Synopsis : Branché sur les fréquences radios de la police, Lou parcourt Los Angeles la nuit à la recherche d’images choc qu’il vend à prix d’or aux chaînes de TV locales. La course au spectaculaire n’aura aucune limite…

 

♥♥♥♥

 

Night Call de Dan Giloy - affiche

Night Call de Dan Giloy – affiche

C’est aujourd’hui au tour de Dan Gilroy de passer derrière la caméra après son frère, Tony, qui en est à sa troisième réalisation depuis JASON BOURNE : L’HÉRITAGE (notre critique) issu de la franchise qu’il a également scénarisé. Car ils sont trois frères dans la famille Gilroy. Si Tony est attaché ici à la production, le troisième, John, jumeau de Dan, agit aussi en tant que monteur. Nightcrawler, titré français par Night Call rappelant autant le morceau de Kavinsky que l’esthétisme de DRIVE de Refn (notre critique), est une puissante mise en abyme des médias américains sur le pouvoir de l’image et son impact dans les journaux télévisés, avec en toile du fond ce cri étouffé du chômage et de la crise économique. Explosif, puissant, effréné, déterminé, Night Call est un véritable drame uppercut qui n’est pas sans rappeler la satire acerbe Network, main basse sur la télévision de Sidney Lumet (1976). Mais ici vrombissent les moteurs dans les rues d’un Los Angeles crépusculaire en perte de vitesse. Scénariste de Two for the MoneyThe Fall ou encore de Real Steel, Dan Gilroy montre ici ce qu’il a dans le ventre et dresse une peinture macabre de la société néocapitaliste de plus en plus amorale et déshumanisée. Il impose avec brio sa verve cynique, son atmosphère glaçante, son propos tranchant et sa mise en scène nerveuse, certainement bien plus affutée que celle de son frère. Il se présente dès lors comme un cinéaste furieux de l’instantané avec un propos aussi engageant que terrifiant, à différents niveaux de lecture.

 

Jake Gyllenhaal dans Night Call de Dan Gilroy

Jake Gyllenhaal dans Night Call de Dan Gilroy

 

Mais toute la force et le plus effrayant dans Night Call, qui figure parmi les meilleures surprises de 2014, c’est bien Jake Gyllenhaal avec son regard perçant de doux-dingue résolu et ses dix kilos en moins, pour lequel on éprouve une irrépressible fascination. Totalement transformée et hantée par son personnage, la star hollywoodienne de 34 ans, bien parée pour les Oscars, continue de se forger une carrière de premiers choix après SOURCE CODE (notre critique)PRISONERS (notre critique)End of Watch ou encore ENEMY (notre critique). A la fois attirant et terrifiant, il devient l’incarnation de l’anti-héros opportuniste, amoral et sociopathe dans la peau de ce Lou Bloom au chômage, sorte de pendant scorsesien de Travis Bickle dans Taxi Driver, mais au dénouement plus lumineux, qui se heurte au monde underground du journalisme indépendant. Car cet homme est finalement un individu lambda, parmi tant d’autres âmes perdues à la recherche désespérée d’un emploi, dans cette société contemporaine qui creuse son sillon. Un sillon dans lequel cet autodidacte, frondeur et observateur, va pourtant trouver sa vocation sur les chemins sinueux de la criminalité, des catastrophes et de la misère humaine.

 

Jake Gyllenhaal dans Night Call de Dan Gilroy

Jake Gyllenhaal dans Night Call de Dan Gilroy

 

Après plusieurs refus successifs de jobs en tout genre, il parvient enfin à entrevoir sa planche de salut en prenant exemple sur ces cameramen nocturnes avides de faits divers, représentés par Bill Paxton, au cœur de cette Cité des Anges, terrain de jeu funeste idéal. Il se lance dès lors dans une quête effrénée du scoop au volant de sa voiture, connecté non-stop à son récepteur de fréquences policières, pour couvrir avec sa petite caméra, arme de poing redoutable, toutes les scènes de crimes (accidents, incendies, meurtres…). Sirènes hurlantes et victimes deviennent pour lui une véritable manne financière, notamment avec la collaboration d’une productrice influente d’une chaîne de télévision locale, prête à tout pour s’imposer et garder son travail, attisant cette soif de réussite, de gloire, de pouvoir et de célébrité. René Russo – épouse de Dan Gilroy dans la vraie vie – est resplendissante et certainement tout aussi rapace et dévorée par le sensationnel que Faye Dunaway dans Network, mais dont on perçoit toutefois quelques grammes de sensibilité. Ce duo, qui fonctionne à merveille à l’écran, va se délecter allègrement de toute cette tragédie humaine.

 

Rene Russo et Jake Gyllenhaal dans Night Call de Dan Gilroy

Rene Russo et Jake Gyllenhaal dans Night Call de Dan Gilroy

 

Dan Gilroy brosse ainsi le portrait acide d’un nouveau déterminisme et jusqu’au-boutisme, dénué de tout sentiment dans cette quête du rêve américain, galvanisant les règles du système. Ainsi, en mettant en pratique sa conception du travail, à laquelle il croit depuis le départ, tout en surexploitant impudemment son nouvel assistant (Riz Ahmed), Lou Bloom devient non seulement la vedette de sa propre histoire, dans cette traque incessante de séquences-chocs, mais aussi le fruit de cette société intoxiquée. L’autre personnage fondamental est bien sûr ce Los Angeles vespéral capturé par la photographie d’une beauté brillante et malsaine de Robert Elswit (There will be Blood), qui se mêle avec brio à la bande son menaçante omniprésente de James Newton Howard. Dan Gilroy signe une allégorie sociétale parfaitement ancrée dans notre époque, à l’instar de GONE GIRL de David Fincher (notre critique) qui réexamine de son côté la relation de couple dans l’Amérique du XXIe siècle. Il donne une nouvelle approche du journalisme moderne dans son traitement de l’actualité chaude sur papier glacé. Night Call met ainsi brillamment en exergue la folie des médias, qui ne reculent désormais plus dans la divulgation de leurs images crues et sordides, et la manière dont la société transforme les individus en encourageant cette aliénation avec les retombées du chômage.

 

 

 

  • NIGHT CALL (Nightcrawler) écrit et réalisé par Dan Gilroy en salles le 26 Novembre 2014.
  • Avec : Jake Gyllenhaal, Bill Paxton, Rene Russo, Ann Cusack, Riz Ahmed, Kevin Rahm, Jonny Coyne, Jamie McShane, Eric Lange, Anne McDaniels, Kathleen York, Michael Hyatt, Viviana Chavez…
  • Production : Jake Gyllenhaal, Tony Gilroy, Jennifer Fox, Michel Litvak, David Lancaster
  • Photographie : Robert Elswit
  • Décors : Kevin Kavanaugh
  • Costumes : Amy Westcott
  • Montage : John Gilroy
  • Musique : James Newton Howard
  • Distribution : Paramount
  • Durée : 1h57

 

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 JOKER 775 730 4 4 610 618
2 ABOMINABLE 584 706 2 1 375 119
3 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 553 516 3 2 107 190
4 HORS NORMES 527 710 2 1 146 485
5 RETOUR A ZOMBIELAND 296 972 1 296 972
6 MON CHIEN STUPIDE 290 256 1 290 256
7 TERMINATOR : DARK FATE 273 944 2 723 397
8 DONNE-MOI DES AILES 217 574 4 1 135 766
9 AU NOM DE LA TERRE 161 112 6 1 737 740
10 DOCTOR SLEEP 147 991 1 147 991

Source: CBO Box office

Nos Podcasts