Folles de Joie de Paolo Virzi : critique

Publié par CineChronicle le 7 juin 2016

Synopsis : Béatrice est une mythomane bavarde au comportement excessif. Donatella est une jeune femme tatouée, fragile et introvertie. Ces deux patientes de la Villa Biondi, une institution thérapeutique pour femmes sujettes à des troubles mentaux, se lient d’amitié. Une après-midi, elles décident de s’enfuir, bien décidées à trouver un peu de bonheur dans cet asile de fous à ciel ouvert qu’est le monde des gens « sains ».

 

♥♥♥♥

 

Folles de Joie de Paolo Virzi - affiche

Folles de Joie de Paolo Virzi – affiche

Folles de Joie, quatorzième film de Paolo Virzi, a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du 69e Festival de Cannes. Pour interpréter ses deux héroïnes, le cinéaste transalpin a retrouvé Valeria Bruni-Tedeschi (Les Opportunistes) et Micaela Ramazzotti (La Prima Cosa Bella). Le tandem, qui porte à lui seul toute l’intrigue, nous entraîne dans son quotidien au sein d’un établissement psychiatrique. L’excentricité de Beatrice (Bruni-Tedeschi) et les névroses de Donatella (Ramazzotti) génèrent des échanges savoureux et de rocambolesques péripéties. Les événements s’emballent quand elles s’échappent de la Villa Biondi. Paolo Virzi offre une comédie répondant totalement aux codes de la pure tradition italienne. On pense à des classiques comme L’Argent de la VieilleDivorce à l’ItalienneMes chers amis, ou plus récemment Le déjeuner du 15 août ou encore Viva la Liberta. Des répliques hilarantes – qui viennent souvent de Béatrice – se mélangent à des situations désopilantes et une histoire solide. Un vent de liberté et d’extravagance souffle sur les spectateurs grâce à un duo de choc. Beatrice n’a aucune limite ; elle ose vraiment tout et peut se servir de Donatella comme faire-valoir. Son exubérance est amplifiée par l’aspect sombre et dépressif de sa nouvelle camarade. Folles de joie fonctionne également dans ses contrastes, sa diversité de ton et dans la variété des thèmes abordés. L’humour côtoie ainsi des passages plus noirs et plus profonds ; ces deux figures majeures sont des délinquantes qui purgent leur peine dans un institut spécialisé. Si le délit commis par Beatrice relève de la « folie douce », Donatella a quant à elle été condamnée pour une raison sérieuse.

.

Micaela Ramazzotti et Valeria Bruni Tedeschi dans Folles de Joie de Paolo Virzi

Micaela Ramazzotti et Valeria Bruni Tedeschi dans Folles de Joie de Paolo Virzi

.

Paolo Virzi filme avec tendresse et justesse ces gens inadaptés à notre société, ceux qu’on finit par enfermer loin des villes car on ne sait pas vraiment quoi en faire. Face à un tel état d’agitation psychique, la seule solution semble la fuite. Beatrice et Donatella, malgré les soins qui leur sont apportés, étouffent dans leur prison médicalisée. Leur escapade nous apparaît comme inéluctable. Folles de joie prend alors la forme d’un road-movie déjanté et violent. Le propos devient dès lors légèrement plus grave puisqu’on se focalise sur le destin tragique de Donatella. Paolo Virzi livre également une belle étude sur l’amitié ; les deux héroïnes ne peuvent compter que l’une sur l’autre et l’évolution de leur lien est tout en subtilité. L’ensemble nous plonge dans de superbes plans sur la campagne toscane qui alternent avec des séquences intérieures dans de fastueuses villas. Folles de joie nous emporte jusqu’au bout, grâce en partie au talent des deux comédiennes. Le registre loufoque sied à merveille à Valeria Bruni-Tedeschi tandis que le jeu plus en retenue de Micaela Ramazzotti équilibre parfaitement l’ensemble. Les quelques baisses de régime et scènes un peu grotesques n’altèrent en rien l’impression de plaisir. On se laisse captiver par les folles aventures de ces deux personnages à la fois attachants et poignants dans leur errance.

.
Christophe Binet
.
.
.
  • FOLLES DE JOIE réalisé par Paolo Virzi en salles le 8 juin 2016.
  • Avec : Valeria Bruni-Tedeschi, Micaela Ramazzotti, Bob Messini, Sergio Albelli, Tommasso Ragno, Valentina Carnelutti, Anna Galiena, Marisa Borini..
  • Scénario : Francesca Archibugi et Paolo Virzi
  • Production : Marco Belardi
  • Photographie : Vladan Radovic
  • Montage : Cecilia Zanuso
  • Décors : Tonino Zera
  • Costumes : Katia Dottori
  • Musique : Carlo Virzi
  • Distribution : Bac Films
  • Durée : 1h56

.

Commentaires

A la Une

Jessica Chastain et Eddie Redmayne en pourparlers pour le thriller The Good Nurse

Jessica Chastain et Eddie Redmayne vont interpréter respectivement l’infirmière Amy Loughren et le tueur de série Charles Cullen dans le… Lire la suite >>

Gal Gadot va incarner Hedy Lamarr dans une série Showtime

Gal Gadot va prêter ses traits à Hedy Lamarr, l’icône hollywoodienne des années 1940, dans une minisérie pour Showtime.  … Lire la suite >>

Première image de Margot Robbie en Sharon Tate dans le prochain Tarantino

Margot Robbie a publié sur Instagram une première image de son personnage dans le nouveau long-métrage de Quentin Tarantino, Once… Lire la suite >>

Premières images du tournage de Once Upon a Time in Hollywood de Tarantino

Les premières photos et vidéos du tournage à Los Angeles de Once Upon a Time in Hollywood de Quentin Tarantino,… Lire la suite >>

Une nouvelle bande annonce pour Bohemian Rhapsody

Les studios 20th Century Fox ont dévoilé un nouveau trailer survolté de Bohemian Rhapsody, biopic musical consacré au groupe Queen réalisé… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MISSION : IMPOSSIBLE - FALLOUT 695 528 2 1 865 197
2 HOTEL TRANSYLVANIE 3 : DES VACANCES MONSTRUEUSES 528 440 3 1 907 647
3 NEUILLY SA MERE, SA MERE ! 525 859 1 525 859
4 LES INDESTRUCTIBLES 2 351 399 6 4 881 497
5 DARKEST MINDS : REBELLION 303 255 1 303 255
6 ANT-MAN ET LA GUEPE 185 344 4 1 586 684
7 MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN 119 995 3 608 896
8 MA REUM 105 117 4 656 452
9 L'ESPION QUI M'A LARGUEE 99 529 1 99 529
10 MY LADY 87 080 2 210 572

Source: CBO Box office