Palme d'or The Square de Ruben Ostlund - Sipa

Palme d’or The Square de Ruben Ostlund – Sipa

Le président Pedro Almodovar, accompagné de son jury, a décerné la palme d’or à l’excellent The Square de Ruben Östlund qui a été projeté à l’issue de cette soirée de clôture.

.

.

.

120 Battements par Minute - photo

120 Battements par Minute – photo

Bravo à Pedro Almodovar et aux membres du Jury pour cette Palme d’or originale et audacieuse décernée à une oeuvre qui l’est tout autant. Avec dix-neuf films en compétition, The Square repart donc avec le trophée suprême incrusté de diamants, conçu par Chopard, spécialement pour cette 70e édition.

.

Ruben Östlund signe une satire acerbe, truculente et surréaliste sur la société moderne qui explore les limites de la responsabilité sociale et individuelle, la liberté d’expression et artistique, mais aussi les conséquences de l’inaction. En 2014, le cinéaste suédois avait remporté le Prix du Jury Un Certain Regard pour Snow Therapy, qui racontait l’histoire d’une famille en pleine désagrégation.

.

L’autre grande joie revient à 120 Battements par minute, qui reçoit le Grand Prix bien mérité. Robin Campillo retrace la lutte acharnée des militants d’Act Up-Paris dans les années 1990 pour réveiller les conscience alors que le sida tue depuis près de dix ans. Le réalisateur français signe une oeuvre qui « donne une ampleur politique, dramatique et esthétique bien trop rare dans le cinéma hexagonal ».

.

Les Proies - affiche

Les Proies – affiche

LES FEMMES À L’HONNEUR

.

Si le Jury a déjoué quelque peu les attentes (dans le bon sens du terme), le reste du palmarès est à l’avenant. Bravo pour ces choix riches et éclectiques qui font notamment la part belle aux femmes cinéastes, comme l’a formulé si bien Monica Belluci espérant que « beaucoup plus de réalisatrices prennent leur juste place » au Festival de Cannes, et par extension dans le Septième Art. 

.

À commencer par Sofia Coppola, repartie avec le Prix de la Mise Scène. La cinéaste américaine livre, avec cette relecture de Les Proies, après la version subversive de Don Siegel en 1971, tirée du roman de Thomas Cullinan, une réalisation plus maîtrisée et plus mature que de coutume.

.

Si on eut préféré que Lynne Ramsay remporte cette récompense pour son thriller nerveux You Were Never Really Here, cette dernière remporte néanmoins le prix du scénario, ex-aequo avec Mise à mort du cerf sacré du Grec Yorgos Lanthimos. Mais la cinéaste britannique permet surtout à son interprète principal, Joaquin Phoenix, de rafler le Prix d’interprétation masculine. L’acteur américain, All star aux pieds, pas préparé et manifestement inconscient de ce qui lui arrive dans le Grand Théâtre Lumière – et c’est tout à son honneur -,  incarne avec force un homme de main en proie à ses démons, qui tente de sauver la fille mineure d’un sénateur d’un réseau de prostitution et de trouver son salut.

.

De son côté, Diane Kruger n’a sûrement pas voler ce prix d’interprétation féminine dans In the Fade. Si le drame de vengeance de Fatih Akin pêche par endroit, il donne la mesure de la performance de son actrice, qui incarne une femme et mère de famille dont la vie bascule lorsque son mari et son fils meurent dans un attentat à la bombe perpétré par des néonazis.

.

Nicole Kidman

Nicole Kidman – Photo Philippe Prost pour CineChronicle

NICOLE KIDMAN OMNIPRÉSENTE

.

Pour ce 70e anniversaire, Pedro Almodovar a mis en lumière une Nicole Kidman qui a fait résonner la Sélection officielle dans pas moins de quatre productions, dont deux figurent au palmarès : Les Proies et Mise à Mort du Cerf Sacré, ainsi que How to talk to Girls at parties de John Cameron Mitchell, présenté hors compétition, et la saison 2 de la série Top of The Lake de Jane Campion. Un prix spécial anniversaire remis par Will Smith.

.

Quant à la Caméra d’or, elle s’est à nouveau conjuguée au féminin. Après Divines de Houda Benyamina l’année dernière, ce trophée a été remis à Jeune Femme, premier long métrage de la Française Léonor Serraille. Cette belle surprise, qui nous vient de la section Un Certain Regard, illumine l’énergique et saisissante Laetitia Dosch qui nous plonge dans les tribulations de Paula dans la ville lumière. Larguée par son petit ami, sans travail et sans un sous en poche, cette femme tente avec panache de prendre un nouveau départ.

.

Ainsi, Au terme de ces douze jours baignés de soleil, le jury, présidé par Pedro Almodovar, qui réunissait Jessica Chastain, Agnès Jaoui, Maren Ade, Fan Bingbing, Gabriel Yared, Will Smith, Paolo Sorrentino et Park Chan-wook, ont su faire preuve d’un choix enthousiasmant.

.

Découvrez les gagnants ci-dessous et le palmarès en page suivante..

(crédit photos Philippe Prost pour CineChronicle)

.

Ruben ÖstlundLynne Ramsay et Joaquin PhoenixLynne RamsayLeonor SerrailleDiane KrugerFatih Akin et Diane KrugerJoaquin PheonixYorgos Lanthimos

Commentaires

A la Une

David Fincher prépare un prequel à Chinatown pour Netflix

Le réalisateur David Fincher, à l’origine des shows Mindhunter et House of Cards, s’associe au légendaire scénariste Robert Towne pour le… Lire la suite >>

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts