Synopsis : À l’intérieur d’un tribunal, Zain, un garçon de 12 ans est présenté devant le juge. Le juge : « Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? » Zain : « Pour m’avoir donné la vie. »

♥♥♥♥

 

Capharnaum - photo

Capharnaum – photo

Après Caramel, son premier film sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, et Et maintenant, on va où ?, Nadine Labaki revient à Cannes pour concourir à la Palme d’or avec son troisième long métrage. Capharnaüm a rapidement séduit Sony Pictures Classics qui a acquis les droits d’exploitation à l’internationale au Marché du Film. Et l’on ne s’étonne pas. La cinéaste libanaise offre un impressionnant drame immersif en explorant les bidonvilles de Beyrouth par le prisme d’un enfant de douze ans. Elle ne lésine pas sur le misérabilisme -à raison- et dénonce courageusement un pays en ruine. Avec un casting quasiment non-professionnel, on suit Zain (magistral Zain Alrafeea), enragé et outrancier, qui veut intenter une action en justice contre ses parents pour lui avoir donné la vie. Des parents qui ne sont même pas capables de donner son âge exact puisque Zain ne possède pas de certificat de naissance. Un être sans papier qui n’existe donc pas aux yeux des institutions ni des autorités. De fait, le film se structure comme un long flashback, parsemé d’instants en salle d’audience, pour retracer le périple chaotique de ce jeune garçon intelligent, mature, débrouillard et autonome, qui se rebelle contre les règles et les rituelles familiales, sociales et sociétales. Zain est l’ainé d’une famille nombreuse forcé de travailler et de s’occuper de ses frères et soeurs afin d’aider ses parents (Kawthar Al Haddad et Fadi Kamel Youssef) à payer le loyer et à nourrir tout le monde. Lorsque sa soeur cadette est vendue par ses parents, Zain réagit violemment et s’enfuit. Dès lors Labaki nous embarque, via sa caméra portée à hauteur d’enfant, dans le combat de Zain qui tente de survivre dans les dédales du Liban. Les prises de vues, qui ne lâchent jamais ses personnages, sont saisissantes. Labaki radiographie le chaos de cette ville, envahie par l’effervescence de la population et le brouhaha incessant des véhicules. Si les épreuves s’acharnent contre tous ces personnages, elle parsème intelligemment le récit de lueur d’espoir, de solidarité entre les enfants et d’humour. Zain fait notamment la rencontre d’une immigrée éthiopienne, sans papiers (Yordanos Shiferaw), qui fait le ménage dans une fête foraine tout en cachant son bébé (incroyable Boluwatife Treasure Bankole) dans un caddie. Il trouve ainsi un refuge temporaire auprès de cette femme qui doit trouver dans l’urgence assez d’argent pour garder son cagibi qui lui sert de logement. À mesure de l’avancée, Labaki ressert l’étau autour du garçon qui fait preuve d’une ingéniosité désespérée pour se débrouiller, tout en prenant soin du bébé sans trop de choix lorsque la mère disparaît. Labaki explore ainsi avec virtuosité les profondeurs du désespoir de la misère humaine, brassant des thèmes actuels, comme l’absence d’affection, les problèmes de papiers d’identité et de certificats de naissance, la marchandisation des enfants, la maltraitance, la malnutrition, la pauvreté, etc. Le travail sur le montage, la photographie et la bande son orchestrale intensifient l’ensemble de manière viscérale et authentique. Il a fallu à Nadine Labaki plus de six mois de tournage et des centaines d’heures de rushes pour capturer sur le terrain cette histoire, magnifiée par un casting sans faute. Si elle tend par moments vers le larmoyant, ces quelques scories sont rapidement balayées et pardonnées. Capharnaüm est une oeuvre audacieuse et puissante sur l’état du monde.

 

 

 

  • CAPHARNAÜM
  • Sortie salles : Ne dispose pas encore de date de sortie
  • Réalisation : Nadine Labaki
  • Avec : Zain Alrafeea, Yordanos Shifera, Boluwatife Treasure Bankole, Kawthar Al Haddad, Fadi Youssef, Decra Izam, Alaa ChouchNiye, Nadine Labaki
  • Scénario : Nadine Labaki, Jihad Hojeily, Michelle Kesroquani
  • Production : Khaled Mouzanar, Michel Merkt
  • Photographie : Christopher Aoun
  • Montage : Konstantin Bock, Laure Gardette
  • Décors : Hussein Baydoun
  • Costumes : Zeina Saab Demelero
  • Musique : Khaled Mouzanar
  • Distribution :  Gaumont
  • Durée : 2h03

 

Commentaires

A la Une

Disney+ atteint les 50 millions d’abonnés dans le monde

Le service de vidéo à la demande de Disney disponible depuis mercredi en France, connaît un succès considérable cinq mois… Lire la suite >>

La Nuit du chasseur : un remake du classique en préparation

Soixante-cinq ans après sa sortie hexagonale, un projet d’adaptation du culte de Charles Laughton, incarné par l’inoubliable Robert Mitchum, est… Lire la suite >>

Tyler Rake : Chris Hemsworth en mercenaire dans le trailer musclé du nouveau film Netflix

Netflix enrichit son catalogue d’exclusivités avec cette production des frères Russo portée par Chris Hemsworth et Golshifteh Farahani.    … Lire la suite >>

Cannes 2020 : Thierry Frémaux rejette l’idée d’un Festival numérique

Selon les propos de Thierry Frémaux, une édition numérique du Festival de Cannes, reporté à une date ultérieure, n’est certainement… Lire la suite >>

Twin Peaks : Kyle MacLachlan propose aux fans de fêter les 30 ans de la série avec lui

Le confinement n’empêchera pas les adeptes de Twin Peaks de se réunir pour fêter les trente ans de sa première… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts