Sortie Blu-ray/ Le Flic Ricanant de Stuart Rosenberg: critique

Publié par Thierry Carteret le 23 septembre 2016

Synopsis : San Francisco, années 70. Un inconnu pénètre dans un bus nocturne et en mitraille les passagers. Bilan : huit morts, dont un inspecteur de police. Son ami et partenaire, le cynique Jake Martin, mène l’enquête selon des méthodes très personnelles, secondé par une jeune recrue, l’arrogant Leo Larsen. L’oeuvre d’un fou, d’un serial killer ? Plutôt que de suivre la piste officielle, Martin obéit à son instinct, convaincu que le carnage trouve son origine dans une vieille affaire…

♥♥♥♥♥

 

Le Flic Ricanant - jaquette

Le Flic Ricanant – jaquette

Le Flic Ricanant est l’adaptation du roman Le policier qui rit (Den skrattande polissen), écrit par le couple d’écrivains suédois Maj Sjöwall et Per Wahlöö, paru en 1968. Bien avant la saga Millenium et l’adaptation américaine de David Fincher, Hollywood s’intéressait bien sûr déjà à la littérature policière suédoise. Maj Sjöwall et Per Wahlöö connaissent rapidement le succès avec leur saga, centrée sur les enquêtes de l’inspecteur Martin Beck, sorte d’équivalent scandinave du commissaire Maigret créé par Georges Simenon. Les dix romans ont été publiés de 1965 à 1975. La mort de Per Wahlöö cette année-là marque la fin de la série. Ils ont été traduits en français, en anglais et dans plusieurs autres langues ; ce qui ne tarde pas à attirer l’attention des producteurs hollywoodiens. Pour son passage sur grand écran, Le Flic Ricanant se déplace de Stockholm à San Francisco. Le réalisateur Stuart Rosenberg (Brubaker, Luke la main froide) également producteur, remplace donc l’apparente quiétude suédoise du roman par un décor et un univers typiquement américain. La dimension politique s’efface au profit d’une intrigue pleine de tension et de suspense, quoique manquant un peu de rythme. Les livres de Maj Sjöwall et Per Wahlöö, très engagés politiquement, étaient en prise directe avec le contexte de la Suède de l’époque. Dans un pays dominé par l’État-providence depuis les années 30, se dévoile une violence que le gouvernement veut dissimuler afin de préserver l’image d’un véritable modèle de fonctionnement de « paradis social-démocrate ». Transposé aux États-Unis, le contexte est bien différent. Les armes sont en vente libre, et l’enquête que va mener obstinément cet inspecteur porte davantage sur les problématiques spécifiques, comme les meurtres de masse et la libre circulation des armes. Sur un rythme relativement lent, l’intrigue se suit sans déplaisir. Le scénario est prétexte à brosser une galerie de policiers cyniques, homophobes et racistes, où ne naît aucune empathie. Tous les protagonistes sont traités à égalité. Seul Walter Matthau, dans la peau de l’inspecteur Martin Beck – ici rebaptisé le sergent Jake Martin – parvient bien sûr à susciter de la sympathie chez le spectateur. Il incarne avec son talent coutumier ce policier bourru et désabusé, à l’humour mordant, qui partage un modeste deux pièces avec une épouse au foyer autoritaire.

.

Le Flic RicanantLe Flic RicanantLe Flic RicanantLe Flic Ricanant

.

Le point fort de Le Flic Ricanant est la caractérisation très détaillée des personnages, soutenu par un bon casting. Aux côtés de Walter Matthau, on retrouve Bruce Dern (Silent Running, Les 8 salopards) dans la peau de son coéquipier arrogant, crétin et coureur de femmes. Le reste de la distribution est complété par d’excellents seconds rôles, comme Louis Gossett Jr. (Officier et Gentleman) et Anthony Zerbe (Dead Zone). Quant aux rôles féminins, s’ils sont rares, on redécouvre avec plaisir Joanna Cassidy, la charismatique et futur répliquante de Blade Runner (critique), et Cathy Lee Crosby, qui fût la toute première Wonder Woman à la télévision en 1974. L’ambiance générale est proche de L’inspecteur Harry, Bullitt, French Connection (critique) ou encore moins connu Les pirates du métro (avec également Walter Matthau). La réalisation sobre et efficace de Stuart Rosenberg adopte un style réaliste et son cadre volontiers sulfureux, dans certaines scènes, fait également penser à Cruising. Le tout est soutenu par la superbe photographie de David M. Walsh. Quant à la musique, le thème du légendaire Charles Fox reste discret mais efficace, surtout pendant le dénouement. Le Flic Ricanant s’avère ainsi une intéressante rareté du cinéma policier américain bien qu’il manque un peu d’identification pour le spectateur.

.

.

Blu-ray : Cet inédit sur support numérique, grâce à Rimini Éditions, offre un beau travail de restauration au niveau de l’image et du son, comme le révèle un bonus qui compare le négatif avant et après. Le reportage Le Paradis suédois Maj Sjöwall et Per Wahlöö, d’une durée de 22 minutes, s’intéresse aux deux auteurs et est présenté avec intérêt par François Guérif, directeur de l’illustre collection de polars Rivages/Noir. Enfin, l’édition offre de voir la bande annonce originale.

.

.

.

  • LE FLIC RICANANT (The Laughing Policeman) de Stuart Rosenberg disponible en DVD/Blu-ray le 21 septembre 2016 en version restaurée HD.
  • Avec : Walter Matthau, Bruce Dern, Louis Gossett Jr., Albert Paulsen, Joanna Cassidy,  Anthony Zerbe, Val Avery, Cathy Lee Crosby…
  • Scénario : Thomas Rickman d’après l’oeuvre de Maj Sjöwall et Per Wahlöö
  • Production : Stuart Rosenberg
  • Photographie : David M. Walsh
  • Montage : Bob Wyman
  • Décors : Doug von Koss
  • Costumes : Lambert Marks, Nat Tolmach
  • Musique : Charles Fox
  • Edition DVD : Rimini Editions
  • Tarif : 14,99 € (DVD) — 19,99 € (BR)
  • Durée : 1h50
  • Sortie en salles : inédit en France

.

Commentaires

A la Une

Alan Parker, le réalisateur de Midnight Express, Birdy et The Wall, nous a quittés

Le grand réalisateur britannique Alan Parker, connu pour ses grands succès critiques et publiques, est décédé à l’âge de 76… Lire la suite >>

Ratched : le prequel de Vol au-dessus d’un nid de coucou par Ryan Murphy se dévoile en photos

Sarah Paulson et Sharon Stone apparaissent dans les premiers clichés de la nouvelle production de Ryan Murphy pour Netflix, une… Lire la suite >>

Adieu les cons : Virginie Efira dans le teaser hilarant du nouvel Albert Dupontel

L’actrice apparaît dans le premier extrait du prochain film d’Albert Dupontel, Adieu les cons, dans lequel elle campe une quadragénaire… Lire la suite >>

Summer Lovin’ : un réalisateur à la barre du prequel de Grease

Le prequel de la comédie musicale culte de 1978 se dote d’un réalisateur, Brett Haley, qui devrait concrétiser ce projet… Lire la suite >>

Elisabeth Moss lance sa propre société avec plusieurs projets de films et séries

La star de The Handmaid’s Tale prend la barre. Cette dernière s’est offert une société de production avec plusieurs projets… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SCOOBY ! 136 617 3 480 224
2 DIVORCE CLUB 128 698 2 371 367
3 TOUT SIMPLEMENT NOIR 114 515 3 522 204
4 ETE 85 76 791 2 270 181
5 ADORABLES 69 567 1 69 567
6 L'AVENTURE DES MARGUERITE 58 645 2 144 320
7 IP MAN 4 LE DERNIER COMBAT 58 408 1 58 408
8 MON NINJA ET MOI 51 963 2 110 277
9 MADRE 30 484 1 30 484
10 EN AVANT 25 365 21 881 832

Source: CBO Box office

Nos Podcasts