Livre / Duchamp et le cinéma : critique

Publié par Jacques Demange le 12 septembre 2018

Résumé : Une étude de l’œuvre cinématographique de Marcel Duchamp et de son héritage. A la fois acteur et cinéaste, il crée notamment le personnage de Rrose Sélavy qu’il incarne lui-même. Voyageant à travers la France et les États-Unis, il rencontre Francis Picabia, Man Ray, Hans Richter ou encore Henri-Pierre Roché

♥♥♥♥♥

 

Duchamp et le cinema

Duchamp et le cinéma

Si les études générales consacrées aux rapports entre peinture et cinéma ont depuis longtemps fait florès, plus rares sont les essais se focalisant sur la relation entre l’œuvre d’un peintre en particulier et les images du Septième art. L’ouvrage de Sébastien Rongier, écrivain et essayiste, s’inscrit donc dans un champ d’études relativement neuf et contribue à prouver tout l’intérêt de celui-ci. À partir de nombreuses références, l’écrit se focalise sur les différentes facettes cinématographiques incarnées par la figure de Duchamp. De l’influence exercée par les images en mouvement sur certaines de ses œuvres (les deux versions de Nu descendant un escalier, marquées par les expériences chronophotographies) à son unique réalisation (l’expérimental Anémic Cinéma réalisé en 1926) en passant par ses collaborations directes ou plus lointaines avec différents réalisateurs (le cinéma underground américain de Maya Deren et Andy Warhol, ou sa participation au tournage du célèbre Entr’acte de René Clair et Francis Picabia), Rongier profite de l’imaginaire déployé par l’art de Duchamp pour proposer une exploration tout à la fois libre et exigeante de son objet d’étude. On retiendra ainsi l’analyse de ce rapport entre le peintre et Truffaut à travers le développement d’un brillant syllogisme permis par la figure du romancier Henri-Pierre Roché (l’auteur de Jules et Jim, qui entretint une relation amicale avec Duchamp). Ce jeu d’échos, tout à la fois formel et dramaturgique, souligne la valeur d’une réflexion dont la pluridisciplinarité essentielle n’enlève rien à la cohérence du fond.  À cette réussite théorique et analytique s’ajoutent la présence d’une bibliographie bien fournie, ainsi qu’une filmographie récapitulative, deux annexes bienvenues mais qui n’empêchent de regretter l’absence de toute illustration qui aurait permis d’appuyer encore les rapports plastiques envisagés par l’auteur. Reste qu’au regard de la réussite de l’ensemble, on ne peut que féliciter cette entreprise qui, espérons-le, saura engager d’autres recherches du même genre.

 

 

 

  • DUCHAMP ET LE CINÉMA
  • Auteur : Sébastien Rongier
  • Éditions : Les Nouvelles Éditions Place
  • Collection : Le cinéma des poètes 
  • Date de parution : 23 août 2018
  • Format : 120 pages
  • Tarif : 10 €

Commentaires

A la Une

Un nouveau trailer intense pour Glass de M. Night Shyamalan

Universal a récemment dévoilé un nouveau trailer pour le très attendu Glass, le prochain film de M. Night Shyamalan qui… Lire la suite >>

Un second trailer teinté de nostalgie pour Dumbo réalisé par Tim Burton

Les studios Disney ont dévoilé le second trailer ainsi que l’affiche du très attendu live-action de Dumbo, célèbre chef-d’oeuvre animé… Lire la suite >>

Un retour à la SF pour Robert Zemeckis avec Bios et Project Blue Book

Robert Zemeckis a récemment évoqué deux projets en cours : Bios, son nouveau long-métrage dans lequel il revisitera les années… Lire la suite >>

Une nouvelle bande annonce pour Alita Battle Angel

La Fox a mis en ligne une nouvelle bande annonce de Alita Battle Angel, le prochain film de Robert Rodriguez,… Lire la suite >>

Une affiche et une date de sortie pour le reboot de Chucky

Comme Halloween, Ça et la plupart des films d’horreurs à succès de la fin du 20e siècle, Chucky aura donc droit… Lire la suite >>

Écoutez nos Podcasts

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOHEMIAN RHAPSODY 722 802 2 1 800 463
2 LE GRAND BAIN 602 180 3 3 175 810
3 UN HOMME PRESSE 293 291 1 293 291
4 LE JEU 186 664 4 1 327 305
5 EN LIBERTE ! 175 592 2 503 787
6 A STAR IS BORN 146 537 6 1 540 805
7 YETI ET COMPAGNIE 123 351 4 1 629 997
8 UN AMOUR IMPOSSIBLE 95 480 1 95 480
9 VENOM 95 130 5 2 220 943
10 HALLOWEEN 87 193 3 791 092

Source: CBO Box office