Synopsis : À l’intérieur d’un tribunal, Zain, un garçon de 12 ans est présenté devant le juge. Le juge : « Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? » Zain : « Pour m’avoir donné la vie. »

♥♥♥♥

 

Capharnaum - photo

Capharnaum – photo

Après Caramel, son premier film sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, et Et maintenant, on va où ?, Nadine Labaki revient à Cannes pour concourir à la Palme d’or avec son troisième long métrage. Capharnaüm a rapidement séduit Sony Pictures Classics qui a acquis les droits d’exploitation à l’internationale au Marché du Film. Et l’on ne s’étonne pas. La cinéaste libanaise offre un impressionnant drame immersif en explorant les bidonvilles de Beyrouth par le prisme d’un enfant de douze ans. Elle ne lésine pas sur le misérabilisme -à raison- et dénonce courageusement un pays en ruine. Avec un casting quasiment non-professionnel, on suit Zain (magistral Zain Alrafeea), enragé et outrancier, qui veut intenter une action en justice contre ses parents pour lui avoir donné la vie. Des parents qui ne sont même pas capables de donner son âge exact puisque Zain ne possède pas de certificat de naissance. Un être sans papier qui n’existe donc pas aux yeux des institutions ni des autorités. De fait, le film se structure comme un long flashback, parsemé d’instants en salle d’audience, pour retracer le périple chaotique de ce jeune garçon intelligent, mature, débrouillard et autonome, qui se rebelle contre les règles et les rituelles familiales, sociales et sociétales. Zain est l’ainé d’une famille nombreuse forcé de travailler et de s’occuper de ses frères et soeurs afin d’aider ses parents (Kawthar Al Haddad et Fadi Kamel Youssef) à payer le loyer et à nourrir tout le monde. Lorsque sa soeur cadette est vendue par ses parents, Zain réagit violemment et s’enfuit. Dès lors Labaki nous embarque, via sa caméra portée à hauteur d’enfant, dans le combat de Zain qui tente de survivre dans les dédales du Liban. Les prises de vues, qui ne lâchent jamais ses personnages, sont saisissantes. Labaki radiographie le chaos de cette ville, envahie par l’effervescence de la population et le brouhaha incessant des véhicules. Si les épreuves s’acharnent contre tous ces personnages, elle parsème intelligemment le récit de lueur d’espoir, de solidarité entre les enfants et d’humour. Zain fait notamment la rencontre d’une immigrée éthiopienne, sans papiers (Yordanos Shiferaw), qui fait le ménage dans une fête foraine tout en cachant son bébé (incroyable Boluwatife Treasure Bankole) dans un caddie. Il trouve ainsi un refuge temporaire auprès de cette femme qui doit trouver dans l’urgence assez d’argent pour garder son cagibi qui lui sert de logement. À mesure de l’avancée, Labaki ressert l’étau autour du garçon qui fait preuve d’une ingéniosité désespérée pour se débrouiller, tout en prenant soin du bébé sans trop de choix lorsque la mère disparaît. Labaki explore ainsi avec virtuosité les profondeurs du désespoir de la misère humaine, brassant des thèmes actuels, comme l’absence d’affection, les problèmes de papiers d’identité et de certificats de naissance, la marchandisation des enfants, la maltraitance, la malnutrition, la pauvreté, etc. Le travail sur le montage, la photographie et la bande son orchestrale intensifient l’ensemble de manière viscérale et authentique. Il a fallu à Nadine Labaki plus de six mois de tournage et des centaines d’heures de rushes pour capturer sur le terrain cette histoire, magnifiée par un casting sans faute. Si elle tend par moments vers le larmoyant, ces quelques scories sont rapidement balayées et pardonnées. Capharnaüm est une oeuvre audacieuse et puissante sur l’état du monde.

 

 

 

  • CAPHARNAÜM
  • Sortie salles : Ne dispose pas encore de date de sortie
  • Réalisation : Nadine Labaki
  • Avec : Zain Alrafeea, Yordanos Shifera, Boluwatife Treasure Bankole, Kawthar Al Haddad, Fadi Youssef, Decra Izam, Alaa ChouchNiye, Nadine Labaki
  • Scénario : Nadine Labaki, Jihad Hojeily, Michelle Kesroquani
  • Production : Khaled Mouzanar, Michel Merkt
  • Photographie : Christopher Aoun
  • Montage : Konstantin Bock, Laure Gardette
  • Décors : Hussein Baydoun
  • Costumes : Zeina Saab Demelero
  • Musique : Khaled Mouzanar
  • Distribution :  Gaumont
  • Durée : 2h03

 

Commentaires

A la Une

Rebecca : premier aperçu du remake du classique d’Hitchcock

Le thriller dramatique Rebecca, premier film américain d’Alfred Hitchcock oscarisé en 1940 va bénéficier d’une nouvelle version, toujours adaptée du… Lire la suite >>

Teaser de The Comey Rule : Brendan Gleeson en Donald Trump pour la minisérie Showtime

Billy Ray consacre un portrait grinçant à la rivalité entre Donald Trump et l’ex-patron du FBI James Comey, licencié alors… Lire la suite >>

Alan Parker, le réalisateur de Midnight Express, Birdy et The Wall, nous a quittés

Le grand réalisateur britannique Alan Parker, connu pour ses grands succès critiques et publiques, est décédé à l’âge de 76… Lire la suite >>

Ratched : le prequel de Vol au-dessus d’un nid de coucou par Ryan Murphy se dévoile en photos

Sarah Paulson et Sharon Stone apparaissent dans les premiers clichés de la nouvelle production de Ryan Murphy pour Netflix, une… Lire la suite >>

Adieu les cons : Virginie Efira dans le teaser hilarant du nouvel Albert Dupontel

L’actrice apparaît dans le premier extrait du prochain film d’Albert Dupontel, Adieu les cons, dans lequel elle campe une quadragénaire… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SCOOBY ! 136 617 3 480 224
2 DIVORCE CLUB 128 698 2 371 367
3 TOUT SIMPLEMENT NOIR 114 515 3 522 204
4 ETE 85 76 791 2 270 181
5 ADORABLES 69 567 1 69 567
6 L'AVENTURE DES MARGUERITE 58 645 2 144 320
7 IP MAN 4 LE DERNIER COMBAT 58 408 1 58 408
8 MON NINJA ET MOI 51 963 2 110 277
9 MADRE 30 484 1 30 484
10 EN AVANT 25 365 21 881 832

Source: CBO Box office

Nos Podcasts