Les réalisatrices américaines ont investi le box-office 2019

Publié par Joanna Wadel le 4 janvier 2020
Greta Gerwig - En 2019, les realisatrices americaines ont investi le box-office

Greta Gerwig

La courbe s’inverse doucement, mais sûrement. Une étude américaine sur l’inclusion et la diversité dans les médias révèle que la proportion de femmes réalisatrices se hissant dans le top 100 des meilleurs films au box-office de 2019 est la plus haute depuis treize ans.

 

 

 

Si le taux de films de premier plan réalisés par des femmes stagnait depuis plus d’une décennie, une nouvelle étude de l’USC Annenberg Inclusion Initiative relayée par Variety témoigne que le nombre de succès dus à des réalisatrices a connu une hausse sans précédent en 2019. Un résultat peu étonnant dans un contexte de valorisation de la parité, et d’attention portée à la représentation des femmes dans l’industrie cinématographique, mais qui pourrait marquer un tournant artistique longuement attendu.

 

Car selon les chiffres présentés jeudi 2 janvier par le rapport de l’école de communication et de journalisme USC Annenberg, 10.6% des cent films mis à l’honneur en 2019 ont été réalisés par des femmes, soit la plus forte progression de ces treize dernières années. Un constat encourageant lorsque l’on compare ce taux à celui des années précédentes ; 4.5% en 2018 avec une moyenne avoisinant les 4.8% depuis 2007.

 

L’étude, notamment menée par la professeure Stacy L.Smith, spécialiste de la diversité sexuelle et ethnique dans les médias et fondatrice de l’Inclusion Initiative, a passé au peigne fin quelques 1.300 métrages les plus rentables de 2007 à 2019, examinant au passage la présence de groupes sous-représentés, comme les réalisatrices racisées.

 

En résulte que cette année, douze femmes – dont 4 issues de minorités ethniques – ont réalisé des films parmi les cents plébiscités, dont Les Filles du Docteur March de Greta Gerwig, Queens de Lorene Scafaria, Booksmart d’Olivia Wilde, L’Adieu de Lulu Wang ou encore Queen and Slim de Melina Matsoukas. L’étude pointe également que deux des plus grands succès au box-office ont été coréalisés par des femmes ; Captain Marvel et La Reine des Neiges 2 (Jennifer Lee). Un fait non-négligeable, malgré les 4.8% de pourcentage global de femmes recensées sur la période étudiée – pour un ratio de vingt réalisateurs pour une réalisatrice.

 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette hausse soudaine. Selon le professeur Smith, l’une d’elle serait que cinq des films d’Universal Pictures classés dans le top 100 de cette année avaient une réalisatrice à leur barre. Mais l’étude met en exergue l’effet des campagnes américaines en faveur de la parité, telles que celle du mouvement Time’s Up, et l’ouverture des festivals de cinéma aux femmes et aux professionnels issus de minorités, qui permet aux réalisatrices de présenter leurs projets et de se faire connaître plus aisément.

 

« C’est la première fois en 13 ans que nous assistons à un changement dans les pratiques d’embauche des réalisatrices », a déclaré Stacy L.Smith, qui précise néanmoins que le chemin à parcourir sera long : « […] il reste encore beaucoup de progrès à faire pour atteindre la parité » dans le domaine de la réalisation, explique-t-elle. Et d’ajouter que la différence de traitement réservé aux productions issues de réalisatrices et celles issues de leurs homologues masculins demeure flagrante, quand plus de 90% des nommés (entre 2008 et 2020) aux grandes récompenses (Oscars, Golden Globes, DGA, critiques), sont des hommes : «  […] Nous constatons que les productions des femmes derrière la caméra ne sont toujours pas vues ou célébrées par leurs pairs ou la presse. », en conclut Stacy L.Smith, qui déplore que le leadership des femmes ne soit pas reconnu « dans l’écosystème des prix », et de fait plus facilement occulté lorsque de grands projets se développent.

 

La chercheuse en inclusion tient également à rappeler que si changement il y a, il est encore bien relatif pour les femmes racisées, qui ne représentent, souligne-t-elle, que « moins de 1% des réalisateurs » des meilleurs en films de ces treize dernières années, et ce en dépit du fait que leurs œuvres soient les mieux notées de 2019, d’après les données collectées par Metacritic que l’étude met également en évidence.

 

Le bon élève du rapport s’avère être Netflix. En effet, 20% des réalisateurs de films américains produis par la plateforme en 2019 étaient des femmes, contre un total de 34.5% de réalisatrices dénombrées dans le pays en quatre ans (2015-2019) : « Les studios traditionnels doivent reconnaître que le monde et le bassin de talents sont très différents de leurs pratiques d’embauche et agir en conséquence. », martèle L.Smith.

 

De quoi guetter avec attention la prochaine étude de l’USC, et les palmarès à venir des Oscars, des Golden Globes et autres remises de prix, en espérant voir la tendance à la parité perdurer en 2020. En attendant, quid des réalisatrices françaises et des César ?

Commentaires

A la Une

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Cannes 2020 : The French Dispatch, Soul parmi les 56 films sélectionnés

Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont dévoilé ce mercredi 3 juin les 56 longs-métrages sélectionnés pour être présentés dans différents… Lire la suite >>

[Vidéo] Décès de George Floyd : Spike Lee réagit en citant son film Do The Right Thing

Le réalisateur américain au cinéma militant a monté une vidéo qui rapproche l’arrestation qui a entraîné la mort de l’Afro-Américain… Lire la suite >>

Cinémas : l’UGC George V va fermer définitivement

L’UGC George V des Champs-Élysées tire sa révérence. Le bail de l’établissement, probablement transformé en hôtel de luxe, ne sera… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts