Un jeune garçon est retrouvé mort sur une plage de la communauté balnéaire de Broadchurch. C’est le début d’une enquête qui révélera bien des secrets.

 

♥♥♥♥

 

Broadchurch posterLa télévision britannique développe constamment des séries dans à peu près tous les domaines et il est très rare qu’elles laissent indifférents. En effet, pour la plupart, elles partagent des qualités indéniables, que ce soit un scénario brillant et souvent original, un jeu d’acteurs irréprochable ou une réalisation impeccable. Ces qualités font que les productions télévisuelles anglaises comptent parmi les meilleures au monde rivalisant souvent avec celles des chaînes américaines. Une des particularités de ces séries, c’est l’aspect social toujours omniprésent. Broadchurch ne déroge pas à la règle malgré une enquête qui n’est pas d’une grande originalité (bien moins intéressante et prenante que celle de l’extraordinaire Place of Execution, par exemple) et qui, par certains aspects, s’avère très proche de The Killing (version US ou version originale danoise). Certains se sont même interrogés sur les similitudes entre les deux séries. Il est vrai qu’elles se basent sur le même principe et que quelques scènes sont presque identiques mais, en définitive, Broadchurch s’avère assez différente. Tout d’abord dans son contexte. Dans la série britannique, l’affaire se déroule dans un petit village balnéaire et non dans une grande cité comme Seattle. En conséquence, les liens entre les différents personnages sont plus étroits, certains aspects « conspiration » de The Killing disparaissent totalement et il n’y a aucun enjeu politique. Ensuite par son format de huit épisodes contre vingt-six pour The Killing. Enfin, dans Broadchurch, on s’intéresse beaucoup plus à l’aspect dramatique de la situation qu’à son aspect enquête. On s’y attarde davantage sur les répercussions du drame et sur tout ce qui peut découler d’une telle affaire dans une petite communauté. Il faut aussi noter que le couple de policiers formé par David Tennant et Olivia Colman est assez différent malgré quelques points communs (le mauvais caractère de l’inspectrice dans The Killing et celui de David Tennant dans Broadchurch).

 

Broadchurch - David Tennant et Olivia Colman

Broadchurch – David Tennant et Olivia Colman

 

Créateur et scénariste, Chris Chibnall s’est notamment illustré avec DOCTOR WHO (nos critiques de la saison 6 / saison 7) et son spin-off TORCHWOOD (notre critique saison 4). D’ailleurs le producteur de Broadchurch n’est autre que Richard Stroke qui a produit deux premières saisons de TORCHWOOD. Et des anciens de ces deux séries, la distribution n’en manque pas, à commencer, bien entendu, par David Tennant mais aussi Arthur « Rory » Darvill, Olivia Colman, Matthew Gravelle, Tracey Childs… A noter également la présence de David Bradley qui, bien évidemment, a joué dans un épisode de DOCTOR WHO mais qu’on aura pu apprécier plus récemment avec son formidable rôle de Walder Frey dans GAME OF THRONES (nos critiques saisons 1 et 2 / saison 3). Il livre ici une remarquable interprétation avec son personnage de Jack Marshall, dont le secret est repris d’un film.

 

Broadchurch

 

Broadchurch débute par la découverte du cadavre d’un jeune enfant sur une plage. Alors qu’elle devait être chargée de l’enquête, la détective Ellie Miller se retrouve placée sous les ordres d’un nouvel inspecteur récemment muté, Alec Hardy, un individu désagréable avec tout le monde, malade et profondément affecté par une précédente enquête. A partir de là, tout le monde se retrouve suspect, la presse s’empare de l’affaire, les responsables de la ville veulent sauver la saison touristique.  S’il fallait résumer l’idée centrale de la série, on pourrait dire que notre existence ne tient qu’à un fil ténu et que dès que survient un événement anormal ou traumatisant, toutes nos certitudes volent en éclats. Qu’un enfant soit retrouvé mort dans une petite communauté, alors apparaissent la suspicion, la méfiance, la remise en question de ce que nous considérons comme acquis. Et si c’était le voisin ? Et si c’était ce marchand de journaux chez qui on se rend tous les jours ? Et si c’était son propre mari, sa propre épouse ? Un des protagonistes déclare : « On ne peut jamais savoir ce qu’il y a dans le cœur de quelqu’un d’autre ». Pire, quand la sœur du décédé demande à sa mère si son père peut être l’auteur du crime, elle lui répond : « On ne connaît jamais vraiment personne ». Un terrible constat. Comment est-il alors possible d’accorder sa confiance à qui que ce soit ? Tout d’un coup, des gens qui se croyaient entourés, se découvrent seuls… terriblement seuls.

 

Broadchurch David Tennant

 

Un autre aspect très intéressant de Broadchurch, c’est naturellement la rumeur, le jugement facile et les ragots largement amplifiés par les technologies modernes et relayés par la presse. Chacun se veut détective et, dès que les soupçons se portent sur tel ou tel individu, le lynchage n’est pas loin. Quand les suspicions fusent, plus personne n’est votre ami, tout le monde est soupçonné, il n’y a plus de raisonnement, il n’y a plus que des accusations. Une scène terrible voit les parents de la victime remettre spontanément aux enquêteurs une liste des suspects potentiels…  tous des amis à eux, des voisins, des proches, des enseignants…. toute leur vie. Voilà ce qui est au cœur de la série, un monde où l’existence superficielle que nous menons nous pousse à nous méfier de tout le monde. Bien entendu, l’enquête va révéler tous les secrets des protagonistes, toutes ces choses que l’on cache, que l’on omet de dire et qui, dans ces circonstances, engendreront de nouveaux drames. A cela s’ajoutent les reproches violents que les proches de la victime s’adressent mutuellement. Et même quand on apprend la vérité, le mal est fait. Le doute a empoisonné les esprits. Et c’est alors qu’on se lance au visage : « comment pouvais-tu l’ignorer ? » (cette question a une grande importance dans Broadchurch mais on ne peut la développer sans trahir l’intrigue).

 

Broadchurch

 

L’ambiance de la série est très lourde. On y découvre toutes les souffrances des gens, tous ces regrets qui perlent à la surface dès qu’on gratte un peu le vernis. Il est difficile d’aborder un tel thème sans tomber dans un mélodrame excessif mais, à part quelques légères maladresses, l’intrigue est servie par une réalisation délicate, une très belle musique et un jeu d’acteurs en tous points remarquable. Certaines scènes sont poignantes et le contraste entre un David Tennant froid et résolu et une Olivia Colman touchée en plein cœur par cette affaire sert admirablement le propos. Mis à part une histoire de médium fort inutile, Broadchurch, qui aura une seconde saison grâce à son audience record, mérite largement que l’on s’y intéresse. Et une fois qu’on a été jusqu’au bout de cette histoire, on peut se dire une chose : dans ce genre de séries ou de films, à la fin, on sait qui est le coupable. Dans la réalité, il n’y a aucune certitude. On imagine alors sans peine les ravages que peut occasionner un tel drame.

 

 

Série anglaise BROADCHURCH créée par Chris Chibnall de 8 épisodes de 44-46 minutes et diffusée sur ITV, STV, UTV à partir du 4 Mars 2013 et sur BBC America le 7 août, avec David Tennant, Olivia Colman, Jodie Whittaker, Andrew Buchan…

.

Commentaires

A la Une

Un thriller horrifique dédié à l’univers de H.P. Lovecraft va voir le jour

Produit par David Benioff et D.B. Weiss, créateurs de la série Game of Thrones, le long-métrage s’inspire d’un roman graphique… Lire la suite >>

Dracula : un teaser gore pour la nouvelle série Netflix des créateurs de Sherlock

Le nouveau teaser de la série consacrée au roi des vampires annonce une adaptation mature, à même de satisfaire les… Lire la suite >>

Du nouveau sur Twin Peaks VR

Le jeu à énigme en réalité virtuelle inspiré de la série Twin Peaks se révèle davantage dans une nouvelle bande… Lire la suite >>

Le reboot de Maman j’ai raté l’avion ! a trouvé son nouveau héros

Le petit Archie Yates a été choisi pour succéder à Macaulay Culkin dans une nouvelle version Disney + de Maman… Lire la suite >>

Dune de Denis Villeneuve : Oscar Isaac promet une version « cauchemardesque » et « viscérale »

L’acteur Oscar Isaac a confié son admiration pour la réalisation de Denis Villeneuve, et vante un remake intense et « choquant »… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA REINE DES NEIGES II 945 814 3 4 518 523
2 JUMANJI : NEXT LEVEL 785 636 1 785 636
3 LA FAMILLE ADDAMS 325 851 1 325 851
4 LE MEILLEUR RESTE A VENIR 316 885 1 316 885
5 LES MISERABLES 269 614 3 1 212 740
6 A COUTEAUX TIRES 183 408 2 467 297
7 JOYEUSE RETRAITE ! 158 870 3 923 413
8 J'ACCUSE 145 898 4 1 296 156
9 BROOKLYN AFFAIRS 117 270 1 117 270
10 LE MANS 66 97 218 4 956 719

Source: CBO Box office

Nos Podcasts