Sorry to bother you de Boots Riley : critique

Publié par CineChronicle le 1 février 2019

Synopsis : Cassius Green vit avec sa copine dans le garage de son oncle et croule sous les dettes. Fraîchement embauché en tant que télémarketeur, Cassius va se révéler des plus compétents et va rapidement gravir les échelons de l’entreprise. Mais son évolution vers une élite des plus immorales va progressivement l’éloigner de tous ses proches.

 

♥♥♥♥

 

Sorry to bother you - affiche

Sorry to bother you – affiche

À l’ère du Black Lives Matter, de nombreux films sont venus mettre en lumière les discriminations raciales subies par la communauté afro-américaine. Parmi eux, Detroit, Les figures de l’ombre et BlacKkKlansman se servaient du passé comme miroir du présent, mais il y également d’autres oeuvres, comme Get Out, qui ont osé s’aventurer vers des genres plus fantaisistes pour parler de problématiques sociales. Pour son premier film, le musicien Boots Riley lui, vise la satire burlesque avec Sorry to bother you et frappe fort à travers cette oeuvre aussi loufoque que militante. On y retrouve le personnage de Cassius, interprété par Lakeith Stanfield, jeune homme à la situation modeste qui va rêver de prendre l’ascenseur social. Cet ascenseur existe réellement dans le film. Ses portes sont dorées et il faut connaître le code d’une centaine de chiffres pour l’activer. Tout est ainsi dans Sorry to bother you, à l’instar d’un Michel Gondry, il n’y a pas de frontière entre l’imaginaire et la réalité. Ainsi, lorsque Cassius démarche ses clients au téléphone, nous le voyons littéralement débarquer (avec son bureau) dans leur intimité. Pour les convaincre, il doit utiliser « sa voix de blanc » qui remplace celle qu’il possède par le timbre haut perché d’un autre acteur. À la télévision, les gens se font tabasser pour divertir l’audience… Toutes ces idées offrent des passages parfois crétins, mais aussi de véritables moments de cinéma. Avec son maniement de l’hyperbole et du non-sens à la Spike Jonze, le film accède à un ton incisif tellement décalé qu’il en devient souvent hilarant. La dernière partie de l’oeuvre bascule dans le fantastique et va même jusqu’à s’aventurer dans des citations de Pinocchio et de Soleil Vert. Derrière cet aspect badin se cache une colère très marquée. Une caricature qui dénonce autant de maux de la société américaine. Boots Riley s’attaque au monde de l’entreprise, à la précarité des Afro-américains, au racisme ordinaire, aux violences policières, à la vacuité des médias, aux marchands d’armes ou encore au capitalisme dans son ensemble. « L’humour est l’arme blanche des hommes désarmés » disait Romain Gary, et si Sorry to bother you se révèle parfois un brin chaotique, il touche souvent dans le mille. Le ton est libre, les acteurs sont généreux et Donald Glover sort son « too old for this sh*t ». Que demander de plus ?

 

Robin Plomb

 

 

  • SORRY TO BOTHER YOU
  • Sortie salles : 30 janvier 2019
  • Réalisation : Boots Riley
  • Avec : Lakeith Stanfield, Tessa Thompson, Steven Yeun, Danny Glover, Terry Crews, Jermaine Fowler, Kate Berlant, Michael X. Sommers,…
  • Scénario : Boots Riley
  • Production : Jonathan Duffy, Nina Yang Bongiovi, Forest Whitaker, Kerry Williams, George Rush, Charles D. King
  • Photographie : Doug Emmett
  • Montage : Terel Gibson
  • Décors : Kelsi Ephraim
  • Costumes : Deirdra Elizabeth Govan
  • Musique : The Coup, Merrill Garbus, Nate Brenner
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 1h51
  • Site officiel du film

 

Commentaires

A la Une

Shaft de retour dans une nouvelle bande-annonce

Dix-neuf ans après la sortie du film de John Singleton, Samuel L. Jackson reprend le rôle de Shaft. Un premier… Lire la suite >>

La suite de World War Z de David Fincher avec Brad Pitt est suspendue

Paramount Pictures a annulé le second volet de World War Z de David Fincher suite à des problèmes budgétaires.  … Lire la suite >>

Paul Greengrass en pourparlers pour adapter News of the World avec Tom Hanks

Le cinéaste britannique Paul Greengrass est actuellement en pourparlers pour réaliser l’adaptation de News Of The World, roman à succès… Lire la suite >>

Un nouveau trailer impressionniste pour le biopic At Eternity’s Gate avec Willem Dafoe

Netflix a diffusé une seconde bande-annonce de At Eternity’s Gate, biopic réalisé par Julian Schnabel retraçant les dernières années de… Lire la suite >>

Anya Taylor-Joy au casting de Last Night in Soho, film d’horreur d’Edgar Wright

, révélée dans The Witch de Robert Eggers et qui a récemment repris son rôle de Casey Cooke dans Glass… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 QU'EST-CE QU'ON A ENCORE FAIT AU BON DIEU ? 1 488 162 2 3 641 255
2 DRAGONS 3 : LE MONDE CACHE 1 224 811 1 1 224 811
3 NICKY LARSON ET LE PARFUM DE CUPIDON 630 013 1 630 013
4 LA MULE 330 116 3 1 428 023
5 GREEN BOOK SUR LES ROUTES DU SUD 245 178 3 781 152
6 LA FAVORITE 166 719 1 166 719
7 MINUSCULE 2 : LES MANDIBULES DU BOUT DU MONDE 162 009 2 419 876
8 UNE INTIME CONVICTION 130 195 1 130 195
9 GLASS 128 720 4 1 154 465
10 LES INVISIBLES 125 573 5 1 208 161

Source: CBO Box office

Nos Podcasts