À l’ouest rien de nouveau d’Edward Berger : critique

Publié par CineChronicle le 30 octobre 2022

Synopsis : L’histoire poignante d’un jeune soldat allemand sur le front occidental pendant la Première Guerre mondiale. En première ligne, Paul et ses camarades voient l’euphorie initiale se muer en désespoir et en épouvante quand ils se retrouvent à défendre leurs vies au fond des tranchées.

♥♥♥♥

 

A louest rien de nouveau - affiche Netflix

À l’Ouest, rien de nouveau – affiche Netflix

Netflix s’empare de l’adaptation d’À l’Ouest, rien de nouveau, roman pacifiste d’Erich Maria Remarque, paru en 1929. Cet autodafé sous le régime nazi raconte la guerre non plus à partir des positions étatiques, mais du point de vue d’un Allemand qui a combattu. Son ouvrage donne lieu à une première adaptation de Lewis Milestone en 1930, puis à une seconde en 1979. Au tour de la plateforme de streaming de proposer une nouvelle version, qui s’avère être la première en langue allemande. Nous sommes plongés en pleine Première Guerre mondiale, sur le Front de l’Ouest. Un groupe de jeunes Allemands part au combat. Encouragés par leurs professeurs, les garçons à peine sortis de l’adolescence sont enthousiastes, convaincus qu’ils s’apprêtent à se muer en héros. Alors, ils partent sur le champ de bataille en chantant. Pourtant, les sons inquiétants de trombones et de contrebasses viennent rapidement imposer un aspect horrifique au film. Dans ses précédents long-métrages Jack (2014) et All my loving (2019), le réalisateur allemand Edward Berger nous immergeait dans l’existence dramatique de jeunes gens. Ici, c’est à travers les yeux de Paul Baumer, 17 ans, qu’il dévoile l’horreur des tranchées. C’est l’histoire d’une vie qui ne sera plus jamais la même, car elle a traversé la guerre et affronté la mort, forcée de devenir une machine à tuer. La scène où Paul, exclament incarné par Félix Kammerer, se doit de poignarder un homme dans un creux laissé par un obus, est bouleversante. Comment supporter de croiser son regard et de connaître le prénom de celui qu’on a tué pour se défendre ?

 

A louest rien de nouveau de Edward Berger

À l’Ouest, rien de nouveau d’Edward Berger

 

La guerre n’est pas un ensemble de grenades ni de tirs laissés au hasard, mais une exposition intenable à des images de sang et de visages déformés, subie sur fond de frayeur continue. La reconstruction proposée, et plus précisément ses plans sensationnels, sont profondément immersifs : on pénètre dans le massacre impliqué par les tranchées, et on entend la panique de chacun. Comme le signifie l’expression euphémique de Kat, un camarade de Paul : « La guerre, c’est un peu comme une fièvre : on n’en avait pas envie et pourtant elle est là. »

 

Démontant le mythe qui fait du patriotisme exalté le moteur des poilus, Berger montre l’importance des camarades. Parti au front accompagné de Ludwig, Paul rencontre Albert, Franz, Tjaden et Kat. Leur amitié, centrale dans le film, devient la force qui leur permet de tenir. En restant liés, ils s’accrochent au peu d’humanité qu’il reste : Kat se confie à Paul, Paul se projette avec lui dans un futur de paix. Leur entente est aussi explorée sous un angle plus jovial, lorsque tous se retirent un temps du front, au fin fond de la campagne française. Ils vivent ensemble, rêvent et rient, bien que la guerre les guette toujours. Malheureusement, lorsque l’on pense que le malheur est fini, il revient.

 

A louest rien de nouveau de Edward Berger

À l’Ouest, rien de nouveau d’Edward Berger

 

En plus d’accumuler les horreurs, Berger nous met face à l’absurdité d’une guerre qui ne bouge pas. Par contraste avec l’affolement qui règne dans les tranchées, plusieurs scènes filment les généraux allemands en train de dîner, de fumer et de songer à la légitimité du combat. Les débats autour de l’Armistice rappellent l’image du « coup de poignard dans le dos ». Alors que les conditions imposées par les Français sont inacceptables pour les Allemands, l’arrêt des hostilités se fait plus que pressant. Sombre et d’une grande violence, À l’Ouest rien de nouveau résonne à l’heure où la guerre en Ukraine continue de sévir.

 

Kenza Lalouni

 

 

 

  • À L’OUEST, RIEN DE NOUVEAU (All quiet on the western front)
  • Diffusion : 28 octobre 2022
  • Chaîne / Plateforme : Netflix
  • Réalisation : Edward Berger
  • Avec : Felix Kammerer, Albrecht Schuch, Aaron Hilmer, Moritz Klaus, Edin Hasanovic, Daniel Brühl, Devid Striesow, Adrian Grünewald, Anton Von Lucke, Tobias Langhoff…
  • Scénario : Ian Stokell, Lesley Paterson, Edward Berger
  • Production : Malte Grunert, Daniel Dreifuss, Edward Berger
  • Photographie : James Friend
  • Montage : Sven Budelmann
  • Décors :  Christian M.Goldbeck
  • Costumes : Lisy Christl
  • Musique :  Volker Bertelmann
  • Durée : 2 h 28

 

Commentaires

A la Une

Officier et Gentleman : Un remake en préparation avec Miles Teller en tête d’affiche

L’acteur de Whiplash et de Top Gun Maverick reprendra le rôle tenu par Richard Gere dans le film original des… Lire la suite >>

Possession : Robert Pattinson s’associe au réalisateur de Smile pour un remake

L’acteur Robert Pattinson et le réalisateur des deux films Smile, Parker Finn, ont pour projet un remake du classique des… Lire la suite >>

Rebecca Ferguson et Idris Elba au casting du nouveau film de Kathryn Bigelow

Après sept ans d’attente, le retour de la réalisatrice oscarisée Kathryn Bigelow n’a jamais été aussi proche. Elle devrait accueillir… Lire la suite >>

The Hexagonal Hive and a Mouse in a Maze : Tilda Swinton dévoile la bande-annonce de son premier documentaire

L’actrice oscarisée Tilda Swinton, reconnue pour son talent et sa polyvalence, va faire ses débuts derrière la caméra.    … Lire la suite >>

Johnny Depp incarnera Satan et rejoint Jeff Bridges en Dieu dans le prochain Terry Gilliam

Le réalisateur britannique, ex-membre des Monty Python, débutera en janvier le tournage de son prochain long-métrage, The Carnival at the End… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 814 901 6 6 615 548
2 BAD BOYS : RIDE OR DIE 380 123 1 380 123
3 LA PETITE VADROUILLE 160 161 1 160 161
4 FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX 129 139 3 733 751
5 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 124 678 5 2 202 100
6 BLUE & COMPAGNIE 73 907 5 1 059 188
7 ABIGAIL 40 364 2 121 026
8 LE DEUXIEME ACTE 36 950 4 455 689
9 MEMORY 28 125 2 86 758
10 MARCELLO MIO 23 269 3 162 548

Source: CBO Box office

Nos Podcasts