Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal : critique

Publié par CineChronicle le 18 juillet 2021

Synopsis : Paris 2020. Dans une société où les surhommes sont banalisés et parfaitement intégrés, une mystérieuse substance procurant des super-pouvoirs à ceux qui n’en ont pas se répand. Face aux incidents qui se multiplient, les lieutenants Moreau et Schaltzmann sont chargés de l’enquête. Avec l’aide de Monté Carlo et Callista, deux anciens justiciers, ils feront tout pour démanteler le trafic. Mais le passé de Moreau ressurgit, et l’enquête se complique…

♥♥♥♥

 

Comment je suis devenu super-heros - affiche

Comment je suis devenu super-héros – affiche

Avec les sorties récentes du Dernier Voyage, La Nuée, Teddy, ou encore Titane, auréolé de la Palme d’or à Cannes, force est de constater que le paysage cinématographique français a rarement fait preuve d’autant d’ambitions qu’en ce moment. Sous le règne de Marvel et de DC, le film de Douglas Attal, annoncé comme le premier film de super-héros français, était pour le moins attendu. Mais très vite, les intentions sont posées : c’est une œuvre « hexagonale » avant d’être estampillée « super-héros ». Quand Tony Stark se pavane dans les beaux quartiers de Manhattan, nos personnages évoluent dans les quartiers chauds de Paris, loin des immeubles haussmaniens de cartes postales. Car évidemment, Attal n’a pas reçu le budget du dernier Avengers. Ici, pas question d’une destruction massive de la ville à grands coups d’effets spéciaux. Pour pallier ces limitations techniques, le film se resserre sur son intrigue, ses personnages et une société à la Watchmen où ces surhommes sont partout (dans les pubs, dans les faits divers…). Rien que tous ces rappels à notre quotidien ancrent le récit dans le réel. Le registre du film, s’ouvrant sur un commissariat de police qui enquête sur une nouvelle drogue qui sévit dans les lycées, contribue à s’affranchir du comparatif avec les bases posées aux États-Unis depuis les années 2000. Il assume et traite ainsi correctement son sujet. Dans ce monde où les super-pouvoirs sont banalisés, la question logiquement posée est celle de leur intégration dans la société, notamment avec les anciennes gloires du « Pack Royal » : Benoît Poelvoorde est touchant dans son rôle de super-héros contraint à la retraite pour cause de maladie de Parkinson, et Leïla Bekhti, éducatrice le jour et vigilante la nuit, représente aussi avec beaucoup de justesse la fusion du genre avec les problématiques récurrentes du cinéma tricolore. Au premier plan, le roublard Pio Marmaï et la complice espiègle Vimala Pons proposent un duo de flics efficace, avec juste ce qu’il faut de tension dès le départ pour en faire un vrai tandem de buddy movie.

 

Benoit Poelvoorde et Leila Bekhti - Comment je suis devenu super-heros

Benoît Poelvoorde et Leïla Bekhti – Comment je suis devenu super-héros

 

Comme tout premier long métrage, certaines faiblesses sont inévitables. Malgré un charisme apparent, Swann Arlaud par exemple manque de mesure dans ses crises de nerfs de méchant. Ses motivations sont explicitées à la fois trop rapidement et trop tardivement. Le grand final souffre également des limitations techniques et budgétaires, se cantonnant à des bastons, certes impressionnantes, dans un entrepôt désaffecté, mais avec des effets spéciaux qui montrent leurs limites.

 

En dépit de ces scories, cette adaptation du roman éponyme du sociologue Gérald Bronner parvient, via son mélange action, polar et social, à porter haut les couleurs d’un cinéma fantastique made in France, qu’on espère voir faire beaucoup d’émules à l’avenir.

 

Théotime Roux

 

 

 

  • COMMENT JE SUIS DEVENU SUPER-HÉROS
  • Disponible : depuis le 9 juillet 2021
  • Chaîne / Plateforme : Netflix
  • Réalisation : Douglas Attal
  • Avec : Leïla Bekhti, Benoît Poelvoorde, Pio Marmaï, Vimala Pons, Swann Arlaud, Clovis Cornillac, Gilles Cohen, Camille Japy, Léonie Souchaud, Sofyan Boudouni…
  • Scénario : Cédric Anger, Douglas Attal, Gérald Bronner, Melisa Godet et Charlotte Sanson, d’après le roman Comment je suis devenu super-héros de Gérald Bronner
  • Production : Alain Attal, Marie Jardillier et Emma Javaux
  • Photographie : Nicolas Loir
  • Montage : Francis Vesin
  • Costumes : Maïra Ramedhan Levi
  • Musique : Nino Vella et Adrien Prévost
  • Durée : 1 h 37

 

Commentaires

A la Une

House of Gucci : le casting cinq étoiles du prochain Ridley Scott se révèle dans une bande-annonce

Les premières images du nouveau film de Ridley Scott ont enfin été dévoilées, avec une distribution en or, menée par… Lire la suite >>

Ghostbusters Afterlife dévoile sa nouvelle génération de chasseurs dans un nouveau trailer

Après plusieurs reports, le troisième film de la franchise culte des années 1980 se dévoile dans une nouvelle bande-annonce. Prévu… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Adam Driver et Matt Damon s’affrontent jusqu’à la mort

La bande-annonce de la prochaine réalisation de Ridley Scott, Le Dernier Duel, avec Adam Driver et Matt Damon, a enfin… Lire la suite >>

Rifkin’s Festival : Une bande annonce pour le prochain Woody Allen

À 85 ans, le plus européen des réalisateurs américains continue malgré vents et marées à sortir ses films une fois… Lire la suite >>

No Man of God : Elijah Wood face à Ted Bundy dans la bande annonce

Ted Bundy n’en finit plus d’investir le cinéma. No Man of God, le nouveau film basé sur les enregistrements entre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 KAAMELOTT - PREMIER VOLET 1 015 247 1 1 015 247
2 FAST & FURIOUS 9 248 852 2 1 550 441
3 SPACE JAM - NOUVELLE ERE 182 763 1 182 763
4 BLACK WIDOW 129 821 3 1 479 510
5 LES CROODS 2 : UNE NOUVELLE ERE 120 040 3 908 886
6 OLD 105 841 1 105 841
7 DESIGNE COUPABLE 61 155 2 209 601
8 TITANE 57 184 2 145 707
9 AINBO, PRINCESSE D'AMAZONIE 56 993 2 166 315
10 CRUELLA 50 574 5 1 366 861

Source: CBO Box office

Nos Podcasts