World Soundtrack Awards : une 18e édition pleine de panache

Publié par Jérôme Nicod le 20 octobre 2018
World Soundtrack Awards 2018

World Soundtrack Awards 2018 / Crédit Jérôme Nicod pour CineChronicle

Le 17 octobre, les World Soundtrack Awards ont tenu leur cérémonie de remise des prix 2018 à l’occasion du Film Fest de Gand, Belgique. Invités d’honneur : Carter Burwell et Philippe Sarde.

 

 

 

Les World Soundtrack Awards ont célébré pour la dix-huitième année les compositeurs de musique pour le cinéma, dans le cadre du festival de Gand, le Film Fest Gent. Le flamboyant thème musical des WSA, composé par Elmer Bernstein, est le premier morceau joué ce mercredi soir sous la direction de l’habituel et talentueux Dirk Brossé. Cette année, le festival a abandonné l’atroce hangar habituel, à l’acoustique dévastatrice, pour la très cosy salle du Capitole bien plus adaptée au style de la soirée. Un bon point. Une autre bonne nouvelle est le découpage du programme, alternant davantage les phases orchestrales et celles de remises de prix. Une soirée bien menée, sans temps mort ni longueur, ce qui est toujours un exploit dans ce genre de cérémonie.

 

Carter Burwell pour la première fois en concert

 

Enfin un hommage au plus discret compositeur d’Hollywood. Sa musique, souvent minimaliste chez les frères Coen, trouve toujours le ton juste. Lorsqu’on lui demande comment il adapte son style protéiforme au long-métrage pour lequel il compose, il répond que c’est le film lui même qui lui dicte sa conduite. Pour Miller’s Crossing par exemple, la version sans musique était d’une extrême violence, alors que le rôle de sa musique a été de l’adoucir, dans la mesure du possible. Pour 3 Bilboards les panneaux de la vengeance (3 Bilboards Outside Ebbing, Missouri), les images projetées en accompagnement sont un montage qui résume le film, comme une bande annonce musicale chronologique. Mais seules quelques notes de guitare suffisent instantanément à retrouver l’émotion toute entière et à nouveau les larmes montent aux yeux, pour un score subtil, d’une apparente simplicité, qui méritait un Oscar, bien plus que le démonstratif exercice d’Alexandre Desplat pour La Forme de l’Eau (The Shape Of Water). C’est intéressant de comparer les deux approches pour obtenir une émotion, la simplicité contre la surenchère.

 

Le retour de Nicholas Britten et de Johan Johansson

 

Le dynamique compositeur new-yorkais était lauréat l’année précédente du prix de la découverte 2017, la tradition du Festival veut que le lauréat vienne présenter en live quelques-unes de ses compositions. Un court moment assez joyeux. Mais la palme de l’émotion revient à Hildur Guðnadóttir, la compositrice islandaise, venue recevoir le prix attribué à titre posthume au génial compositeur islandais, au moment où sort son ultime album, Mandy. L’occasion de dire ici à quel point l’album est magistral, Johan Jóhansson, décédé en février dernier à l’âge de 48 ans, déchaîne le diable en personne pour venir envouter, puis posséder, l’auditeur. Une musique qui rend fou, totalement démente, atroce, subjuguante, géniale, à tel point que la vision du long-métrage ne peut qu’en être très inférieure.

 

Vibrant hommage à Philippe Sarde

 

C’est Robert Townson, Président de Varèse-Sarabande, qui monte sur scène rendre hommage à son ami Philippe Sarde. « Quand je pense à Los Angeles, je pense à toi », lui répond Philippe Sarde, en pleine possession de son discours à l’humour très anglais mais à l’accent très français. « Après Tess, je n’ai pas voulu rester à Hollywood de peur qu’on me demande de refaire 20 fois le même thème ». Le public de la salle adore, et puis vient le temps de la performance. Le choix des oeuvres jouées ce soir est judicieux à plus d’un titre. Il montre la variété et l’étendu sans limite du compositeur français, mais aussi la complexité musicale de ses compositions. Dirk Brossé s’en sort à merveille, de la violence herrmannienne de Barocco, la subtilité en équilibre du Locataire, ou la démence instrumentale de La Guerre Du Feu. La soirée se conclut avec une suite de Tess, une forme de panache dont la soirée n’a pas manqué.

 

Les lauréats

  1. Invité spécial : Carter Burwell
  2. Prix spécial pour l’ensemble de sa carrière : Philippe Sarde
  3. Compositeur de l’année : Jóhann Jóhansson, pour Mandy, Mary Magdalene, The Mercy
  4. Compositeur pour la télévision : Ramin Djawadi, pour Game of Thrones, The Strain et Westworld
  5. Meilleure chanson pour un film : Black Panther, de Kendrick Lamar, Kevin Gomringer, Solana I. Rowe, Matt Schaeffer, Mark Anthony Spears et Anthony Tiffith, pour le film black Panther
  6. Découverte de l’année : Tamar-kali, pour Mudbound
  7. Choix du public : Laurent Eyquem, pour Nostalgia

 

Les concerts

 

Hommage à Carter Burwellsous la direction de Dirk Brossé sauf indication

  1. Miller’s Crossing (End Credits)
  2. True Grit (River Crossing, Talk About Suffering et The Wicked Flee)
  3. 3 Bilboards Outside Ebbing, Missouri (My Dear Anne)
  4. Mildred Pierce (Opening Titles)
  5. Anomalisa (Overture),dirigé par Carter Burwell
  6. Hail, Caesar! (5 a.m. et Hail Caesar !)
  7. A Serious Man (A Serious Man)
  8. The Man Who Wasn’t There (The Trial of Ed Crane)
  9. Fargo (Fargo, North Dakota)
  10. Bruges (Prologue)
  11. Being John Malkovich (Puppet Love)
  12. Carol (Opening)
  13. Twilight (Bella’s Lullaby)

 

Hommage à Nicholas Britell, sous la direction de Dirk Brossé

  1. Moonlight (The Middle Of The World, End Credit Suite)
  2. If Beale Street Could Talk (Concert Suite)

 

Hommage à Philippe Sarde, sous la direction de Dirk Brossé

  1. Barocco (Générique)
  2. Les Choses de La Vie (Thème principal)
  3. La Guerre du Feu (Thème principal)
  4. Coup de Torchon (Thème principal)
  5. Le Locataire (Générique)
  6. Tess (Suite)

Commentaires

A la Une

Confinement : La Comédie-Française lance sa web télé

Les amateurs de théâtre ont de quoi se réjouir. La Maison de Molière transporte les planches de la salle Richelieu… Lire la suite >>

Confinement : projections de quartier, programmations virtuelles, le cinéma de proximité subsiste

Des projections nocturnes d’une cour d’immeubles à Lyon aux initiatives de petites salles, le cinéma reste un biais d’échange et… Lire la suite >>

Mad Max : Anya Taylor-Joy pourrait camper la jeune Furiosa

La star des Nouveaux Mutants a été auditionnée pour jouer le rôle de Furiosa dans le prequel racontant la jeunesse… Lire la suite >>

Le réalisateur Thomas Lilti redevient médecin face à la pandémie

Le réalisateur d’Hippocrate a décidé de rejoindre les rangs de ses confrères soignants en pleine crise pandémique de Covid-19.  … Lire la suite >>

Confinement : The Jokers invite petits et grands à jouer avec son cahier d’activités cinéphile

Le distributeur hexagonal de Parasite vous offre de petits jeux ludiques et un concours autour du cinéma, pour divertir petits… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts