses débuts en compétition ce jeudi au Festival de Cannes, se… Lire la suite >>

Le grand Roger Corman nous a quittés

Le mythique réalisateur et producteur indépendant est décédé à l’âge de 98 ans, entouré des siens dans sa maison de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 992 121 2 2 123 462
2 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 932 730 1 932 730
3 BLUE & COMPAGNIE 453 213 1 453 213
4 BACK TO BLACK 167 304 3 845 618
5 THE FALL GUY 134 327 2 446 327
6 FRERES 89 343 3 503 190
7 N'AVOUE JAMAIS 73 326 3 465 729
8 LE TABLEAU VOLE 68 011 2 204 739
9 LES CARTES DU MAL 67 644 2 135 288
10 CHALLENGERS 64 487 3 379 920

Source: CBO Box office

Nos Podcasts