Livre / Musique et cinéma, l’union libre : critique

Publié par Jacques Demange le 18 mars 2020

Résumé :   » La musique doit vous dire quelque chose que vous ne savez pas encore, qu’on ne peut pas deviner en regardant uniquement les images. » Cette vision exprimée par le compositeur Carter Burwell se retrouve chez son homologue Bruno Coulais qui donne à la musique la mission de « capter les choses invisibles du film ». Comme le résume le réalisateur-compositeur Tom Tykwer : « Lorsque vous écrivez un script, vous étudiez la structure, alors que quand vous écrivez de la musique, c’est beaucoup plus porté sur l’émotion abstraite.  » Cette problématique des « deux histoires en une », l’une visuelle, « matérielle », qui « étudie la structure », l’autre sonore, « spirituelle » et « beaucoup plus porté[e] sur l’émotion abstraite », suppose indéniablement une complémentarité, au même titre que la conscience et le cérébral pour Bergson ou l’esprit et le corps pour Descartes, qui pose la question des théories reposant sur les principes de concordance ou de non-concordance entre musique et images.

♥♥♥♥♥

 

Musique et cinema - lunion libre

Musique et cinéma, l’union libre

À travers cette courte étude, c’est l’idée d’union qui prime. La relation entre musique et cinéma se voit en effet analysée selon un ensemble de notions dont Yohann Guglielmetti, réalisateur, compositeur, Docteur en Arts de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et déjà auteur de Silence, bruit et musique au cinéma (L’Harmattan, 2020), pointe les prolongements, les limites et les quelques contre-sens. En encadrant son écrit par un retour sur l’œuvre du réalisateur-compositeur allemand Tom Tykwer (Maria la Maléfique, Cours Lola, cours, Heaven, Le Parfum, Un Hologramme pour le Roi et Cloud Atlas, coréalisé avec les sœurs Wachowski), l’auteur affirme sa volonté d’aborder le couple musique-cinéma autrement, c’est-à-dire hors des sentiers battus de la théorie cinématographique. Son premier point de désaccord concerne la dynamique du contre-point dont Guglielmetti discute les usages abusifs depuis la parution du Manifeste « contre-point orchestral » d’Eisenstein, Poudovkine et Alexandrov en 1928. En soulignant la triple-erreur (lexicale, physiologique et historique) qui entache le recours au terme, l’ouvrage cherche à redéfinir le rapport désaccordé et intérieur de la bande-musicale et de la bande-image. En reprenant à son compte les concepts de « musique empathique » et « musique anempathique » forgés par Michel Chion, Guglielmetti propose une série d’analyses de séquences qui de Viva Maria à Million Dollar Baby en passant par Violence et Passion, Thelma et Louise, Philadelphia, Un Hussard sur le Toit, ou encore L’Attaque des Clones, associe éclectisme du corpus et pluralité des approches abordées. Le leitmotiv ou la question des réalisateurs-compositeurs (Clint Eastwood, John Carpenter) s’offrent ainsi comme des clés d’entrée pour aborder l’importance du rôle diégétique incarné par la musique ou éclairer certains termes techniques moins connus (le « continuum sonore » ou le « portamento »). La présence d’un index des noms et des films ainsi que d’une bibliographie assez dense complètent parfaitement cette étude qui approfondit un domaine d’étude encore un peu plus assuré dans sa légitimité scientifique et dont on prend conscience des indéniables possibilités de découvertes.

 

 

 

  • MUSIQUE ET CINÉMA, L’UNION LIBRE
  • Auteur : Yohann Guglielmetti
  • Éditions : L’Harmattan
  • Collection : Champs visuels
  • Date de parution : 24 février 2020
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 120 pages
  • Tarif : 13,50 € (version print)  – 9,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 : Une bande-annonce pour la conclusion de la trilogie spatiale de Marvel

La dernière aventure des Gardiens de la galaxie se dévoile à travers une première bande-annonce.       Depuis la… Lire la suite >>

Indiana Jones et le Cadran de la Destinée : Premier trailer pour le cinquième opus de la saga

Le nouveau film Indiana Jones se révèle à travers une première bande-annonce entre nostalgie et grande aventure.      … Lire la suite >>

Easy Rider : Une nouvelle version du film culte en préparation

Plus de cinquante ans après sa sortie, Easy Rider de Dennis Hopper avec Peter Fonda et Jack Nicholson pourrait avoir… Lire la suite >>

Copenhagen Cowboy : Un nouveau trailer coloré et énigmatique pour la série de Nicolas Winding Refn

La nouvelle série du réalisateur de Drive, à destination de Netflix, se dévoile un peu plus à travers une envoûtante… Lire la suite >>

Élémentaire : une première bande-annonce pour le prochain Pixar

La bande-annonce du prochain film d’animation des studios Disney-Pixar dévoile doucement mais sûrement son univers haut en couleurs.    … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 392 564 3 2 810 290
2 SIMONE - LE VOYAGE DU SIECLE 201 751 7 2 024 616
3 COULEURS DE L'INCENDIE 129 914 3 620 671
4 LE MENU 124 279 1 124 279
5 RESTE UN PEU 113 050 2 265 745
6 LES MIENS 98 004 1 98 004
7 MASCARADE 77 221 5 798 310
8 LES FEMMES DU SQUARE 66 258 2 172 086
9 ARMAGEDDON TIME 60 612 3 309 249
10 NOVEMBRE 58 451 8 2 298 497

Source: CBO Box office

Nos Podcasts