Bienvenue à Marwen de Robert Zemeckis : critique 

Publié par Sévan Lesaffre le 3 janvier 2019

Synopsis : L’histoire de Mark Hogancamp, victime d’une amnésie totale après avoir été sauvagement agressé, et qui, en guise de thérapie, se lance dans la construction de la réplique d’un village belge durant la Seconde Guerre mondiale, mettant en scène les figurines des habitants en les identifiant à ses proches, ses agresseurs ou lui-même…

 

♥♥♥♥

 

Bienvenue a Marwen - affiche

Bienvenue à Marwen – affiche

Pour mettre en scène Bienvenue à Marwen, Robert Zemeckis —réalisateur de Retour vers le futurForrest Gump ou encore du cultissime Qui veut la peau de Roger Rabbit ?—s’inspire d’une histoire vraie. Victime d’une violente agression homophobe, Mark Hongancamp incarné par Steve Carrel (The Big Short,Last Flag Flying,Foxcatcher), talentueux illustrateur devenu photographe, se reconstruit grâce à un monde de poupées hyperréalistes qu’il a créé de toutes pièces. Le script, co-écrit par la scénariste Caroline Thompson, habituelle collaboratrice de Tim Burton, est tiré du documentaire Marwencol de Jeff Malmberg diffusé sur la chaîne PBS en 2010, racontant la guérison et la reconstruction d’un homme par l’art. Pour contrer son traumatisme, Mark crée dans son jardin une maquette miniature de Marwen, un village fictif belge au temps de la Seconde Guerre mondiale, dans lequel une armée de barbies sexy et féroces, inspirées des femmes de sa vie, combat les nazis. Le film, à la fois hybride, politique et audacieux, entremêle donc deux intrigues : celle d’Hogancamp, artiste en proie à son amnésie photographiant avec un vieil appareil ses décors construits à l’aide de jouets et de matériaux de récupération, et celle de son alter-ego, le capitaine Hogie, héroïque mannequin miniaturisé.

 

Steve Carell - Bienvenue a Maren

Steve Carell – Bienvenue a Maren

 

Maître des effets spéciaux et pionnier en la matière, Robert Zemeckis perfectionne ici la performance capture, déjà testée quinze ans auparavant dans Le Pôle Express ou Le Drôle de Noël de Scrooge produit par les studios Disney en 2009. Les séquences animées de Bienvenue à Marwen reflètent le drame se déroulant dans l’esprit de Mark Hogancamp, homme brisé à l’âge de 38 ans. Privé de ses compétences mentales et physiques mais véritable scénographe de son quotidien, ce dernier, en quête d’amour, collectionne « l’éternel féminin ». Si les pin-up l’aident à vaincre l’ennemi, la puissance de son imagination créative parviendra finalement à le sauver. Cette thérapie métaphorique sur la force mentale s’avère visuellement bluffante : la caméra virevolte entre fusillades, danse et séduction, au gré des fantasmes voire des hallucinations du héros. Ici, réalité et fiction s’enchevêtrent, se confondent, conduisent la mise en scène dans un perpétuel va-et-vient, tout en décrivant la cruauté d’un traumatisme de manière viscérale, tandis que Steve Carell, Leslie Mann interprétant Nicol, et leurs partenaires passent incessamment d’un monde à l’autre.

 

L’étrange atmosphère de Bienvenue à Marwen, renforcée par l’angoissante musique composée par Alan Silvestri (À la poursuite du diamant vertContactSeul au monde), fidèle collaborateur du réalisateur, est mise au service d’un univers sombre (la sorcière belge hante les rêves de Mark), drôle (Nicol est éveillée par le baiser d’amour telle une Blanche-Neige), sensuel et particulièrement déroutant. Zemeckis, qui compose une ode touchante à l’imaginaire, prend un malin plaisir à s’autociter, dénonce une Amérique violemment machiste et explore les thèmes de l’homophobie et du féminisme. Steve Carell, quant à lui, est attendrissant en artiste abîmé inventant sa propre guérison. L’obsession du protagoniste soutient toutefois l’ambivalence du propos. Entre récit intime et blockbuster inventif, Bienvenue à Marwen se démarque par sa singularité. La création et l’originalité aident à appréhender les difficultés de la vie.

 

 

 

  • BIENVENUE À MARWEN (Welcome to Marwen)
  • Sortie salles : 2 janvier 2019
  • Réalisation : Robert Zemeckis
  • Avec : Steve Carell, Leslie Mann, Eiza Gonzalez, Diane Kruger, Gwendoline Christie, Merritt Wever, Janelle Monae, Siobhan Williams, Leslie Zemeckis, Neil Jackson…
  • Scénario : Robert Zemeckis, Caroline Thompson, d’après l’oeuvre de Jeff Malmberg
  • Production : Steve Starkey
  • Photographie : C. Kim Miles
  • Montage : Jeremiah O’Driscoll
  • Décors : Stefan Dechant
  • Costumes : Joanna Johnston
  • Musique : Alan Silvestri
  • Distribution : Universal Pictures International France
  • Durée : 1h55

 

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts