Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal : critique

Publié par CineChronicle le 18 juillet 2021

Synopsis : Paris 2020. Dans une société où les surhommes sont banalisés et parfaitement intégrés, une mystérieuse substance procurant des super-pouvoirs à ceux qui n’en ont pas se répand. Face aux incidents qui se multiplient, les lieutenants Moreau et Schaltzmann sont chargés de l’enquête. Avec l’aide de Monté Carlo et Callista, deux anciens justiciers, ils feront tout pour démanteler le trafic. Mais le passé de Moreau ressurgit, et l’enquête se complique…

♥♥♥♥

 

Comment je suis devenu super-heros - affiche

Comment je suis devenu super-héros – affiche

Avec les sorties récentes du Dernier Voyage, La Nuée, Teddy, ou encore Titane, auréolé de la Palme d’or à Cannes, force est de constater que le paysage cinématographique français a rarement fait preuve d’autant d’ambitions qu’en ce moment. Sous le règne de Marvel et de DC, le film de Douglas Attal, annoncé comme le premier film de super-héros français, était pour le moins attendu. Mais très vite, les intentions sont posées : c’est une œuvre « hexagonale » avant d’être estampillée « super-héros ». Quand Tony Stark se pavane dans les beaux quartiers de Manhattan, nos personnages évoluent dans les quartiers chauds de Paris, loin des immeubles haussmaniens de cartes postales. Car évidemment, Attal n’a pas reçu le budget du dernier Avengers. Ici, pas question d’une destruction massive de la ville à grands coups d’effets spéciaux. Pour pallier ces limitations techniques, le film se resserre sur son intrigue, ses personnages et une société à la Watchmen où ces surhommes sont partout (dans les pubs, dans les faits divers…). Rien que tous ces rappels à notre quotidien ancrent le récit dans le réel. Le registre du film, s’ouvrant sur un commissariat de police qui enquête sur une nouvelle drogue qui sévit dans les lycées, contribue à s’affranchir du comparatif avec les bases posées aux États-Unis depuis les années 2000. Il assume et traite ainsi correctement son sujet. Dans ce monde où les super-pouvoirs sont banalisés, la question logiquement posée est celle de leur intégration dans la société, notamment avec les anciennes gloires du « Pack Royal » : Benoît Poelvoorde est touchant dans son rôle de super-héros contraint à la retraite pour cause de maladie de Parkinson, et Leïla Bekhti, éducatrice le jour et vigilante la nuit, représente aussi avec beaucoup de justesse la fusion du genre avec les problématiques récurrentes du cinéma tricolore. Au premier plan, le roublard Pio Marmaï et la complice espiègle Vimala Pons proposent un duo de flics efficace, avec juste ce qu’il faut de tension dès le départ pour en faire un vrai tandem de buddy movie.

 

Benoit Poelvoorde et Leila Bekhti - Comment je suis devenu super-heros

Benoît Poelvoorde et Leïla Bekhti – Comment je suis devenu super-héros

 

Comme tout premier long métrage, certaines faiblesses sont inévitables. Malgré un charisme apparent, Swann Arlaud par exemple manque de mesure dans ses crises de nerfs de méchant. Ses motivations sont explicitées à la fois trop rapidement et trop tardivement. Le grand final souffre également des limitations techniques et budgétaires, se cantonnant à des bastons, certes impressionnantes, dans un entrepôt désaffecté, mais avec des effets spéciaux qui montrent leurs limites.

 

En dépit de ces scories, cette adaptation du roman éponyme du sociologue Gérald Bronner parvient, via son mélange action, polar et social, à porter haut les couleurs d’un cinéma fantastique made in France, qu’on espère voir faire beaucoup d’émules à l’avenir.

 

Théotime Roux

 

 

 

  • COMMENT JE SUIS DEVENU SUPER-HÉROS
  • Disponible : depuis le 9 juillet 2021
  • Chaîne / Plateforme : Netflix
  • Réalisation : Douglas Attal
  • Avec : Leïla Bekhti, Benoît Poelvoorde, Pio Marmaï, Vimala Pons, Swann Arlaud, Clovis Cornillac, Gilles Cohen, Camille Japy, Léonie Souchaud, Sofyan Boudouni…
  • Scénario : Cédric Anger, Douglas Attal, Gérald Bronner, Melisa Godet et Charlotte Sanson, d’après le roman Comment je suis devenu super-héros de Gérald Bronner
  • Production : Alain Attal, Marie Jardillier et Emma Javaux
  • Photographie : Nicolas Loir
  • Montage : Francis Vesin
  • Costumes : Maïra Ramedhan Levi
  • Musique : Nino Vella et Adrien Prévost
  • Durée : 1 h 37

 

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : Le Studio Ghibli sera récompensé d’une Palme d’or d’honneur

Pour la première fois de son histoire, le comité d’organisation du Festival de Cannes va décerner une Palme d’Or d’honneur collective à un studio de cinéma. Un choix audacieux pour …

Y a-t-il un flic : Pamela Anderson rejoint Liam Neeson dans le remake 

Le projet de remake de la saga Y a-t-il un flic va raviver la nostalgie de nombreux fans, avec l’arrivée de l’icône Pamela Anderson aux côtés de Liam Neeson.

Cannes 2024 : La Quinzaine des cinéastes dévoile sa sélection officielle

La 56e sélection de la Quinzaine des cinéastes se révèle avec des films indépendants, engagés et atypiques à travers le globe.

Cannes 2024 : La sélection de la Semaine de la Critique

La Semaine de la Critique, qui aura lieu entre le 15 et le 23 mai, a dévoilé sa sélection qui vise toujours à mettre en avant les premiers et seconds longs-métrages.

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 S.O.S FANTOMES : LA MENACE DE GLACE 308 185 1 308 185
2 KUNG FU PANDA 4 300 396 3 1 460 893
3 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 245 400 2 688 104
4 NOUS, LES LEROY 204 366 1 204 366
5 DUCOBU PASSE AU VERT ! 163 343 2 394 526
6 LA MALEDICTION : L'ORIGINE 104 374 1 104 374
7 DUNE DEUXIEME PARTIE 92 500 7 3 957 190
8 LE MAL N'EXISTE PAS 69 187 1 69 187
9 PAS DE VAGUES 63 322 3 328 687
10 ET PLUS SI AFFINITES 58 491 2 208 240

Source: CBO Box office

Nos Podcasts