Pacifiction de Albert Serra : critique

Publié par CineChronicle le 8 novembre 2022

Synopsis : Sur l’île de Tahiti, en Polynésie française, le Haut-Commissaire de la République De Roller, représentant de l’État Français, est un homme de calcul aux manières parfaites. Dans les réceptions officielles comme les établissements interlopes, il prend constamment le pouls d’une population locale d’où la colère peut émerger à tout moment. D’autant plus qu’une rumeur se fait insistante : on aurait aperçu un sous-marin dont la présence fantomatique annoncerait une reprise des essais nucléaires français.

♥♥♥♥♥

 

Pacifiction - affiche

Pacifiction – affiche

Pacifiction fait partie de ces films, trop rares, dont le sens ne cesse de se dérober au spectateur. La pseudo-enquête qu’il figure est en réalité une plongée dans le brouillard où chaque nouvelle scène, loin d’éclaircir les enjeux, ne fait qu’épaissir les mystères qui entourent Tahiti. Le haut-commissaire De Roller (Benoît Magimel dans l’un de ses meilleurs rôles) est coincé entre deux menaces énigmatiques. D’un côté, la rumeur d’essais nucléaires organisés par l’État français. De l’autre, le potentiel soulèvement d’une population craignant pour sa vie. Lâché par un gouvernement muet et par des locaux qui lui ont retiré leur confiance, De Roller se débat tant bien que mal avec la seule arme qui lui reste : sa parole. Les scènes de dialogues se suivent comme autant de tableaux auxquels Albert Serra accorde sans retenu le temps nécessaire à leur déploiement. D’une boite de nuit à un hôtel, Benoît Magimel déambule dans un costume blanc mémorable, passant d’un lieu à l’autre à la recherche de renseignements qui se refusent à lui. Les yeux cachés derrière ses lunettes fumées, il récite un texte dicté à l’oreillette en temps réel par son réalisateur, d’où cette sensation d’assister à un ton qui sonne faux, à une simulation du naturel. Le procédé met à nu les boniments de la politique, la phrase qui caresse autant qu’elle claque, l’improvisation d’une manipulation désespérée. Chaque séquence tient ainsi sur d’interminables discussions hypnotiques qui s’enfoncent un peu plus dans un complot indémêlable.

 

Benoit Magimel - Pacifiction de Albert Serra

Benoit Magimel – Pacifiction de Albert Serra

 

Tahiti est le terrain d’une osculation qui ne parvient qu’à vérifier son impénétrabilité. Un vol au-dessus de la jungle succède à une impressionnante session de jet-ski, les lieux de rassemblement semblent tous perdus dans une nature encore vierge dont la beauté exotique devient progressivement oppressante. Pour peindre l’effondrement d’un monde, Albert Serra commence par en dessiner les contours, et les baigne dans la folie d’une crainte paranoïaque que rien ne vient jamais justifier. Les pistes ne se referment pas, les indices soulèvent toujours plus de questions. C’est que tout cela est d’abord un prétexte, autant à la naissance d’une atmosphère d’apocalypse diffus qu’à l’exploration d’une île peuplée d’individus fascinants : un amiral burlesque, une secrétaire mahu (le troisième genre dans la culture tahitienne), une troupe d’acteurs rejouant un affrontement rituel, etc.

 

Dans son dernier tiers, le film acte le basculement de cet ailleurs conradien par la tombée de la nuit. Les voix, jusque-là prédominantes, s’assèchent. L’île obscure se retrouve éclairée de lumières oniriques (celle d’une lampe torche sur l’océan, d’un projecteur sur un terrain de foot, ou des néons d’une boite de nuit) et se change en un dédale au sein duquel De Roller évolue à la recherche d’une résolution chimérique. La pâleur de son costume lui donne l’allure d’un fantôme errant à travers Tahiti, jusqu’à un incroyable discours d’abandon dans l’habitacle d’une voiture, comme l’extériorisation finale d’une rage contenue pendant toute une carrière passée se faire le maillon d’une chaîne censée lier citoyens et État, désormais brisée.

 

Pacifiction de Albert Serra

Pacifiction de Albert Serra

 

Pacifiction, c’est donc avant tout l’observation d’un anéantissement, celui de son personnage principal, et par extension du monde qui l’entoure. S’il ne s’y déroule concrètement pas grand-chose, c’est que le délitement se fait en sourdine, entre les mots qu’échangent nonchalamment De Roller et ses citoyens durant ces dialogues qui s’étendent jusqu’à l’absurde. Mais, dans ce voyage vers le vide, au cours de ce chemin qui ne mène nulle part, Albert Serra capte ce qui importe le plus : le sublime d’un univers conscient de l’imminence de sa fin.

 

Joffrey Liagre

 

 

 

  • PACIFICTION
  • Sortie Salles : 9 novembre 2022
  • Réalisation : Albert Serra
  • Avec : Benoît Magimel, Sergi Lopez, Lluís Serrat, Pahoa Mahagafanau, Montse Triola, Marc Susini, Baptiste Pinteaux, Cécile Guilbert, Mike Landscape, Mareva Wong
  • Scénario : Albert Serra
  • Production : Marta Alves, Pierre-Olivier Bardet, Dirck Decker
  • Photographie :  Artur Tort
  • Montage :  Ariadna Ribas, Albert Serra & Artur Tort
  • Décors :  Sebastian Vogler
  • Costumes : Praxedes de Villalonga
  • Distribution : Les films du losange
  • Durée : 2 h 45

  

Commentaires

A la Une

César 2024 : Anatomie d’une Chute rafle la mise avec six récompenses

L’Olympia accueillait la 49e Cérémonie des César ce vendredi 23 février. Si les récompenses n’ont pas créé de grandes surprises,… Lire la suite >>

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts