Livre / C’était Kubrick : critique

Publié par Jacques Demange le 8 avril 2021

Résumé : Le réalisateur culte, le reclus le plus célèbre et secret du 7e art, l’autodidacte de génie : rarement réalisateur se sera autant dérobé derrière sa légende que Stanley Kubrick. Manquait donc un portrait à hauteur d’homme, réalisé par l’un des rares privilégiés ayant appartenu au cercle très fermé des proches de l’artiste : Michael Herr, qui fut son ami, confident et collaborateur pendant près de vingt ans, était sans doute l’un des seuls à pouvoir s’acquitter de cette tâche délicate. Revenant sur près de cinquante ans de carrière, de polémiques et de malentendus, mêlant souvenirs, anecdotes et analyses, Herr livre une biographie sensible du cinéaste tel qu’il l’a côtoyé.

♥♥♥♥

 

Cetait Kubrick - livre

C’était Kubrick – livre

Reporter et écrivain, l’américain Michael Herr est principalement connu pour son incontournable ouvrage sur la guerre du Vietnam, Dispatches (traduit en français sous le titre Putain de mort). En qualité de scénariste, il participa à l’écriture de Full Metal Jacket (1987), un projet qui lui permit de goûter aux méthodes de travail de Stanley Kubrick. Au-delà de cette collaboration professionnelle, les deux hommes entretinrent une relation d’amitié qui fonde l’origine de ce court ouvrage de souvenirs publié pour la première fois en 2000, quelques mois après la mort du cinéaste. Moins qu’un portrait à proprement parler, c’est une vision que nous livre Herr. Forcément parcellaire et partial, le regard que jette le journaliste sur son ami profite néanmoins d’une certaine lucidité. Cherchant à battre en brèche les idées reçues, les préjugés et les malentendus qui se sont, au fil des écrits et des anecdotes, superposés à la figure de Kubrick, Herr prouve que humanité et légende peuvent parfois s’accorder et faire bon ménage. L’image d’un Kubrick impitoyable, maniaque du contrôle et obsédé par son ambition de perfection ne disparaît pas totalement mais se voit approfondie par une mise en contexte qui, sans s’abandonner aux déterminismes psychanalytiques de l’enfance (pourtant évoquée ici et là), éclaire les raisons de ce comportement jusqu’au-boutiste. Herr rappelle d’abord que l’appétit de Kubrick ne fut jamais le résultat d’une simple attitude égocentrique mais relevait d’un authentique besoin de savoirs qui le vit ingérer nombre d’informations, essentielles ou factuelles, pour parvenir à en récupérer la sève et la réemployer à bon escient. Cette curiosité qui le voyait s’intéresser à différents domaines (de la technologie à la culture populaire en passant par la philosophie, l’Histoire, la mythologie et la littérature) explique sans doute ses attentes vis-à-vis de ses collaborateurs de création.

 

 Obsédé par le détail, Kubrick ne pouvait totalement déléguer une partie de son film à une tierce personne, qu’il s’agisse de la lumière, de la musique, de l’interprétation, ou même de la promotion. La belle écriture de Herr décrypte les traits de la personnalité cinéaste à travers différentes analyses de son œuvre que soutient l’évocation de nombreuses anecdotes ainsi que la présence de quelques photographies d’archive.

 

En s’attardant sur un motif (la photographie) ou sur un film en particulier (les magnifiques pages consacrées à Eyes Wide Shut), l’auteur propose une définition de l’œuvre kubrickienne comme animée par la dynamique du rêve. Entre le caractère irrépressible du pulsionnel et le lyrisme troublant d’incertitudes qui caractérise l’état du songe, Herr perçoit Kubrick comme une sorte de Roi pêcheur, l’un des derniers représentants d’une génération qui croyait encore aux puissances enfouies de l’Art, se présentant comme le seul antidote possible au déclin culturel de notre civilisation. 

 

 

 

  • C’ÉTAIT KUBRICK
  • Auteur : Michael Herr
  • Éditions : Séguier
  • Date de parution : 8 avril 2021
  • Langues : français et anglais (sous le titre Kubrick, paru en 2000 chez Picador)
  • Format : 112 pages
  • Tarifs : 14,90 € (print)  – 10,99 € (numérique

Commentaires

A la Une

Sony conclut un accord avec Disney pour diffuser les Spider-Man et ses prochains films sur Disney+

Sony Pictures est l’un des seuls groupes à ne proposer pour le moment aucune plateforme de diffusion en streaming. Pourtant,… Lire la suite >>

Antoine Fuqua à la barre d’une nouvelle adaptation de La chatte sur un toit brûlant

Le réalisateur de Training Day et d’Equalizer va adapter la pièce de Tennessee Williams, La chatte sur un toit brûlant…. Lire la suite >>

Monte Hellman, le prix de l’indépendance

Principalement connu pour son film Macadam à deux voies (1971), le réalisateur Monte Hellman nous a quittés ce mardi 20… Lire la suite >>

Rob Zombie à la réalisation d’une adaptation de la série Les Monstres

Rob Zombie va réaliser un film adapté de la série Les Monstres des années 1960. Cette relecture pourrait être diffusée à la… Lire la suite >>

Love, Death + Robots : une première bande-annonce impressionnante pour la saison 2

La série animée d’anthologie de David Fincher et Tim Miller sera de retour sur Netflix en mai prochain.      … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts