Deauville 2016/ Goat de Andrew Neel : critique

Publié par Antoine Gaudé le 6 septembre 2016

Synopsis : Se remettant d’une terrible agression, un jeune homme de 19 ans s’engage dans la confrérie de son frère afin de prouver sa virilité. Ce qu’il se passe là-bas, au nom de la « fraternité », met à l’épreuve les garçons et leurs relations de manière brutale.

♥♥♥♥

 

Goat - affiche

Goat – affiche

Le nouveau long-métrage d’Andrew Neel (King Kelly, New World Order…), adapté du roman autobiographique de Brad Land, présenté en compétition au Festival de Deauville, s’avère une déception. Goat, entendez « chèvre », nom que l’on donne aux aspirants des fraternités américaines, est un non-événement, coécrit à quatre mains avec David Gordon Green (Délire Express, Prince of TexasMANGLEHORN – notre critique) et produit par l’hyperactif et caméléon James Franco – qui s’offre pour l’occasion un caméo des plus réussis malgré tout. Ce drame enchaîne les scènes de violences gratuites entre jeunes fils à papa, à l’androgynie refoulée et aux ambitions minimes. Les rites d’initiation proférés par ces fraternités rappellent que la dignité de l’homme peut être mise à mal tant que la renommée ou le prestige suivent derrière. Ils ont beau être musclés, avoir des mâchoires carrées, ils ne sont rien, ou du moins pas grand-chose, et finissent généralement bien seuls. Mais au-delà de l’illustration d’une violence abusive et des humiliations morales, ce troisième long-métrage de Andrew Neel n’avance aucune proposition digne d’intérêt. Le traumatisme de Brad (Ben Schnetzer), vécu avant son entrée à l’université, le rend incapable de s’émanciper de l’univers malsain de la fraternité, mais le renforce dans l’idée de rejoindre le groupe. Malgré ses blessures et l’ombre de son frère, il ne remet rien en cause. Son frère aîné, Brett (Nick Jonas), membre actif de la fraternité, se sent coupable de ce qui est arrivé à son frère et lorsqu’il comprend, un peu tard, que celle-ci n’est pas bonne pour eux, le pire s’est déjà produit. Au final, Goat dresse un portrait sans conséquence et banal des fraternités. La mise en scène édifiante de son jeune cinéaste masque, à force de démonstration grossière, l’unique intérêt du film ; une jeunesse dorée en plein désarroi qui préfère la violence aux livres.

.

Antoine Gaudé

.

.

.

  • GOAT de Andrew Neel ne dispose pas encore de date de sortie en salles.
  • Avec : Nick Jonas, Ben Schnetzer, Danny Flaherty, Jake Picking, James Franco, Austin Lyon, Trent Rowland…
  • Scénario : David Gordon Green, Andrew Neel, Mike Roberts d’après l’œuvre de Brad Land
  • Production : James Franco, David Hinojosa, Vince Jolivette, Christine Vachon
  • Photographie : Ethan Palmer
  • Montage : Brad Turner
  • Décors : Akin McKenzie
  • Costumes : Sarah Mae Burton
  • Musique : Arjan Miranda
  • Durée : 1h36

.

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts