Cannes 2018 / Guy de Alex Lutz : critique

Publié par Cyril Perraudat le 17 mai 2018

Synopsis : Gauthier, un jeune journaliste, apprend par sa mère qu’il serait le fils illégitime de Guy Jamet, un artiste de variété française ayant eu son heure de gloire entre les années 60 et 90. Celui-ci est justement en train de sortir un album de reprises et de faire une tournée. Gauthier décide de le suivre, caméra au poing, dans sa vie quotidienne et ses concerts de province, pour en faire un portrait documentaire.

♥♥♥♥♥

 

Guy - affiche

Guy – affiche

Trois ans après Le Talent de mes amis, Alex Lutz livre son second long métrage, présenté en clôture de La Semaine de la Critique, qui a livré son palmarès couronnant Diamantino de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt du Grand Prix Nespresso. Dans ce faux documentaire, Lutz se met également en scène, grimé en vieux chanteur populaire à la gloire passée, nommé Guy Jamet. Un jeune homme vient tourner un documentaire sur lui, motivé par les mots de sa mère lui ayant assuré qu’il serait son géniteur. L’acteur-réalisateur donne ici de sa personne devant la caméra, incarnant avec justesse cet artiste au crépuscule de sa carrière, corrigeant sa voix pour se donner un ton plus grave, le tout avec un maquillage appliqué qui en fait un personnage crédible à l’écran. L’aspect documentaire, caméra au poing, est soigné et jamais brouillonne. Alex Lutz y insère de nombreux faux clips musicaux de l’époque des yéyés au format 4/3, et son grain qui va avec, pour lui conférer un véritable charme à l’ancienne. Il a fait appel aux compositeurs Vincent Blanchard et Romain Greffe pour composer les chansons fictives qui aident à l’immersion. Celle-ci est d’autant plus renforcée par l’apparition de nombreuses personnalités du showbiz actuel (chanteurs, animateurs TV ou radio) qui donnent profondeur à la vie d’artiste de renom. Ce vieil homme, capable de débiter des répliques bien senties, s’avère touchant. Avec nostalgie et bienveillance, le film évoque à travers lui le destin de ces anciennes gloires. Le récit traite du temps qui passe, des souvenirs, de la vieillesse, de l’aigreur ainsi que de l’infini mélancolie d’une époque révolue. Alex Lutz est de tous les plans mais laisse malgré tout exister Pascale Arbillot dans le rôle de la fille du héros, actrice de série, et Nicole Calfan en attachée de presse aux petits soins.

 

 

 

  • GUY
  • Sortie salles : 29 août 2018
  • Réalisation : Alex Lutz
  • Avec : Alex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot, Brigitte Roüan, Dani, Nicole Calfan, Elodie Bouchez, Stephan Wojtowicz, Sarah Suco, Patrick de Valette
  • Scénario : Alex Lutz, Thibault Segouin, Anaïs Deban
  • Production : Oury Milshtein, Marine Bertrand, Estelle Cotte
  • Photographie : Mathieu Le Bothlan
  • Montage : Alexandre Donot, Alexandre Westphal
  • Décors : Pascal Le Guellec
  • Costumes : Amandine Cros
  • Musique : Vincent Blanchard, Romain Greffe
  • Distribution : Apollo Films
  • Durée : 1h41

 

Commentaires

A la Une

Ad Astra de James Gray sortira finalement en mai 2019 

La date de sortie de Ad Astra, long-métrage de science-fiction réalisé par James Gray, a été repoussée de quatre mois…. Lire la suite >>

Luca Guadagnino travaille sur un film inspiré de Blood on the Tracks de Bob Dylan

Après Call Me By Your Name et le très attendu remake de Suspiria, classique de l’horreur de Dario Argento, le… Lire la suite >>

Un trailer et une featurette pour Un 22 Juillet de Paul Greengrass

Netflix a dévoilé le sombre et prenant trailer et une featurette de Un 22 juillet réalisé par Paul Greengrass, cinéaste… Lire la suite >>

Retour sur le concert John Carpenter à la salle Pleyel

Depuis qu’il a renoncé à tourner au cinéma, John Carpenter fait la tournée des scènes musicales. Son spectacle, son et… Lire la suite >>

Ridley Scott va produire et réaliser Raised by Wolves, une série SF

Le cinéaste britannique Ridley Scott va produire et réaliser une nouvelle série de science-fiction intitulée Raised by Wolves, commandée par… Lire la suite >>

Écoutez nos Podcasts

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ALAD'2 851 973 1 851 973
2 A STAR IS BORN 351 307 1 351 307
3 LA NONNE 199 707 3 1 154 799
4 LA PROPHETIE DE L'HORLOGE 153 602 2 396 847
5 LES FRERES SISTERS 146 572 3 634 131
6 I FEEL GOOD 140 108 2 345 039
7 PREMIERE ANNEE 121 208 4 895 141
8 FRERES ENNEMIS 100 281 1 100 281
9 UN PEUPLE ET SON ROI 86 041 2 219 337
10 NOS BATAILLES 83 239 1 83 239

Source: CBO Box office