TOP 10 des meilleurs films chocs sur les médias et la société

Publié par CineChronicle le 27 novembre 2014
Un Homme dans la Foule - affiche

Un Homme dans la Foule – affiche

Un Homme dans la foule (A Face in the Crowd) de Elia Kazan (1957)

Elia Kazan a déjà à son actif de nombreuses œuvres phares comme Le Mur Invisible, Un Tramway nommé Désir, Sur les Quai, À l’Est d’Eden ou encore Baby Doll lorsqu’il signe Un Homme dans la foule (A Face in the Crowd).

 

Le cinéaste explore ici l’ascension et la chute vertigineuses par les médias de Larry ‘Lonesome’ Rhodes, un homme inconnu lorsque la reporter radio Marcia Jeffries, campée toute en intériorité par Patricia Neal, décide de consacrer son émission locale Un visage dans la foule (A Face in the Crowd) à la découverte de voix anonymes. C’est dans la prison d’un bled paumé de l’Arkansas qu’elle croise ce vagabond et chanteur itinérant au bagout certain, campé par un Andy Griffith rustre, cynique et volontairement caricatural. Leur rencontre détonante va radicalement changer la trajectoire de ces deux personnages puisqu’en un rien de temps ce visage dans la foule devient un véritable phénomène et héros national.

 

Sur une trame et une thématique similaires, Elia Kazan et son coscénariste Budd Schulberg, avec lequel il a collaboré sur Sur les Quais, dresse une peinture bien plus corrosive sur l’influence des médias que celle de Frank Capra, bien sûr plus humaniste, avec L’Homme de la Rue (Meet John Doe) sorti seize ans plus tôt – à savoir au début de l’avènement de la télévision dans les foyers. Gary Cooper était en outre un personnage plus fragile, discret et émouvant.

 

Elia Kazan utilise ici tous les moyens marketing et de communication de l’époque, et n’hésite pas à propulser cet individu aussi bien en star de la radio et de la télévision qu’en inventeur de la publicité moderne, roi du placement de produits, et des talk-shows avec rires enregistrés, avant de le plonger inéluctablement dans la sphère politique.

 

Avec Un Homme dans la foule, le cinéaste américain d’origine grecque livre une critique sans concession sur cette machine des médias qui créé aussi vite qu’elle broie de la vedette, à l’image de la téléréalité actuelle. Le personnage d’Andy Griffith, totalement aveuglé par le succès, va perdre ainsi progressivement pied se brûlant les ailes sur l’autel de la célébrité…

.

Commentaires

A la Une

Copenhagen Cowboy : Un nouveau trailer coloré et énigmatique pour la série de Nicolas Winding Refn

La nouvelle série du réalisateur de Drive, à destination de Netflix, se dévoile un peu plus à travers une envoûtante… Lire la suite >>

Élémentaire : une première bande-annonce pour le prochain Pixar

La bande-annonce du prochain film d’animation des studios Disney-Pixar dévoile doucement mais sûrement son univers haut en couleurs.    … Lire la suite >>

Indiana Jones 5 : Le film dévoile ses personnages dans de nouvelles images

Après un premier cliché entre ombre et lumière, le prochain film de la saga Indiana Jones continue de se dévoiler,… Lire la suite >>

Bradley Cooper sera Frank Bullitt pour Steven Spielberg

Bradley Cooper succédera à Steve McQueen dans le rôle culte de Frank Bullitt, devant la caméra de Steven Spielberg.  … Lire la suite >>

Quentin Tarantino à la réalisation d’une série en 8 épisodes pour 2023

Trois ans après son dernier film Once Upon a Time… in Hollywood, Quentin Tarantino repasse enfin derrière la caméra… pour… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 725 543 2 2 417 726
2 COULEURS DE L'INCENDIE 188 727 2 490 757
3 SIMONE - LE VOYAGE DU SIECLE 182 807 6 1 822 865
4 RESTE UN PEU 152 695 1 152 695
5 MASCARADE 131 377 4 721 089
6 LES FEMMES DU SQUARE 105 828 1 105 828
7 LES AMANDIERS 104 057 1 104 057
8 ARMAGEDDON TIME 93 090 2 248 637
9 NOVEMBRE 89 449 7 2 240 046
10 BLACK ADAM 73 824 5 1 995 842

Source: CBO Box office

Nos Podcasts