Élémentaire de Peter Sohn : critique

Publié par CineChronicle le 20 juin 2023

Synopsis : Dans la ville d’Element City, le feu, l’eau, la terre et l’air vivent dans la plus parfaite harmonie. C’est ici que résident Flam, une jeune femme intrépide et vive d’esprit, au caractère bien trempé, et Flack, un garçon sentimental et amusant, plutôt suiveur dans l’âme. L’amitié qu’ils se portent remet en question les croyances de Flam sur le monde dans lequel ils vivent…

♥♥♥♥♥

 

Elementaire - affiche

Elementaire – affiche

Jadis champion incontesté de l’animation américaine, Pixar traverse depuis quelque temps une passe difficile. Éviction de John Lasseter (fondateur historique du studio et réalisateur entre autres de Toy Story) dans le sillage du mouvement MeToo, sorti exclusive sur Disney + pour Soul, Lucas et Alerte Rouge. La grosse déconvenue critique et commerciale de Buzz l’Éclair l’année dernière n’a fait qu’accentuer les choses, le studio à la lampe doit frapper un grand coup pour pleinement redorer son blason. Pour ce faire, Pixar tente, avec Élémentaire, un retour à une patte rappelant ses origines, et notamment les films signés Pete Docter. En prenant place dans un monde où les quatre éléments s’incarnent dans autant de peuples et de cultures, le dernier-né peut ainsi être perçu comme un croisement entre Monstres et Cie (pour la construction d’univers) et Vice-Versa et Soul pour le fait de donner vie à des concepts abstraits mais universels. Si tout ceci pourrait laisser craindre un long-métrage sur ses rails, ces inquiétudes se retrouvent quasi balayées par l’achèvement artistique admirable que constitue Élémentaire. Avec une aisance rare, le film présente un univers riche et foisonnant, dans lequel on voudrait se plonger des heures durant. Renouant avec l’émerveillement qui caractérisait les premiers travaux du studio, il nous balade d’une surprise à l’autre. L’écran regorge en permanence de gags, d’idées et de détails, le tout filmé avec un dynamisme constant. Épousant la personnalité flamboyante de l’héroïne, la mise en scène se veut la plus énergique possible. Les quelques courses-poursuites émaillant l’intrigue sont ainsi menées tambour battant, avec des mouvements impossibles dans un film live. Lorsque les personnages, faits de feu et d’eau, changent de forme pour se glisser dans de petits interstices, la caméra peut ainsi les suivre sans s’arrêter ni ralentir. À cette énergie, s’ajoute une patte visuelle sublime, tout particulièrement sur les personnages. Flam, l’héroïne, est l’une des plus belles créatures vu dans un film d’animation depuis des lustres. Avec des traits rappelant subtilement l’animation traditionnelle et un regard hyper expressif, notre protagoniste est aussi drôle que touchante.

 

Elementaire de Peter Sohn - Credit Disney Pixar

Elementaire de Peter Sohn – Crédit Disney Pixar

 

À son image, le long-métrage joue d’ailleurs sur plusieurs tableaux en proposant des nombreux degrés de lecture au-delà de sa seule histoire. Dans Élémentaire, l’aspect social est prépondérant et le film se saisit de problématiques très actuelles. Les discriminations et les inégalités au sens large occupent ainsi une place importante dans l’univers d’Element City, où les membres du peuple du feu sont regardés avec méfiance par les trois autres éléments. Ouvertement inspirée de culture asiatique (le réalisateur Peter Sohn étant lui-même américano-coréen) les Flamboyants dénotent au cœur d’une cité bien ordonnée, où le nouveau n’est pas vu d’un bon œil.

 

Mais le film est suffisamment intelligent pour condamner cette xénophobie latente sans avoir recours à un antagoniste grossièrement raciste. Ici, tout un chacun, même animé de bonnes intentions, peut faire preuve de maladresse ou simplement de méconnaissance de son prochain. Un message salutaire donc, à peine amoindri par le peu de temps d’écran dévolu aux peuples de la terre et de l’air. Ces derniers font en effet quelque peu office de figurants de luxe, malgré les quelques idées visuelles réjouissantes qui jalonnent leurs apparitions.

 

Elementaire de Peter Sohn - Credit Disney Pixar

Elementaire de Peter Sohn – Crédit Disney Pixar

 

Si cette absence pourrait diminuer la force de l’univers dépeint, elle sert en revanche parfaitement l’autre facette du métrage. Car une fois les personnages secondaires en retrait, Peter Sohn peut se centrer sur le point le plus important de son film, son couple principal. Si la romance avait déjà eu son rôle à jouer dans certains films du studio, Élémentaire est peut-être la première véritable comédie romantique de Pixar. L’amour naissant entre Flam et Flack est véritablement au cœur de tous les enjeux du scénario mais aussi des plus belles idées de mise en scène du film.

 

Le premier contact physique hésitant et fébrile des deux amoureux devient une réaction chimique intense, rencontre du feu et de l’eau à l’échelle de particules. En un simple plan de feu devenant vapeur et d’eau bouillonnante, Pixar parvient à nous émouvoir et nous offre la plus belle illustration du sentiment amoureux depuis bien longtemps. On dit souvent que pour qu’une comédie romantique soit réussie, il faut que le spectateur tombe lui-même amoureux du couple principal. Dans le cas d’Élémentaire, la mission est réussie haut la main. Devant un tel résultat, on sort d’Élémentaire avec une certitude en tête, la petite lampe de Pixar se rallume !

 

Timothée Giret

 

 

 

  • ELEMENTAIRE (Elemental)
  • Diffusion : 21 juin 2023
  • Réalisation : Peter Sohn
  • Avec les voix de : Leah Lewis, Mamoudou Athie, Ronnie del Carmen, Shila Ommi, Mason Wertheimer, Catherine O’Hara, Wendi McLendon-Covey, Joe Pera…
  • Scénario : Brenda Hsueh, John Hoberg, Kat Likkel
  • Production : Denise Ream
  • Photographie : David Juan Bianchi
  • Montage : Stephen Schaffer
  • Musique : Thomas Newman
  • Distribution : The Walt Disney Company France
  • Durée : 1 h 42

 

Commentaires

A la Une

César 2024 : Anatomie d’une Chute rafle la mise avec six récompenses

L’Olympia accueillait la 49e Cérémonie des César ce vendredi 23 février. Si les récompenses n’ont pas créé de grandes surprises,… Lire la suite >>

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts