Folles de Joie de Paolo Virzi : critique

Publié par CineChronicle le 7 juin 2016

Synopsis : Béatrice est une mythomane bavarde au comportement excessif. Donatella est une jeune femme tatouée, fragile et introvertie. Ces deux patientes de la Villa Biondi, une institution thérapeutique pour femmes sujettes à des troubles mentaux, se lient d’amitié. Une après-midi, elles décident de s’enfuir, bien décidées à trouver un peu de bonheur dans cet asile de fous à ciel ouvert qu’est le monde des gens « sains ».

 

♥♥♥♥

 

Folles de Joie de Paolo Virzi - affiche

Folles de Joie de Paolo Virzi – affiche

Folles de Joie, quatorzième film de Paolo Virzi, a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du 69e Festival de Cannes. Pour interpréter ses deux héroïnes, le cinéaste transalpin a retrouvé Valeria Bruni-Tedeschi (Les Opportunistes) et Micaela Ramazzotti (La Prima Cosa Bella). Le tandem, qui porte à lui seul toute l’intrigue, nous entraîne dans son quotidien au sein d’un établissement psychiatrique. L’excentricité de Beatrice (Bruni-Tedeschi) et les névroses de Donatella (Ramazzotti) génèrent des échanges savoureux et de rocambolesques péripéties. Les événements s’emballent quand elles s’échappent de la Villa Biondi. Paolo Virzi offre une comédie répondant totalement aux codes de la pure tradition italienne. On pense à des classiques comme L’Argent de la VieilleDivorce à l’ItalienneMes chers amis, ou plus récemment Le déjeuner du 15 août ou encore Viva la Liberta. Des répliques hilarantes – qui viennent souvent de Béatrice – se mélangent à des situations désopilantes et une histoire solide. Un vent de liberté et d’extravagance souffle sur les spectateurs grâce à un duo de choc. Beatrice n’a aucune limite ; elle ose vraiment tout et peut se servir de Donatella comme faire-valoir. Son exubérance est amplifiée par l’aspect sombre et dépressif de sa nouvelle camarade. Folles de joie fonctionne également dans ses contrastes, sa diversité de ton et dans la variété des thèmes abordés. L’humour côtoie ainsi des passages plus noirs et plus profonds ; ces deux figures majeures sont des délinquantes qui purgent leur peine dans un institut spécialisé. Si le délit commis par Beatrice relève de la « folie douce », Donatella a quant à elle été condamnée pour une raison sérieuse.

.

Micaela Ramazzotti et Valeria Bruni Tedeschi dans Folles de Joie de Paolo Virzi

Micaela Ramazzotti et Valeria Bruni Tedeschi dans Folles de Joie de Paolo Virzi

.

Paolo Virzi filme avec tendresse et justesse ces gens inadaptés à notre société, ceux qu’on finit par enfermer loin des villes car on ne sait pas vraiment quoi en faire. Face à un tel état d’agitation psychique, la seule solution semble la fuite. Beatrice et Donatella, malgré les soins qui leur sont apportés, étouffent dans leur prison médicalisée. Leur escapade nous apparaît comme inéluctable. Folles de joie prend alors la forme d’un road-movie déjanté et violent. Le propos devient dès lors légèrement plus grave puisqu’on se focalise sur le destin tragique de Donatella. Paolo Virzi livre également une belle étude sur l’amitié ; les deux héroïnes ne peuvent compter que l’une sur l’autre et l’évolution de leur lien est tout en subtilité. L’ensemble nous plonge dans de superbes plans sur la campagne toscane qui alternent avec des séquences intérieures dans de fastueuses villas. Folles de joie nous emporte jusqu’au bout, grâce en partie au talent des deux comédiennes. Le registre loufoque sied à merveille à Valeria Bruni-Tedeschi tandis que le jeu plus en retenue de Micaela Ramazzotti équilibre parfaitement l’ensemble. Les quelques baisses de régime et scènes un peu grotesques n’altèrent en rien l’impression de plaisir. On se laisse captiver par les folles aventures de ces deux personnages à la fois attachants et poignants dans leur errance.

.
Christophe Binet
.
.
.
  • FOLLES DE JOIE réalisé par Paolo Virzi en salles le 8 juin 2016.
  • Avec : Valeria Bruni-Tedeschi, Micaela Ramazzotti, Bob Messini, Sergio Albelli, Tommasso Ragno, Valentina Carnelutti, Anna Galiena, Marisa Borini..
  • Scénario : Francesca Archibugi et Paolo Virzi
  • Production : Marco Belardi
  • Photographie : Vladan Radovic
  • Montage : Cecilia Zanuso
  • Décors : Tonino Zera
  • Costumes : Katia Dottori
  • Musique : Carlo Virzi
  • Distribution : Bac Films
  • Durée : 1h56

.

Commentaires

A la Une

Top 10 des stars aux multiples rôles

De plus en plus de productions donnent l’opportunité aux stars de pouvoir incarner des multiples rôles dans un même film…. Lire la suite >>

Musique / Concert John Williams à Chicago : une absolue perfection

La dernière fois que John Williams avait dirigé le Chicago Symphony Orchestra était en 2012, pour l’enregistrement de la musique… Lire la suite >>

Cannes 2018 : Palme d’or pour Une affaire de Famille de Hirokazu Kore-Eda (palmarès complet)

La présidente Cate Blanchett, accompagnée de son jury, a décerné la palme d’or à l’excellent Une affaire de Famille de… Lire la suite >>

Cannes 2018 / Sprint final (jour 11, photos)

Deux films en Compétition avant la diffusion du Palmarès samedi soir. Les pronostics de la presse française et internationale et… Lire la suite >>

Cannes 2018 / L’enfance maltraitée et les réfugiés (jour 10, photos)

Entrée en lice du quatrième et dernier film français de la Compétition, Un Couteau dans le cœur de Yann Gonzalez… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVENGERS : INFINITY WAR 767 431 3 4 384 210
2 EVERYBODY KNOWS 391 207 1 391 207
3 RAMPAGE - HORS DE CONTROLE 255 384 2 600 178
4 TAXI 5 251 720 5 3 436 623
5 MONSIEUR JE-SAIS-TOUT 186 907 1 186 907
6 ACTION OU VERITE 177 182 2 405 407
7 DEATH WISH 145 073 1 145 073
8 ABDEL ET LA COMTESSE 109 355 1 109 355
9 LARGUEES 104 657 4 707 924
10 PIERRE LAPIN 102 360 6 1 657 915

Source: CBO Box office