Cannes 2018 / En avant la musique (jour 3, photos)

Publié par Philippe Descottes le 12 mai 2018
Lete - Leto de Kirill Serebrennikov

L’été – Leto de Kirill Serebrennikov

Pour ce troisième jour cannois, la musique était à l’honneur du côté de la Russie avec L’Eté, et la Pologne, avec Zimna Wojna. Mais aussi à travers Plaire, aimer et courir vite, le nouveau film de Christophe Honoré.

 

 

 

Plaire aimer et courir vite

Plaire aimer et courir vite / Cannes 2018 – Crédit Philippe Prost pour CineChronicle

La matinée a commencé par la reprise de L’Eté (Leto) de Kirill Serebrennikov, suivi de Yomeddine de A.B. Shawky, présentés l’un et l’autre en projection de gala la veille au soir. Il fallait attendre la fin de l’après-midi pour voir Plaire, aimer et courir vite, de Christophe Honoré, premier des quatre films français de la Sélection officielle en Compétition.

 

Si le profil de cette section a été renouvelé à l’occasion de cette 71e édition, avec la présence de cinéastes qui viennent pour la première fois, Christophe Honoré est lui un habitué de Cannes. Il avait été découvert en 2002, à Un Certain Regard, avec 17 fois Cécile Cassard, son premier long, avant de présenter Les Chansons d’Amour (en compétition) en 2007, puis Les Bien-aimés (hors compétition) en 2011. 

 

Plaire aimer et courir vite, qui sort dans les salles en même temps, nous replonge dans le Paris des années 1990, marquées par les ravages du sida, à l’instar de 120 Battements par minute de Robin Campillo, Grand prix au Festival de Cannes et grand vainqueur des César 2018. Mais au lieu du récit de militants d’Act-up, le réalisateur nous plonge dans un mélodrame nostalgique et se focalise sur l’histoire sentimentale qu’Arthur, 20 ans, interprété par Vincent Lacoste, étudiant à Rennes, va vivre lors de sa venue à Paris avec Jacques, joué par Pierre Deladonchamps, trentenaire, écrivain et dramaturge. La reconstitution de ces années repose notamment sur un important travail effectué, sur les musiques et les chansons.

 

Pierre Deladonchamps et Vincent Lacoste - Plaire aimer et courir vite

Pierre Deladonchamps et Vincent Lacoste – Plaire aimer et courir vite / Cannes 2018 – Crédit Philippe Prost pour CineChronicle

Après le rock underground à Leningrad dans les années 1980, évoqué dans L’été, la musique était encore à l’honneur avec l’autre film de la Compétition Zimna Wojna (Cold War), de Pawel Pawlikowski, qui raconte l’amour impossible d’un musicien épris de liberté et d’une jeune chanteuse passionnée, pendant la Guerre froide, entre la Pologne stalinienne et le Paris bohème des années 1950. Point commun de ces deux films venus de l’Est, ils sont l’un et l’autre en noir et blanc.

 

La Sélection officielle Un Certain Regard proposait de son côté deux nouveaux films. Gräns (Border) du réalisateur danois Ali Abbasi, suit Tina, une douanière à l’efficacité redoutable et connue pour son odorat hors du commun qui l’amène à déceler la culpabilité d’un individu. Mais quand Vore, un homme d’apparence suspecte, passe à la douane, ses capacités sont mises à l’épreuve. Une coproduction suédo-danoise à l’aspect réaliste qui ne tarde pas à basculer dans le fantastique et l’horreur.

 

Cold War

Cold War / Cannes 2018 – Crédit Philippe Prost pour CineChronicle

Enfin, À genoux les gars, troisième long métrage réalisé par Antoine Desrosières après À la belle étoile (1993) et Banqueroute (2000), dont le titre avait déjà suscité un vif intérêt et une certaine attente lors de l’annonce de la Sélection officielle par Thierry Frémaux en avril dernier. Les spectateurs n’auront pas été déçus avec cette « comédie de banlieue » sur un sujet grave (le viol), tourné en plans-séquences et axé sur les dialogues.

 

Le cinéaste est parti de cette idée : « Comment la frustration engendre la violence : voici ce que nous voulions développer dans la deuxième partie de notre diptyque. De là à dire que l’interdit provoque la violence, et qu’une société libérée de ses prisons culturelles et tabous réintroduirait en même temps plus d’égalité, plus d’épanouissement, et plus d’amour, il n’y a qu’un pas qui est l’utopie sous-tendue derrière ces constats. » L’accueil que l’assistance (public et critiques) lui a réservé a été partagé, les applaudissements à la fin de la séance étant accompagnés de huées. D’ailleurs, pendant la projection, on a entendu claquer les fauteuils des mécontents quittant la salle. Un bon vieux classique cannois comme quoi le Festival est bien lancé !

 

CLIQUEZ DANS LES PHOTOS POUR AGRANDIR

 

Julianne MooreInconnueInconnueLouise BourgoinRobeRobeChristoph Waltz Mads Mikkelsen - ArcticBenicio del ToroPlaire aimer et courir viteChristophe Honore

Commentaires

A la Une

Beetlejuice Beetlejuice : la nouvelle bande annonce sort de terre

La suite des aventures de Beetlejuice, le personnage emblématique de Tim Burton, se dévoile dans une bande-annonce déjantée.    … Lire la suite >>

Bugonia : Yorgos Lanthimos, Emma Stone et Jesse Plemons de nouveau réunis

Le trio, actuellement en France pour la promotion de Kinds of Kindness, en compétition au 77e du festival de Cannes,… Lire la suite >>

The Ploughmen : Ed Harris va réaliser un film noir avec Owen Teague, Nick Nolte et Bill Murray

L’acteur et réalisateur adaptera le roman de Kim Zupan, avec Owen Teague, Nick Nolte et Bill Murray devant la caméra,… Lire la suite >>

Les Linceuls : Premier teaser pour le nouveau cauchemar de David Cronenberg

Présenté en compétition au festival de Cannes, le film met en scène Vincent Cassel et Diane Kruger dans un étrange… Lire la suite >>

Kathryn Bigelow s’associe à Netflix pour son prochain long-métrage

Les équipes de Netflix ont confirmé cette semaine lors de leur présentation aux annonceurs que la réalisatrice Kathryn Bigelow travaillait… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 1 310 277 3 3 433 739
2 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 633 463 2 1 566 193
3 BLUE & COMPAGNIE 284 442 2 737 655
4 LE DEUXIEME ACTE 242 657 1 242 657
5 BACK TO BLACK 115 316 4 960 934
6 THE FALL GUY 98 633 3 544 960
7 FRERES 81 369 4 584 559
8 LES INTRUS 80 889 1 80 889
9 LE TABLEAU VOLE 65 547 3 270 286
10 N'AVOUE JAMAIS 48 191 4 513 920

Source: CBO Box office

Nos Podcasts