Uncut Gems de Benny et Josh Safdie : critique

Publié par Joanna Wadel le 6 février 2020

Synopsis : Un propriétaire de bijouterie, au sein de Diamond District à New York, et revendeur à ses heures perdues, voit sa vie bouleversée lorsque sa marchandise est volée.

 

♥♥♥♥

 

Uncut Gems - affiche

Uncut Gems – affiche

Du cœur d’une pierre précieuse et ses nébuleuses de cristaux, au colon du héros, il n’y a qu’un plan. Deux ans après l’éreintant Good Time et son errance nocturne, les frères Safdie reviennent en force avec un opus inclassable et sinueux, porté par Adam Sandler, méconnaissable en joaillier magouilleur obsédé par la gagne. Diffusé sur Netflix et produit par A24, Uncut Gems est un trip fébrile et décousu, qui arpente les facettes de la vie d’Howard Ratner, vendeur de bijoux juif new-yorkais constamment sur le fil du rasoir. En allers-retours entre sa boutique miteuse, sa garçonnière où il loge sa maîtresse et sa famille disloquée, le film se présente comme le casse-tête insoluble d’un homme qui tente de tout gérer, mais n’a de prise sur rien. Une longue lutte s’annonce alors, entre l’insatiable quête du « coup du siècle » – le profit d’une opale rarissime – et les coups du sort que s’inflige le héros, prisonnier de sa propre médiocrité. Le film emprunte à ses modèles, en particulier son producteur Martin Scorsese, avec sa peinture d’un microcosme urbain violent et ses figures marginales. Adam Sandler, camelot à la tchatche logorrhéique, fascine par son jeu généreux et la manière dont il fait vivre ce personnage pacinesque en roue libre. L’ambiance sonore sublime le tout. Les thèmes synthétiques 80’s d’Oneohtrix Point Never, qui avait signé la bande-originale de Good Time, portent en eux la signature musicale de Blade Runner et ses cités futuristes. Hors contexte ici, les notes captivantes agissent comme le révélateur de la magie enfouie au cœur de cette réalité triviale, matériau dont les Safdie font du cinéma.

 

Uncut Gems

Uncut Gems

 

Mais de même que l’intrigue titube entre différentes parcelles d’existence, Uncut Gems oscille de la grâce à la confusion, du drame à la comédie, de l’irrationnel à la fatalité, si bien qu’on ne sait plus s’il résulte de cet enchevêtrement de combines foireuses du génie ou de l’inconsistance. Sans doute les deux. Car malgré la maîtrise de cette proposition, il est facile de passer à côté. Sa cacophonie continue, et les combats de coqs que se livrent la galerie d’escrocs et de brutes, ont parfois le défaut de rendre la trame illisible, noyée dans un verbiage incessant. Les longueurs, volontaires, cassent le rythme de cette épopée grouillante. Pourtant, la réalisation immersive offre des moments haletants où la tension latente atteint à son comble – en particulier lors du dénouement.

 

Uncut Gems

Uncut Gems

 

Sa plus belle réussite est de traiter le business de la pierre comme s’il s’agissait d’une drogue. Une addiction puissante s’empare des protagonistes, illustrée par l’attraction que l’opale suscite, et qui dépasse l’entendement. À l’image du récit, tantôt grotesque, tantôt intrigant, cette curieuse lubie tend vers le thriller sans pour autant y faire basculer le film. Cette folie magnétique aurait pu éclore et conférer plus de panache à l’épilogue, qui s’achève sur un trait d’ironie noire prévisible. Paradoxal, brillant, truffé d’aspérités, Uncut Gems fait rayonner son sujet presque comme un joyau brut. Benny et Josh Safdie imposent ici leur griffe et subliment le contre-emploi d’Adam Sandler dans une pépite indé immanquable.

 

 

 

  • UNCUT GEMS
  • Diffusion : 31 janvier 2020
  • Chaîne / Plateforme : Netflix
  • Réalisation : Joshua et Ben Safdie
  • Avec : Adam Sandler, Eric Bogosian, Lakeith Stanfield, Idina Menzel, Judd Hirsch, Julia Fox, The Weeknd, Kevin Garnett
  • Scénario : Ronald Bronstein, Joshua Safdie et Ben Safdie
  • Production : Sebastian Bear-McClard, Oscar Boyson et Scott Rudin
  • Photographie : Darius Khondji
  • Direction artistique : Eric Dean
  • Décors : Sam Lisenco
  • Costumes : Miyako Bellizzi
  • Musique : Oneohtrix Point Never
  • Durée : 2h15

 

Commentaires

A la Une

Being The Ricardos : Nicole Kidman et Javier Bardem dans le prochain film d’Aaron Sorkin

Nicole Kidman et Javier Bardem sont en pourparlers pour incarner à l’écran Lucille Ball et Desi Arnaz, les interprètes de… Lire la suite >>

Danny Boyle va réaliser une série sur les Sex Pistols pour FX

Le réalisateur britannique Danny Boyle prépare pour la chaîne FX une minisérie de six épisodes centrée sur le groupe punk… Lire la suite >>

Men : le nouveau projet d’Alex Garland réunira Jessie Buckley et Rory Kinnear

Alex Garland, le réalisateur d’Ex-Machina et d’Annihilation, prépare un nouveau film sous la bannière studio A24, avec au casting Jessie Buckley… Lire la suite >>

Trailer de Locked Down : Anne Hathaway et Chiwetel Ejiofor font un casse en plein confinement

Voici la bande-annonce du nouveau film de Doug Liman, Locked Down. Tournée en plein confinement, cette comédie policière réunie un… Lire la suite >>

Rencontre avec le storyboarder Sylvain Despretz autour de son artbook Los ángeles

À l’occasion de la parution de son ouvrage, Los ángeles, Sylvain Despretz, storyboardeur sur Gladiator, La Planète des singes, Panic… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts