Une vie cachée de Terrence Malick : critique 

Publié par Sévan Lesaffre le 11 décembre 2019

Synopsis : Franz Jägerstätter, paysan autrichien, refuse de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme, Fani, et ses enfants, Franz, enfermé en attendant son jugement, reste un homme libre. Une vie cachée raconte l’histoire de ces héros méconnus.

 

♥♥♥♥

 

Une vie cachee - affiche

Une vie cachée – affiche

Après une trilogie expérimentale vaporeuse et poétique (À la MerveilleKnight of CupsSong to Song), le grand Terrence Malick (La Ligne RougeLe Nouveau MondeThe Tree of Life) revient à ses fondamentaux avec Une vie cachée, un dixième long-métrage gracieux et bouleversant inspiré d’une déchirante histoire vraie. Dans ce drame sur fond de Seconde Guerre mondiale, le cinéaste texan conte le destin et l’effroyable calvaire d’un paysan autrichien aux prises avec le nazisme. Niché dans un petit village au cœur des montagnes, Franz Jägerstätter, martyr méconnu – pourtant béatifié par Benoît XVI en 2007 – incarné avec talent et ferveur par l’acteur allemand August Diehl (Inglourious BasterdsLe Jeune Karl MarxL’Empereur de ParisKursk), refuse de se battre et de se soumettre au régime hitlérien. Mari et père de trois filles, l’homme très religieux rejette les idéaux de l’occupant nazi qui annexe son pays en 1938. D’abord exclu de sa propre communauté, le farouche objecteur de conscience est fait prisonnier et attend une mort certaine, pendant que sa femme Fani, fabuleuse mère courage interprétée par la douce Valerie Pachner, continue de travailler la terre. Dans sa cellule, le paysan a plusieurs fois l’occasion de faire machine arrière, de reconnaître que son acte courageux de résistance le détruit, ses geôliers le pressant de se raviser, mais plongé dans sa lecture de la Bible, ce dernier est conforté dans ses certitudes. Franz Jägerstätter sera décapité le 9 août 1943.

 

August Diehl - Une vie cachee

August Diehl – Une vie cachée

 

Dès sa vertigineuse séquence d’ouverture tissée d’images d’archives, Une vie cachée, grand oublié du palmarès cannois, se construit comme la longue prière d’un homme dans la tourmente, l’inéluctable chemin de croix d’une figure christique mettant constamment au défi sa foi humaniste. Terrence Malick, qui, à travers cette lente agonie, revient ici à la narration linéaire, met en scène dans une nature sublime l’attente, l’absence, l’espoir, le doute et magnifie le combat spirituel de son personnage en citant La Ligne Rouge pour la correspondance d’un couple séparé par l’enfer de la guerre, néanmoins uni par un amour inconditionnel qui n’enferme jamais l’autre mais l’élève, puis Les Moissons du ciel pour le travail agricole ou encore The Tree of Life pour le rapport père/enfants.

 

Malick n’a rien perdu de sa maîtrise ni de sa virtuosité : fidèle à son style lyrique et allusif, le réalisateur révèle avec délicatesse l’itinéraire intérieur de Franz, sa famille, son labeur et sa dignité face à une adversité qui le contraindrait à trahir ses convictions. Ici, la mise en scène joue des ellipses comme pour dépeindre un bonheur pastoral en suspens. La caméra grand angle, qui observe la chute enténébrée de ce héros libre et de son paradis perdu à la lumière des saisons, tournoie dans de longs travellings et plans séquences, laissant au spectateur le temps d’admirer les somptueux paysages, et capture la moindre émotion, toujours juste, pure, envoûtante. Cette fresque tragique profondément touchante portée par la musique de James Newton Howard (Les Animaux fantastiquesRed SparrowDetroit) conserve la verve à la fois historique et mystique caractéristique du cinéma malickien.

 

Éblouissante quête métaphysique, véritable ode à la liberté intérieure, appel à la résistance et à la désobéissance civile, Une vie cachée poétise le parcours sacrificiel et la lutte acharnée d’un homme en crise tout en renvoyant aux plus belles œuvres de Malick.

 

 

 

  • UNE VIE CACHÉE (A Hidden Life)
  • Sortie : 11 décembre 2019
  • Réalisation : Terrence Malick
  • Avec : August Diehl, Valerie Pachner, Maria Simon, Tobias Moretti, Bruno Ganz, Matthias Schoenaerts, Karin Neuhäuser, Ulrich Matthes, Franz Rogowski, Karl Markovics, Michael Nyqvist, Johannes Krisch, Johan Leysen, Martin Wuttke, Waldemar Kobus, Sophie Rois, Alexander Fehling, Dimo Alexiev…
  • Scénario : Terrence Malick
  • Production : Josh Jeter, Grant Hill, Dario Bergesio, Elisabeth Bentley
  • Photographie : Jörg Widmer
  • Montage : Rehman Nizar Ali, Joe Gleason, Sebastian Jones
  • Décors : Sebastian T. Krawinkel, Yesim Zolan
  • Costumes : Lisy Christl
  • Musique : James Newton Howard
  • Distribution : UGC Distribution
  • Durée : 2h54

 

Commentaires

A la Une

Les Linceuls : Premier teaser pour le nouveau cauchemar de David Cronenberg

Présenté en compétition au festival de Cannes, le film met en scène Vincent Cassel et Diane Kruger dans un étrange… Lire la suite >>

Kathryn Bigelow s’associe à Netflix pour son prochain long-métrage

Les équipes de Netflix ont confirmé cette semaine lors de leur présentation aux annonceurs que la réalisatrice Kathryn Bigelow travaillait… Lire la suite >>

Barbarella : Edgar Wright en discussion pour réaliser le remake

Le réalisateur de Last Night in Soho, Baby Driver et Shaun of the Dead pourrait diriger cette nouvelle version, avec… Lire la suite >>

Megalopolis : le second trailer promet une fable épique et décadente

Le nouveau long-métrage de Francis Ford Coppola, qui fera ses débuts en compétition ce jeudi au Festival de Cannes, se… Lire la suite >>

Le grand Roger Corman nous a quittés

Le mythique réalisateur et producteur indépendant est décédé à l’âge de 98 ans, entouré des siens dans sa maison de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 992 121 2 2 123 462
2 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 932 730 1 932 730
3 BLUE & COMPAGNIE 453 213 1 453 213
4 BACK TO BLACK 167 304 3 845 618
5 THE FALL GUY 134 327 2 446 327
6 FRERES 89 343 3 503 190
7 N'AVOUE JAMAIS 73 326 3 465 729
8 LE TABLEAU VOLE 68 011 2 204 739
9 LES CARTES DU MAL 67 644 2 135 288
10 CHALLENGERS 64 487 3 379 920

Source: CBO Box office

Nos Podcasts