Cinélatino 2019 / Tremblements de Jayro Bustamante : critique

Publié par Erica Farges le 31 mars 2019

Synopsis : Guatemala, Pablo, 40 ans, est un « homme comme il faut », religieux pratiquant, marié, père de deux enfants merveilleuxQuand Il tombe amoureux de Francisco, sa famille et son Église décident de l’aider à se « soigner ». Dieu aime peut-être les pécheurs, mais il déteste le péché.

♥♥♥♥

 

Tremblements - affiche

Tremblements – affiche

Vainqueur du Prix du Public et du Prix Rail d’Oc des cheminots pour ces 31es Rencontres du Festival Cinélatino de Toulouse, Tremblements aborde la thématique de l’homosexualité au sein de la classe moyenne guatémaltèque pratiquante. Jayro Bustamante, qui s’intéressait aux injustices perpétrées envers les minorités ethniques au Guatemala dans son précédent film Ixcanul, ayant également remporté le Prix du Public à Cinélatino en 2015, en plus de l’Ours d’Argent au Festival de Berlin, se penche cette fois sur l’intolérance vis-à-vis des minorités sexuelles. Si le décor initial de Tremblements peut paraître plus familier, bien qu’un peu désuet, à un public européen que celui de sa précédente réalisation, l’histoire de Pablo (Juan Pablo Olyslager) devient quasi surnaturelle, voire horrifique, lorsqu’il accepte la conversion anti-homosexualité proposée par sa paroisse et sa famille. Ainsi, on retrouve dans ce drame une problématique qui revient souvent au cinéma. À l’instar de Boy Erased ou Come as You Are, le cinéaste guatémaltèque traite ici la thématique des « cures d’homosexuels », souvent initiées par les institutions religieuses et qui se pratiquent encore un peu partout à travers le monde. Malgré cette similitude avec les deux longs-métrages étasuniens, on fait face ici à un personnage principal plus âgé, un adulte déjà marié, père de famille, qui entreprend ce processus pour préserver son image, ainsi que son mariage, et non d’un adolescent envoyé de force par ses parents dans un centre de reconversion. Œuvre cinématographique qui privilégie un certain réalisme avec une mise en scène sobre, elle prend pourtant un aspect de thaumaturgie sinistre lors de la tentative de « guérison » du protagoniste, comme le volcan prenait une dimension mythique dans Ixcanul. Brutal et poignant, Tremblements explore habilement un sujet social encore tabou en montrant à l’écran la déshumanisation et la violence sourde qu’il peut engendrer.

 

 

 

  • TREMBLEMENTS (Tremblores)
  • Sortie salles : 1er mai 2019
  • Réalisation : Jayro Bustamante
  • Avec : Juan Pablo Olyslager, Maurício Armas, Diane Bathen, María Telón, Sabrina De La Hoz, Rui Frati, Magnolia Morales, Sergio Luna, Pablo Arenales, Mara Martinez
  • Scénario : Jayro Bustamante
  • Production : Gérard Lacroix, Jayro Bustamante, Marina Peralta, Georges Renand
  • Photographie : Luis Armando Arteaga
  • Montage : César Díaz et Santiago Otheguy
  • Décors : Pilar Peredo
  • Musique : Pascual Reyes
  • Distribution : Memento Films
  • Durée : 1h40

Commentaires

A la Une

Stranger Things : un teaser et un premier spoiler pour la saison 4

La première bande-annonce de la prochaine saison de Stranger Things met fin à l’un des principaux suspenses de la saison… Lire la suite >>

O2 : Noomi Rapace au casting du thriller SF produit par Alexandre Aja

Dans ce film distribué par Wild Bunch, la star de Millenium interprétera une femme qui, à peine sortie de cryogénisation,… Lire la suite >>

Mourir peut attendre : découvrez le titre phare du film chanté par Billie Eilish

La chanson du générique de Mourir peut attendre, composée et interprétée par Billie Eilish est enfin disponible. Elle comptabilise déjà… Lire la suite >>

The French Dispatch : un premier trailer à la hauteur des attentes pour le nouveau Wes Anderson

La bande-annonce promet une œuvre dantesque portée par une galerie d’interprètes qui laisse rêveur ; Tilda Swinton, Frances Mc Dormand, Timotée Chalamet, Elisabeth… Lire la suite >>

César 2020 : Le fonctionnement de l’Académie remis en cause par 400 personnalités

Entre polémiques, opacité et membres nommés à vie, les dysfonctionnements de l’Académie des César ont abouti à la mobilisation du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LE VOYAGE DU DR DOLITTLE 416 180 1 416 180
2 BIRDS OF PREY (ET LA FANTABULEUSE HISTOIRE DE HARLEY QUINN) 412 178 1 412 178
3 DUCOBU 3 399 199 1 399 199
4 1917 279 512 4 1 723 932
5 BAD BOYS FOR LIFE 239 166 3 1 300 197
6 THE GENTLEMEN 238 040 1 238 040
7 #JESUISLA 112 363 1 112 363
8 LE LION 107 201 2 360 293
9 JOJO RABBIT 91 534 2 223 588
10 SAMSAM 86 711 1 86 711

Source: CBO Box office

Nos Podcasts