Cannes 2018 / Guy de Alex Lutz : critique

Publié par Cyril Perraudat le 17 mai 2018

Synopsis : Gauthier, un jeune journaliste, apprend par sa mère qu’il serait le fils illégitime de Guy Jamet, un artiste de variété française ayant eu son heure de gloire entre les années 60 et 90. Celui-ci est justement en train de sortir un album de reprises et de faire une tournée. Gauthier décide de le suivre, caméra au poing, dans sa vie quotidienne et ses concerts de province, pour en faire un portrait documentaire.

♥♥♥♥♥

 

Guy - affiche

Guy – affiche

Trois ans après Le Talent de mes amis, Alex Lutz livre son second long métrage, présenté en clôture de La Semaine de la Critique, qui a livré son palmarès couronnant Diamantino de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt du Grand Prix Nespresso. Dans ce faux documentaire, Lutz se met également en scène, grimé en vieux chanteur populaire à la gloire passée, nommé Guy Jamet. Un jeune homme vient tourner un documentaire sur lui, motivé par les mots de sa mère lui ayant assuré qu’il serait son géniteur. L’acteur-réalisateur donne ici de sa personne devant la caméra, incarnant avec justesse cet artiste au crépuscule de sa carrière, corrigeant sa voix pour se donner un ton plus grave, le tout avec un maquillage appliqué qui en fait un personnage crédible à l’écran. L’aspect documentaire, caméra au poing, est soigné et jamais brouillonne. Alex Lutz y insère de nombreux faux clips musicaux de l’époque des yéyés au format 4/3, et son grain qui va avec, pour lui conférer un véritable charme à l’ancienne. Il a fait appel aux compositeurs Vincent Blanchard et Romain Greffe pour composer les chansons fictives qui aident à l’immersion. Celle-ci est d’autant plus renforcée par l’apparition de nombreuses personnalités du showbiz actuel (chanteurs, animateurs TV ou radio) qui donnent profondeur à la vie d’artiste de renom. Ce vieil homme, capable de débiter des répliques bien senties, s’avère touchant. Avec nostalgie et bienveillance, le film évoque à travers lui le destin de ces anciennes gloires. Le récit traite du temps qui passe, des souvenirs, de la vieillesse, de l’aigreur ainsi que de l’infini mélancolie d’une époque révolue. Alex Lutz est de tous les plans mais laisse malgré tout exister Pascale Arbillot dans le rôle de la fille du héros, actrice de série, et Nicole Calfan en attachée de presse aux petits soins.

 

 

 

  • GUY
  • Sortie salles : 29 août 2018
  • Réalisation : Alex Lutz
  • Avec : Alex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot, Brigitte Roüan, Dani, Nicole Calfan, Elodie Bouchez, Stephan Wojtowicz, Sarah Suco, Patrick de Valette
  • Scénario : Alex Lutz, Thibault Segouin, Anaïs Deban
  • Production : Oury Milshtein, Marine Bertrand, Estelle Cotte
  • Photographie : Mathieu Le Bothlan
  • Montage : Alexandre Donot, Alexandre Westphal
  • Décors : Pascal Le Guellec
  • Costumes : Amandine Cros
  • Musique : Vincent Blanchard, Romain Greffe
  • Distribution : Apollo Films
  • Durée : 1h41

 

Commentaires

A la Une

Top 10 des stars aux multiples rôles

De plus en plus de productions donnent l’opportunité aux stars de pouvoir incarner des multiples rôles dans un même film…. Lire la suite >>

Musique / Concert John Williams à Chicago : une absolue perfection

La dernière fois que John Williams avait dirigé le Chicago Symphony Orchestra était en 2012, pour l’enregistrement de la musique… Lire la suite >>

Cannes 2018 : Palme d’or pour Une affaire de Famille de Hirokazu Kore-Eda (palmarès complet)

La présidente Cate Blanchett, accompagnée de son jury, a décerné la palme d’or à l’excellent Une affaire de Famille de… Lire la suite >>

Cannes 2018 / Sprint final (jour 11, photos)

Deux films en Compétition avant la diffusion du Palmarès samedi soir. Les pronostics de la presse française et internationale et… Lire la suite >>

Cannes 2018 / L’enfance maltraitée et les réfugiés (jour 10, photos)

Entrée en lice du quatrième et dernier film français de la Compétition, Un Couteau dans le cœur de Yann Gonzalez… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVENGERS : INFINITY WAR 767 431 3 4 384 210
2 EVERYBODY KNOWS 391 207 1 391 207
3 RAMPAGE - HORS DE CONTROLE 255 384 2 600 178
4 TAXI 5 251 720 5 3 436 623
5 MONSIEUR JE-SAIS-TOUT 186 907 1 186 907
6 ACTION OU VERITE 177 182 2 405 407
7 DEATH WISH 145 073 1 145 073
8 ABDEL ET LA COMTESSE 109 355 1 109 355
9 LARGUEES 104 657 4 707 924
10 PIERRE LAPIN 102 360 6 1 657 915

Source: CBO Box office