Paranoïa de Steven Soderbergh : critique

Publié par CineChronicle le 12 juillet 2018

Synopsis : Une jeune femme, convaincue d’être harcelée, est enfermée contre son gré dans une institution psychiatrique. Alors même qu’elle tente de convaincre tout le monde qu’elle est en danger, elle commence à se demander si sa peur est fondée ou le fruit de son imagination …

♥♥♥♥

 

paranoia - affiche

Paranoïa – affiche

Cinéaste à la filmographie très éclectique, Steven Soderbergh aime mélanger les genres et innover. Le réalisateur a souvent été aux commandes d’œuvres cinématographiques centrées sur des braquages (la trilogie Ocean’s, Logan Lucky…). Dans Paranoïa, il ne s’agit pas de dérober un coffre-fort, mais de s’introduire dans la psyché humaine. Sawyer (Claire Foy) s’est installée à Boston pour prendre un nouveau départ et oublier le harcèlement qu’elle a subi de la part de David (Joshua Leonard). Mais cet environnement étranger devient une source d’angoisse et elle commence à voir son agresseur partout. Décidée à ne pas se laisser abattre, la jeune femme va chercher de l’aide en prenant rendez-vous avec une psychologue dans un institut psychiatrique. À la fin de la séance, on lui demande de signer la « paperasse administrative habituelle », Sawyer donne ainsi, sans s’en apercevoir, son consentement pour être internée pendant 24 heures. Sa recherche initiale de soutien mental prend une tournure cauchemardesque. Habitude récurrente du cinéaste qui a lui-même pris en main la photographie et le montage de Paranoïa. Le tournage avec trois iPhone 7 Plus permet une mobilité importante. La sensation d’intrusion dans l’intimité de Sawyer, due à la proximité de la caméra qui épouse presque les mouvements de la proie, prend une dimension malsaine. Le spectateur devient à son tour voyeur.

 

Claire Foy - Paranoia

Claire Foy – Paranoïa

 

Le détournement des croyances et points de repères usuels est le moteur principal de l’angoisse qui s’installe progressivement. Avant d’induire à l’empathie vis-à-vis de l’héroïne, le long-métrage s’ouvre sur les pensées de David, rappelant son statut d’être humain et s’éloignant de l’image monstrueuse habituellement attribuée aux tortionnaires. La couleur bleue, généralement représentative de l’introspection au cinéma, envahit la séquence introductive. Par la suite, elle est toujours utilisée pour dévoiler l’esprit du harceleur, comme lorsqu’il décrit Sawyer qui portait une robe bleue la première fois qu’il l’a vue. Cette tonalité est au cœur d’une scène marquante, se déroulant dans une cellule d’isolement inondée par ce coloris. En s’enfermant avec l’objet de son obsession, David permet à la jeune femme d’accéder à son esprit pour le détruire. Avec ce thriller psychologique et film d’horreur qui joue sur le mental de ses personnages, comme dans beaucoup de ses œuvres, Soderbergh mêle plusieurs genres pour révéler les défaillances de la civilisation étasunienne.

 

Claire Foy - Paranoia

Claire Foy – Paranoïa

 

Après Effets Secondaires, le réalisateur poursuit sa description sombre du système médical américain qui fait passer les profits avant les humains. La protagoniste apparaît comme combative et déterminée jusqu’à ce qu’on la mette en position de faiblesse, pour le simple motif que son assurance prend en charge les frais d’hospitalisation. Sawyer est persuadée de sa réussite personnelle, inconsciente que celle-ci dépend de la volonté de ceux qui dominent. Paranoïa démasque également l’hypocrisie d’une façade égalitaire idyllique, où les institutions pénalisent ceux qui ont besoin d’être aidés et sanctionnent inefficacement les individus dangereux. Une illusion entretenue par tous qui protège et favorise surtout les hommes blancs. La position privilégiée de ces derniers, représentants de l’autorité et dirigeants des institutions, s’établit aux dépens du reste de la population. Œuvre hétéroclite qui nous plonge dans le psychisme humain pour dénoncer plusieurs aspects de la société actuelle, Paranoïa revisite avec brio plusieurs éléments classiques du thriller psychologique.

 

Erica Farges

 

 

 

  • PARANOÏA (Unsane)
  • Sortie salles : 11 juillet 2018
  • Réalisation : Steven Soderbergh
  • Avec : Claire Foy, Joshua Leonard, Amy Ivring, Jay Pharoah, Juno Temple, Aimee Mullins, Matt Damon, Polly McKie, Erin Wilhhelmi, Gibson Frazier, Sarah Stiles
  • Scénario : Jonathan Bernstein, James Greer
  • Production : Joseph Malloch, Corey Bayes
  • Photographie : Steven Soderbergh
  • Montage : Steven Soderbergh
  • Décors : April Lasky
  • Costumes : Susan Lyall
  • Musique : Thomas Newman
  • Distribution : Twentieth Century Fox France
  • Durée : 1h38

 

Commentaires

A la Une

Une bande annonce pour Mary Queen of Scots

Focus Features a récemment dévoilé une bande-annonce de Mary Queen of Scots, film d’époque et première réalisation de la britannique… Lire la suite >>

Mémoire du Cinéma : Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone 

Il était une fois dans l’Ouest se dévoilait dans les salles obscures italiennes il y a cinquante ans. ‘Mémoires du Cinéma’ retrace… Lire la suite >>

Claude Lanzmann s’est éteint à l’âge de 92 ans

Le cinéaste, écrivain et journaliste français Claude Lanzmann est décédé à Paris ce jeudi 5 juillet à l’âge de 92… Lire la suite >>

Un remake de Chucky en préparation

L’icône de l’horreur Chucky sera bientôt de retour au cinéma. Alors qu’une série créée par Don Mancini est actuellement en… Lire la suite >>

Ça chapitre 2 : Warner Bros livre une photo du casting adulte de retour à Derry

Les studios Warner Bros. ont livré via Twitter une première photographie du casting de la suite de Ça, de retour… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 JURASSIC WORLD : FALLEN KINGDOM 414 907 4 2 847 640
2 SANS UN BRUIT 216 813 2 449 675
3 OCEAN'S 8 196 747 3 688 357
4 LE DOUDOU 146 412 2 285 319
5 SICARIO LA GUERRE DES CARTELS 139 134 1 139 134
6 BUDAPEST 126 231 1 126 231
7 DEADPOOL 2 95 316 7 2 534 639
8 LOVE, SIMON 93 548 1 93 548
9 LES AFFAMES 75 937 1 75 937
10 BECASSINE ! 67 030 2 138 216

Source: CBO Box office