Blu-ray / La Fille sur la balançoire de Richard Fleischer : critique

Publié par Sévan Lesaffre le 1 octobre 2018

Synopsis : Au début du XXème siècle à New York, un homme riche et instable tire sur l’ex-amant de sa maîtresse.

♥♥♥♥

 

La fille sur la balancoire - jaquette

La fille sur la balançoire – jaquette

La Fille sur la balançoire, drame hollywoodien flamboyant de Richard Fleischer (Vingt Mille Lieues sous les mers, Le Voyage fantastique) réalisé en 1955, est tiré du scandale que provoqua, dans l’Amérique du début du XXème siècle, l’assassinat de Stanford White, architecte multipliant les conquêtes, épris d’une jolie danseuse de seize ans. L’affaire, restée dans les mémoires comme le « procès du siècle », fut d’ailleurs évoquée en 1981 dans Ragtime de Milos Forman puis reprise en 2007 par Claude Chabrol dans La fille coupée en deux, avec Ludivine Sagnier dans le rôle-titre. Ici, en raison de la suprématie du code Hays, le fils du créateur de Betty Boop et Popeye ainsi que ses scénaristes, Walter Reisch et Charles Brackett, n’ont pu retranscrire l’entière réalité et livrent une vision à la fois romantique, édulcorée et soignée de ce fait divers scabreux. La candide chorus girl Evelyn Nesbit, interprétée par l’émouvante et talentueuse Joan Collins (Femmes, Les Naufragés de l’autocar, Une île au soleil), tombe sous le charme de Stanford White, séducteur réputé, incarné par un noble et rigide Ray Milland (Les Naufrageurs des mers du sud, Le Poison, Le crime était presque parfait). Malgré leur différence d’âge, ils deviennent amants, jusqu’à ce que ce dernier, rattrapé par sa conscience, décide d’éloigner la jeune femme, dont il est tombé amoureux. Evelyn, victime tragique de cet amour impossible et de la perversité d’un homme égocentrique, se croit délaissée, et finit par répondre aux avances de Harry Thaw (l’odieux Farley Granger), un riche oisif qui lui fait une cour acharnée. Ce dernier l’épouse quatre ans plus tard. Mais sa jalousie s’exacerbe à l’encontre de White. 

 

Joan Collins - La fille sur la balancoire

Joan Collins – La fille sur la balançoire

 

Cette intrigue sombre et vénéneuse située dans le New York mondain de 1906, dessine un triangle amoureux ambigu, complexe et contrasté, axé sur la réversibilité entre la splendeur des apparences et la vérité sordide des désirs (« J’ai tué l’homme qui a perverti ma femme ! » s’écrie Thaw après avoir assassiné l’architecte). Fleischer, qui tente ici de déjouer la censure, traite en filigrane de la rivalité amoureuse, de l’impossible préservation de la jeunesse, de la pureté et de l’innocence. En effet, par l’intermédiaire de protagonistes masculins dangereusement séduisants, le réalisateur met en lumière la différence sociale comme étant l’un des moteurs du mélodrame.

 

La mise en scène de La Fille sur la balançoire est classique, la reconstitution historique remarquable, le jeu des comédiens convaincant, les décors et costumes splendides. Filmé dans un éblouissant Technicolor de Milton Krasner (Ève, Sept ans de réflexion, Celui par qui le scandale arrive), ce drame passionnel en CinémaScope marque surtout par son ton feutré, son style sophistiqué (qui rappelle celui de Jacques Becker dans Les Aventures d’Arsène Lupin) et sa somptuosité esthétique qui culmine véritablement lors de la séquence finale.

 

La fille sur la balancoire

La fille sur la balançoire

 

L’instrument de séduction est ici une balançoire en velours rouge, couleur de la passion et de l’érotisme, qui traduit l’ambiguïté des rapports des deux amants (dans la scène-clé, caméra subjective et montage vertigineux font de la belle Evelyn un objet de convoitise, se balançant fougueusement sous le regard malsain de White), les surimpressions, typiquement hollywoodiennes, figurent le rêve et le fantasme, tandis que le dénouement, particulièrement cruel —qui n’est pas sans rappeler Lola Montès—, détruit le mythe américain de l’ascension sociale que le personnage de Collins semblait incarner. Si le beau Farley Granger (La Corde, L’Inconnu du Nord-Express, Senso) compose quant à lui un soupirant violent et névrosé, le charme inoubliable de Joan Collins, au visage rayonnant de beauté, opère toujours. À noter que l’actrice n’était pas le premier choix de la Fox puisque le studio avait d’abord pensé à Marilyn.

 

Mis en musique par Leigh Harline (Blanche-Neige et les Sept Nains, Pinocchio, L’Homme de l’Ouest), La Fille sur la balançoire demeure un bouleversant drame psychologique réalisé avec un soin minutieux. Le long métrage ne marque pas la filmographie de Richard Fleischer face au chef-d’oeuvre Vingt Mille Lieues sous les mers —remportant deux Oscars— mettant en scène James Mason et Kirk Douglas, sorti un an auparavant. Le cinéaste, attaché aux histoires sombres et sordides, réalisera d’autres films inspirés de faits divers notoires tels que Le Génie du mal, L’Étrangleur de Boston et L’Étrangleur de la place Rillington.

 

 

La fille sur la balancoire - edition

La fille sur la balancoire – edition

Blu-ray : Les Éditions Rimini proposent de redécouvrir ce film inédit rarement diffusé en France dans une sublime version remasterisée par la 20th Century Fox. Il est accompagné d’une interview d’une vingtaine de minutes de la critique de cinéma Ophélie Wiel intitulée Un fait divers en Technicolor.

 

 

 

  • LA FILLE SUR LA BALANÇOIRE (The Girl in the Red Velvet Swing)
  • Sortie vidéo : 2 octobre 2018
  • Version restaurée haute définition
  • Format / Produit : Blu-ray et DVD
  • Réalisation : Richard Fleischer
  • Avec : Joan Collins, Ray Milland, Farley Granger, Luther Adler, Cornelia Otis Skinner, Glenda Farrell, Frances Fuller, Phillip Reed…
  • Scénario : Walter Reisch, Charles Brackett
  • Production : Charles Brackett
  • Photographie : Milton R. Krasner
  • Montage : William Mace
  • Décors : Stuart A. Reiss, Walter M. Scott
  • Costumes : Charles Le Maire
  • Musique : Leigh Harline
  • Édition vidéo : Rimini Éditions
  • Tarif : 16,99 € (DVD) – 19,99 € (Blu-ray)
  • Durée : 1h49
  • Sortie initiale : 1er octobre 1955  (États-Unis) – 7 août 1957 (France)

 

Commentaires

A la Une

Officier et Gentleman : Un remake en préparation avec Miles Teller en tête d’affiche

L’acteur de Whiplash et de Top Gun Maverick reprendra le rôle tenu par Richard Gere dans le film original des… Lire la suite >>

Possession : Robert Pattinson s’associe au réalisateur de Smile pour un remake

L’acteur Robert Pattinson et le réalisateur des deux films Smile, Parker Finn, ont pour projet un remake du classique des… Lire la suite >>

Rebecca Ferguson et Idris Elba au casting du nouveau film de Kathryn Bigelow

Après sept ans d’attente, le retour de la réalisatrice oscarisée Kathryn Bigelow n’a jamais été aussi proche. Elle devrait accueillir… Lire la suite >>

The Hexagonal Hive and a Mouse in a Maze : Tilda Swinton dévoile la bande-annonce de son premier documentaire

L’actrice oscarisée Tilda Swinton, reconnue pour son talent et sa polyvalence, va faire ses débuts derrière la caméra.    … Lire la suite >>

Johnny Depp incarnera Satan et rejoint Jeff Bridges en Dieu dans le prochain Terry Gilliam

Le réalisateur britannique, ex-membre des Monty Python, débutera en janvier le tournage de son prochain long-métrage, The Carnival at the End… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 705 465 7 7 321 013
2 BAD BOYS : RIDE OR DIE 257 710 2 637 833
3 LA PETITE VADROUILLE 116 924 2 277 085
4 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 95 622 6 2 297 722
5 FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX 94 954 4 828 705
6 LES GUETTEURS 94 753 1 94 753
7 JULIETTE AU PRINTEMPS 69 183 1 69 183
8 HAIKYU !! LA GUERRE DES POUBELLES 64 242 1 64 242
9 BLUE & COMPAGNIE 59 387 6 1 118 575
10 LOVE LIES BLEEDING 37 146 1 37 146

Source: CBO Box office

Nos Podcasts