Mate-me por favor de Anita Rocha da Silveira: critique

Publié par Erwin Haye le 9 mars 2017

Synopsis : Une vague de crimes frappe Barra da Tijuca, un quartier de la classe moyenne de Rio de Janeiro. Bia, 15 ans, habite avec son frère João à coté d’un terrain vague sur lequel on découvre des corps lacérés et démembrés de filles adolescentes. Tandis que Bia trouve l’amour, et un cadavre, João cherche une fille qui a disparu. Pour continuer à vivre, ils doivent apprendre à accepter la mort, physique pour elle, virtuelle pour lui.

♥♥♥♥♥

 

Mate-me por favor de Anita Rocha da Silveira - affiche

Mate-me por favor de Anita Rocha da Silveira – affiche

Un nouveau souffle d’air chaud provenant d’Amérique du Sud vient frapper les écrans français en ce début de printemps 2017. En compétition dans la sélection « Orizzonti » du 72e Festival de la Mostra de Venise en 2015, Mate-me por favor a pris son temps pour se frayer un chemin dans les salles obscures hexagonales. La réalisatrice brésilienne Anita Rocha da Silveira livre le premier long métrage de sa carrière. Du soap opera au giallo italien, les chocs esthétiques s’affrontent, se succèdent et embarquent le spectateur dans une véritable expérience en terrain inconnu. C’est justement aux abords d’un terrain vague que Bia, adolescente à la fleur de l’âge, découvre que de jeunes femmes se font agresser sexuellement puis violemment trucidées. Potentielle victime d’un supposé meurtrier qui rôde dans son quartier, Bia se montre autant fascinée qu’horrifiée par le côté macabre que revêt son quotidien. Cette dernière vit avec son frère João, qui passe ses journées à épier sur les réseaux sociaux les moindres faits et gestes d’une fille qui ignore ses messages et ses appels. Pour sa mise en scène, la réalisatrice n’hésite pas à mélanger les genres et les tons. Un pari audacieux qui finit par payer. Mate-me por favor est un creuset où se rencontrent avec une certaine impudence les genres du fantastique, du teen movie et du thriller, le tout entrecoupé d’apartés musicales, humoristiques ou contemplatives. À l’image d’un final quasi zombiesque à la lisière de l’irréel, le film est ponctué de scènes fulgurantes. On retient notamment celle de la messe, où une pasteure évangéliste vêtue comme une participante de télé-crochet prêche la bonne parole sur de la musique dance ou encore celle où les adolescents jouent à une version moderne du jeu du loup-garou, variante ressemblant étrangement aux événements qu’ils sont en train de vivre dans leur quartier.

.

Mate-me por favor

Mate-me por favor

.

Avec ses cinquante nuances de violet, la belle photographie de João Atala vient parachever une réalisation impertinente qui se revendique pleinement comme une actualisation du giallo. Si à la vue de ce film, quantité de noms de réalisateurs et d’étiquettes de genre se bousculent dans nos têtes pour qualifier l’ambiance du film d’Anita Rocha da Silveira, la réalisatrice arrive malgré tout à surmonter l’écueil des références cinématographiques et parvient pour sa première réalisation à imposer son propre style. La cinéaste dépeint un univers à la fois trash et édulcoré que la jeune femme a su façonner au cours de ses trois précédents courts métrages (O vampiro do meio-dia, Handebol, Os Mortos-Vivos) traitant de thématiques similaires. Edulcoré, cette première œuvre n’en est pas moins relevée d’une touche acidulée via la frontalité de son propos. Au-delà des tribulations estudiantines de Bia et de ses amies, Mate-me por favor parle d’une jeunesse brésilienne livrée à elle-même, sexuellement libérée et quelque peu désensibilisée des horreurs qui l’entoure. Les adultes, garants de l’autorité et de la sécurité de leurs enfants, sont absents et la morale pieuse de la religion, pilier majeur de la société brésilienne, est fortement contestée par les jeunes adolescentes.

.

Mate-me por favor

Mate-me por favor

.

Deux interprétations partagent alors la lecture du film. L’une plutôt rétrograde, montrant une jeunesse dévergondée qui se coupe des valeurs traditionnelles, punie pour ses actes et ses pêchés de chair. L’autre plus progressiste qui dépeint une jeunesse qui tente de s’émanciper des valeurs morales désuètes en brisant les tabous autour d’une sexualité exacerbée. Si la vision de la réalisatrice penche radicalement en faveur de la seconde option, Mate-me por favor donne parfois l’impression d’exprimer une chose et son contraire, ouvrant de nombreuses pistes d’interprétations sans totalement les exploiter. Malgré ces quelques errances et ces ambigüités, cette co-production brésilo-argentine reste une jolie proposition de cinéma, originale, expérimentale et follement passionnée. La mise en scène généreuse et débridée d’Anita Rocha da Silveira laisse beaucoup de place à l’imagination. La jeune réalisatrice brésilienne impose d’emblée sa signature dans cette première œuvre. Mate-me por favor fait partie de cette catégorie de films qui nous laisse peu indifférent, ce qui est souvent de bon augure pour la suite d’une carrière.

.

.

>> Entretien avec Anita Rocha da Silveira, réalisatrice du film <<

.

.

.

  • MATE-ME POR FAVOR écrit et réalisé par Anita Rocha da Silveira en salles le 15 mars 2017.
  • Avec : Valentina Herszage, Dora Freind, Mariana Oliveira, Júlia Roliz, Bernardo Marinho, Rita Pauls…
  • Production : Vânia Catani
  • Photographie : João Atala
  • Montage : Delfina Castagnino, Marilia Moraes
  • Décors : Dina Salem Levy
  • Costumes : Ana Carolina Lopes
  • Musique : Bernardo Uzeda
  • Distribution : Wayna Pitch
  • Durée : 1h44

.

Commentaires

A la Une

Cannes 2017/ les pronostics pour le palmarès de la 70e édition

Le 70e Festival de Cannes touche à sa fin. Avant de connaître les choix du Jury présidé par Pedro Almodovar,… Lire la suite >>

Cannes 2017/ Quatre femmes à l’affiche (Jours 9 et 10 – photos)

Diane Kruger, Marine Vacth, Emmanuelle Seigner et Eva Green sont les vedettes des trois derniers films de la Sélection officielle… Lire la suite >>

Cannes 2017/ Des bas-fonds de New-York à Il était une fois dans l’Est de l’Europe (Jour 8, photos)

Avec deux fictions pas très éloignées des réalités, la Compétition officielle de Cannes invite, en secousses, à un voyage d’Ouest… Lire la suite >>

Cannes 2017/ Interview Philippe Sarde pour Rodin

L’album de Rodin, dans les bacs depuis le 19 mai, est construit comme une suite musicale qui raconte l’histoire intérieure… Lire la suite >>

Joseph Kosinski pourrait réaliser Top Gun 2

« Take your breath away » car Maverick revient dans Top Gun 2 avec potentiellement aux commandes Joseph Kosinski. Cette suite devrait… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ALIEN : COVENANT 675 785 1 675 785
2 LES GARDIENS DE LA GALAXIE 2 333 945 3 2 553 225
3 GET OUT 239 606 2 804 226
4 FAST & FURIOUS 8 124 233 5 3 698 165
5 PROBLEMOS 96 600 1 96 600
6 BRAQUAGE A L'ANCIENNE 84 040 2 295 211
7 BABY BOSS 74 074 7 3 605 867
8 DJANGO 67 058 3 374 537
9 AURORE 64 954 3 330 921
10 LES SCHTROUMPFS ET LE VILLAGE PERDU 54 468 6 1 651 718

Source: CBO Box office