Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma : critique

Publié par Erica Farges le 18 septembre 2019

Synopsis : 1770. Marianne est peintre et doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de quitter le couvent. Héloïse résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne va devoir la peindre en secret. Introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, elle la regarde.

♥♥♥♥

 

Portrait de la jeune fille en feu - affiche

Portrait de la jeune fille en feu – affiche

Après Naissance des pieuvres, présenté dans la section Un Certain Regard en 2007, et Bande de filles qui a ouvert la Quinzaine des Réalisateurs en 2014, Portrait de la jeune fille en feu est le premier long-métrage de Céline Sciamma sélectionné en compétition au Festival de Cannes. Récompensée par le Prix du scénario, la cinéaste surprend par le renouveau de style qu’elle adopte dans sa dernière réalisation. Celle qui est connue pour ses mises en scène centrées sur des jeunes femmes s’affranchissant des normes sociales, étonne avec ce film d’époque qui succède à trois long-métrages aux ambiances contemporaines. Elle reprend néanmoins ce format classique en le revisitant ingénieusement par le biais d’un message de fond résolument moderne, transmis en partie à travers la représentation des femmes qu’elle y dépeint. Le duo Adèle Haenel/ Noémie Merlant incarne ici un double portrait dont l’alchimie exceptionnelle ressort à l’écran. L’avant-gardiste Marianne (Noémie Merlant), qui exerce une profession rare pour une femme vivant à cette période, et la téméraire Héloïse (Adèle Haenel), sortie du couvent suite au suicide de sa sœur aînée afin d’être donnée en mariage à un comte italien, témoignent du paradoxe existant autour des attentes vis-à-vis de la gente féminine de l’époque. Pourtant, on retrouve dans cette perspective une résonance actuelle, car elle porte surtout sur l’émancipation des femmes, sujet désormais très présent dans les débats.

 

Portrait de la jeune fille en feu

Portrait de la jeune fille en feu

 

S’il s’agit du deuxième rôle principal d’Adèle Haenel (Naissance des pieuvres) dans un film de Sciamma, c’est une première pour Noémie Merlant (Le Ciel attendra) qui ouvre Portrait de la jeune fille en feu et dont le personnage prend une dimension de narratrice graphique. À cette duplicité entre l’artiste et son modèle s’ajoute également la servante interprétée par Luàna Bajrami, actrice découverte l’année dernière dans L’Heure de la sortie de Sébastien Marnier. Ce troisième personnage prénommée Sophie, illustre une autre facette de la condition féminine dans la France du XVIIIe siècle, notamment par son lien avec les thèmes qui traitent de la condition des très jeunes domestiques et de l’avortement, bien avant que cette pratique soit légalisée. Les décors épurés de Thomas Grézaud (Tomboy, Confession d’un enfant du siècle, Bande de filles), le déroulement en huis clos au sein de la grande demeure bretonne modestement aménagée et l’absence presque totale de musique nous immergent dans les émotions de cette découverte mutuelle entre les héroïnes.

 

Portrait de la jeune fille en feu

Portrait de la jeune fille en feu

 

En outre, la BO quasiment inexistante permet à l’escalade sentimentale que traversent les personnages de se dévoiler de manière naturelle et spontanée. Ainsi, l’expression de leurs états d’âme repose plus sur des échanges visuels et gestuels que sur des artifices musicaux. Œuvre classique teinté de modernité, Portrait de la jeune fille en feu est truffée de références, comme Persona, Rebecca, La Leçon de piano, Titanic, Mulholland Drive  À travers ce magnifique et émouvant tableau où les jeux de couleurs prédominent, Céline Sciamma célèbre non seulement l’importance historique, souvent ignorée, des artistes peintres féminines du siècle des Lumières, mais aussi celle de l’émancipation des femmes d’hier et d’aujourd’hui.

 

 

 

  • PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU
  • Sortie salles : 18 septembre 2019
  • Réalisation : Céline Sciamma
  • Avec : Noémie Merlant, Adèle Haenel, Luàna Bajrami, Valeria Golino, Christel Baras, Armande Boulanger, Guy Delamarche, Clément Bouyssou, Michèle Clément, Cécile Morel
  • Scénario : Céline Sciamma
  • Production : Véronique Cayla, Bénédicte Couvreur, Olivier Père
  • Photographie : Claire Mathon
  • Montage : Julien Lacheray
  • Décors : Thomas Grézaud
  • Costumes : Dorothée Guiraud
  • Musique : Jean-Baptiste de Laubier et Arthur Simonini
  • Distribution : Pyramide Films
  • Durée : 2h

 

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts