Eric Clapton – Life in 12 Bars de Lili Fini Zanuck : Critique

Publié par Camille Carlier le 21 janvier 2019

Synopsis : Eric Clapton est pour des millions de gens une légende vivante du Blues et du Rock. Véritable icône, il a traversé les décennies, connaissant gloire et successions d’épreuves. Malgré sa pudeur, il nous livre pour la première fois l’ensemble de sa vie y compris ses drames les plus intimes. Mêlant archives personnelles, performances rares et témoignages inédits (B.B. King, George Harrison, Pattie Boyd, Bob Dylan, Steve Winwood…), ce documentaire retrace la destinée emblématique de celui que l’on appelle «GOD»…

♥♥♥♥

 

Eric Clapton - Life in 12 bars - affiche

Eric Clapton – Life in 12 bars – affiche

C’est à la demande de son très vieil ami Clapton que Lili Fini Zanuck s’est lancée dans la réalisation de Life in 12 Bars. GOD, comme beaucoup le surnomment et dont la réputation n’est plus à faire, avait composé en 1991 pour la productrice, la bande-originale de Rush, film qu’elle signait sur l’enfer de la drogue. L’exercice de raconter la vie d’un de ses amis proches était alors périlleux tout comme l’objectif de toucher le plus large public quand l’exercice pourrait vite ne combler que les fans de la première heure. C’est au final 2h15 touchantes et authentiques en compagnie du bluesman anglais qui, si elles manquent un peu de substance concernant l’œuvre musicale de l’artiste et sa création technique, permettent une compréhension profonde du personnage. Éric Clapton, probablement conforté par la proximité avec son réalisateur, se livre sur tout ce qui a pu façonner l’être et surtout le musicien qu’il est devenu. De son histoire familiale compliquée à ses amitiés intenses et sincères, il entre dans les détails de ce qui brise un être ou le sauve. Comme un des motifs majeurs au patchwork de son œuvre, sa relation à la femme est exprimée avec beaucoup de pudeur par des mots et des archives. Ils laissent entrevoir subtilement comme celle-ci à pu parfois le guider ou le faire fuir. Qu’il s’agisse d’une mère qu’il a toujours cru être sa sœur et dont le rejet le poussera à s’oublier dans la musique, ou son amour malheureux pour Pattie Boyd – la muse d’Old Love, Wonderful Tonight ou encore Layla-, pendant de nombreuses années encore la femme de son meilleur ami, George Harrison. L’amitié est également conviée, via la perte douloureuse de Jimi Hendrix qui le plongea dans une léthargie inquiétante ou encore l’adoubement touchant de B.B. King renouvelé lors du Crossroad Guitar Festival de 2007 où celui-ci déclare « Puissé-je vivre pour toujours et puisses-tu vivre pour toujours et un jour, car je ne voudrais pas être là lorsque tu disparaîtras ». Comme réponse posthume Éric Clapton ouvre le documentaire par un message face caméra où il rend hommage à celui qui décède en 2015 et avec qui il enregistra Rinding With the King.

 

Eric Clapton - Life in 12 bars

Eric Clapton – Life in 12 bars

 

Le tout se pare de séquences musicales qui se fondent parfaitement dans le propos, nous guidant dans chaque strate de vie que l’homme de 73 ans a vécue et fait sienne. En même temps qu’il croise la route de grands noms, à l’appui, cette anecdote savoureuse expliquant comment il s’est retrouvé à jouer sur Good to Me As I Am to You pour Aretha Franklin à seulement 22 ans. Sont évoquées les périodes Yadbirds, John Mayall & The Bluesbreakers, ou encore les virtuoses improvisations avec Cream jusque Derek & The Dominos, qui accouchera d’une merveille d’album, Layla and Other Assorted Love Songs. Certains pourront trouver le tout quelque peu sombre, Clapton lui-même a avoué préférer la seconde partie où il se trouve plus souriant, comme enfin content de vivre. On comprend alors Life In 12 Bars comme thérapeutique pour son sujet.

 

Nommé au Grammy Awards 2019 dans la catégorie Meilleur film musical aux côtés de Whitney de Kévin Macdonald et The King d’Eugene Jarecki, Life in 12 Bars a été diffusé l’année dernière sur Showtime. Et bien que l’on ait souvent eu peur de le voir arrêter la musique – puisqu’il pourrait se contenter de passer ses journées à simplement en écouter-, Éric Clapton a encore de nombreuses dates à son calendrier 2019 devant permettre aux spectateurs du documentaire une écoute live cathartique à souhait.

 

 

 

  • ERIC CLAPTON : LIFE IN 12 BARS
  • Sortie salles : 23 janvier 2019
  • Réalisation : Lili Fini Zanuck
  • Avec : Eric Clapton, Pattie Boyd, John Mayall, Ben Palmer, Jim McCarthy, Paul McCartney, Howard Smith, Cathy James
  • Scénario : Stephen Weintraub, Larry Yelen
  • Production : Lili Fini Zanuck, Larry Yelen, John Battsek, Stephen Weintraub
  • Montage : Chris King
  • Musique : Gustavo Santaolalla
  • Distribution : Orsans Distribution
  • Durée : 2h15

 

Commentaires

A la Une

Un teaser et une affiche pour le film Breaking Bad

Netflix a dévoilé cette nuit un teaser d’une minute ainsi qu’une affiche pour le film El Camino : un film Breaking… Lire la suite >>

Première image d’Emma Stone en Cruella De Vil

La première photo d’Emma Stone dans le rôle de Cruella De Vil a été dévoilée par Disney à l’occasion de… Lire la suite >>

The Mandalorian : le trailer de la série Star Wars

Lucasfilm a profité de la D23 pour dévoiler le trailer tant attendu de The Mandalorian. La série raconte les aventures… Lire la suite >>

Trailer de La Belle et le Clochard en live-action 

Le premier trailer de La Belle et le Clochard mettant en scène de vrais chiens a été dévoilé par Disney… Lire la suite >>

Trailer de Motherless Brooklyn de et avec Edward Norton

Edward Norton revient à la fois devant et derrière la caméra pour Motherless Brooklyn, où il incarne un détective privé… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONCE UPON A TIME... IN HOLLYWOOD 1 132 221 1 1 132 221
2 LE ROI LION 696 877 5 8 388 607
3 FAST & FURIOUS : HOBBS & SHAW 616 366 2 1 747 507
4 COMME DES BETES 2 377 267 3 1 639 901
5 C'EST QUOI CETTE MAMIE ?! 318 179 2 743 557
6 DORA ET LA CITE PERDUE 245 156 1 245 156
7 TOY STORY 4 115 532 8 4 285 567
8 PLAYMOBIL, LE FILM 100 902 2 277 849
9 SPIDER-MAN : FAR FROM HOME 92 421 7 3 136 801
10 PERDRIX 59 482 1 59 482

Source: CBO Box office

Nos Podcasts