Morbius de Daniel Espinosa : critique

Publié par CineChronicle le 29 mars 2022

Synopsis : Atteint d’une maladie du sang rare, le biochimiste Michael Morbius tente de se soigner. Il est déterminé à sauver les nombreuses victimes de cette pathologie mais s’infecte par inadvertance avec une forme de vampirisme.

♥♥♥♥

 

Morbius - affiche

Morbius – affiche

Sony semble décidément avoir un certain mal à tirer son épingle du jeu arachnéen. Alors que la trilogie Spider-Man sous l’ère Disney s’est achevée en décembre avec le tentaculaire succès de Spider-Man : No Way Home, Sony tente en parallèle de développer son univers étendu des personnages de l’univers de l’Homme-Araignée. Les deux premiers opus Venom, bien qu’ayant rencontré un succès notable en salle, avaient été accueillis très froidement par la critique. Avant l’arrivée du film sur Kraven le Chasseur, Sony présente maintenant Morbius, mettant en scène le docteur Michael Morbius, interprété par Jared Leto. Essayant de soigner sa rarissime maladie du sang en combinant son ADN à celui d’une chauve-souris, il s’en retrouve transformé en une sorte de vampire. Le film a quelques points positifs. On peut déjà mettre en avant la bonne volonté de Jared Leto, qui livre une prestation plus inspirée que le surjeu dans lequel il s’est enfermé, notamment dans son rôle dans Suicide Squad ou dans House of Gucci. Si les dialogues souffrent d’une écriture manquant cruellement de cohérence et d’incarnation, l’acteur déploie tous ses talents pour jouer sa partition avec une certaine sobriété, qui convient bien au rôle de Morbius. À ses côtés, Matt Smith cabotine et s’en donne à cœur joie pour donner toute sa folie à son personnage d’antagoniste, folie dont l’impact se retrouve là encore assez ruinée par l’incohérence des dialogues. Il y a pourtant une construction assez intéressante, bien qu’un peu pompeuse, de la relation entre ces deux grands brûlés de la vie, exclus de la société via leur handicapante maladie du sang. L’ouverture du film, 25 ans avant les événements, parvient assez bien à faire ressentir une forte empathie envers les deux jeunes enfants.

 

Jared Leto - Morbius

Jared Leto – Morbius de Daniel Espinosa

 

Mais très vite, le château de cartes s’effondre. Quand le film ne s’embête même pas à poser quelques cheveux blancs au professeur qui est supposé avoir vu grandir les deux protagonistes dans les 25 années qui viennent de s’écouler, on peut craindre le pire pour la cohérence du reste du film. Et à raison. Certes, l’explication scientifique sur laquelle Morbius fonde son raisonnement le poussant à s’intéresser aux chauves-souris ne s’avère pas moins convaincante que, par exemple, celle des moustiques figés dans l’ambre permettant de créer les dinosaures de Jurassic Park. Mais si la soif de sang à laquelle il se retrouve confronté après l’expérience suit bien cette logique, on ne peut que s’interroger sur la logique selon laquelle Morbius aurait également acquis le pouvoir de voler, et ce en dégageant une étrange traînée de fumée colorée derrière lui, ainsi qu’une force surhumaine.

 

Matt Smith - Morbius

Matt Smith – Morbius de Daniel Espinosa

 

De même, malgré son manque de subtilité qui la rend prévisible bien trop longtemps à l’avance, la rivalité entre le personnage de Matt Smith et celui de Jared Leto aurait pu avoir un intérêt, celui de confronter Jared Leto au choix cornélien de tenir sa promesse de toujours envers son ami d’enfance ou bien de la rompre, pour préserver ce dernier du péril dans lequel il s’est lui-même plongé. Mais au final, cette rivalité n’existe que pour présenter un Matt Smith méchant pour être méchant, et en face un Jared Leto qui a étonnamment bien plus de contrôle sur ses pulsions, gentil par nature, tombant là encore dans le problème des Venom. Le scénario refuse de décider si son personnage est un héros ou un antihéros.

 

Jared Leto - Morbius de Daniel Espinosa

Jared Leto – Morbius de Daniel Espinosa

 

Morbius n’est pas non plus sauvé par son esthétique. La direction artistique est inexistante, singeant maladroitement celle des deux Venom, déjà négligeable. La musique, générique au possible, est assourdissante et empêche d’entendre la moitié des dialogues. Quant aux effets spéciaux, ils rappellent les pires heures de Buffy contre les Vampires. Il est d’ailleurs à noter que Morbius, film de vampires montrant les créatures passer plusieurs fois à l’assaut sur leurs victimes, ne comporte pas une seule goutte de sang. Sans pour autant céder aux sirènes du gore sans limites, il aurait été plus marquant de montrer réellement les « horreurs » sur lesquelles viennent enquêter les deux inspecteurs de police qui semblent se rêver en successeurs des héros de Se7en.

 

Et quand le générique de fin commence et qu’on se croit tiré d’affaire, arrivent alors les deux scènes, inter et post génériques, qui tentent de rebondir sur le multivers récemment instauré par Marvel, d’une façon qui crédibiliserait le plus absurde des caméos qui pourrait être annoncé pour le prochain Dr. Strange & The Multiverse of Madness.

 

Théotime Roux

 

 

 

  • MORBIUS
  • Sortie salles : 30 mars 2022
  • Réalisation : Daniel Espinosa
  • Avec : Jared Leto, Matt Smith, Ardia Arjona, Jared Harris, Tyrese Gibson, Al Madrigal, Michael Keaton, Corey Johnson…
  • Scénario : Matt Sazama et Burk Sharpless
  • Production : Avi Arad, Lucas Foster et Matt Tolmach
  • Photographie : Oliver Wood
  • Décors : Stefania Cella
  • Costumes : Cindy Evans
  • Musique : Bryan Tyler
  • Distribution : Sony Pictures
  • Durée : 1 h 48

 

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts