Télévision / Spielberg de Susan Lacy : critique

Publié par CineChronicle le 7 février 2019

Synopsis : Un documentaire sur la vie et la carrière de l’un des plus importants réalisateurs de tous les temps, Steven Spielberg.

♥♥♥♥

 

Spielberg documentaire - affiche

Spielberg documentaire – affiche

Près de 2h30 de film, 30 heures d’interviews, plus de 60 intervenants, plus de 30 films évoqués avec extraits… Même pour un documentaire sur lui, Steven Spielberg suscite la démesure et l’épique. Inédit en France, Spielberg, réalisé par Susan Lacy pour HBO, est enfin diffusé sur OCS Géants. Pour “le Magicien du Cinéma” (comme le présente une couverture de Time Magazine montrée à l’écran), qui a révolutionné à plusieurs reprises l’industrie du cinéma dans sa carrière, cela semble de mise. La liste des personnes interviewées pour analyser la vie et l’oeuvre du maître donne le vertige. Comme acteurs : Bob Balaban, Christian Bale, Eric Bana, Drew Barrymore, Cate Blanchett, Jaes Brolin, Peter Coyote, Daniel Craig, Tom Cruise, Daniel Day-Lewis, Laura Dern, Leonardo DiCaprio, Richard Dreyfuss, Sally Field, Ralph Fiennes, Harrison Ford, Jeff Goldblum, Tom Hanks, Dustin Hoffman, Holly Hunter, Ben Kingsley, Liam Neeson, Oprah Winfrey… Un casting qui ferait baver n’importe quel réalisateur. D’ailleurs, eux aussi sont présents : J. J. Abrams, Francis Ford Coppola, Janusz Kaminski, Lawrence Kasdan, George Lucas, Martin Scorsese, Robert Zemeckis… Une liste incroyable de personnalités, sans évoquer les producteurs, directeurs de la photographie, monteurs, éminents critiques qui se succèdent à la barre, avec même une bonne partie de la famille Spielberg (père, mère, soeurs), pour tenter un portrait du cinéaste. Ce qui n’aurait pu être qu’une longue litanie indigeste d’interviews et d’extraits s’écrit finalement tout seul, suivant la vie du maître qui tient du conte de fées hollywoodien. Le film commence sur son coup de foudre pour Lawrence d’Arabie et la révélation des Dents de la Mer avant de raconter son enfance, ses premiers films amateur, son ascension d’autodidacte ; les épisodes se succèdent, et les films avec eux.

 

Steven Spielberg

Steven Spielberg

 

En se nourrissant de l’amitié de ses pairs à Hollywood (Lucas, Brian De Palma, Coppola), il sort Rencontres du Troisième Type. En redonnant ses lettres de noblesse au divertissement pur, il devient un dieu des recettes avec la franchise Indiana Jones. Quand on l’accuse de n’être qu’un faiseur et une machine à fric, il sort la Couleur Pourpre et se cherche encore avec Empire du Soleil. Quand la révolution de la CGI est à portée de main, il mise tout sur Jurassic Park et double les enjeux en créant DreamWorks. Quand certains attendent son avis sur l’Amérique post-11 septembre, Minority Report, La Guerre des Mondes, Munich et Lincoln sont autant de variations.

 

Cette courbe de carrière suit aussi la biographie de Spielberg, contribuant à renforcer sa relation épidermique avec le cinéma, qui lui a “permis d’éviter la psychanalyse”. Rencontres du Troisième Type, E.T. et Arrête-moi si tu peux sont des preuves de la fêlure créée par le divorce de ses parents. Quand il se réconcilie avec sa judéité et devient un artiste suffisamment mature, La Liste de Schindler vient tout naturellement. Il faut sauver le soldat Ryan marque la réconciliation avec son propre père.

 

Tout juste sera-t-on étonné de voir Always totalement escamoté de la rétrospective et n’évoque que trop rapidement quelques fours et/ou succès en demi-teinte de Spielberg (1941, Hook, Le Monde perdu, Amistad, Le Terminal, Les Aventures de Tintin ou Le Bon Gros Géant). Pentagon Papers et Ready Player One n’étaient pas encore sortis lors de la diffusion du documentaire. De fait, aucune voix dissonante ne se fait entendre dans cette hagiographie et c’est bien dommage. Censure de l’intéressé ou même autocensure ? Ne serait-ce que Spielberg, pour sa débauche de moyens et son portrait d’un amoureux fou du cinéma, qui a toujours su se réinventer sans se reposer sur ses lauriers, vaut le détour. Après tout, le documentaire cite L’Homme qui tua Liberty Valance : “Quand la légende dépasse la réalité, alors on publie la légende !”.

 

Arthur de Boutiny

 

 

 

  • SPIELBERG
  • Diffusion : 8 février 2019 à 22h55
  • Plateforme / Chaîne : OCS Géants
  • Réalisation : Susan Lacy
  • Avec : Steven Spielberg, George Lucas, Martin Scorsese, Francis Ford Coppola, Brian De Palma, J. J. Abrams, Leonardo DiCaprio, Tom Hanks, Harrison Ford, Liam Neeson, Richard Dreyfuss, Jeff Goldblum, Oprah Winfrey, Tom Cruise, Daniel Day-Lewis, Ralph Fiennes, Vilmos Zsigmond, Janusz Kaminski, David Koepp, John Williams, Frank Marshall, Kathleen Kennedy…
  • Production : Susan Lacy, Jessica Levin, Emma Pildes
  • Photographie : Ed Marritz, Samuel Painter
  • Montage : Deborah Peretz
  • Distribution : HBO
  • Durée : 2h27
  • Diffusé pour la première fois le 7 octobre 2017 (États-Unis)

 

Commentaires

A la Une

La garde-robe d’Olivia Newton-John dans Grease mise aux enchères

La garde-robe de scène et de cinéma d’Olivia Newton-John, star de la comédie musicale Grease de 1978, sera mise aux… Lire la suite >>

West Side Story : première image du remake de Steven Spielberg

Le remake de West Side Story a révélé son premier visuel. Steven Spielberg produit et met actuellement en scène l’adaptation… Lire la suite >>

Le cinéaste et metteur en scène italien Franco Zeffirelli s’est éteint à l’âge de 96 ans

Réalisateur, metteur en scène de nombreux opéras filmés et héritier de Visconti, Franco Zeffirelli est décédé samedi à Rome à… Lire la suite >>

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MEN IN BLACK : INTERNATIONAL 336 892 1 336 892
2 X-MEN : DARK PHOENIX 268 514 2 958 394
3 PARASITE 231 685 2 608 527
4 ALADDIN 215 002 4 1 840 791
5 ROXANE 138 925 1 138 925
6 ROCKETMAN 99 810 3 584 301
7 GRETA 77 019 1 77 019
8 MA 75 340 2 236 238
9 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 71 335 3 594 768
10 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 71 118 3 441 163

Source: CBO Box office

Nos Podcasts