Ressortie / La Ballade de Narayama de Shohei Imamura : critique

Publié par Erica Farges le 9 juillet 2018

Synopsis : Orin, une vieille femme des montagnes du Shinshu, atteint l’âge fatidique de soixante-dix ans. Comme le veut la coutume, elle doit se rendre sur le sommet de Narayama pour être emportée par la mort. La sagesse de la vieille femme aura d’ici-là l’occasion de se manifester.

♥♥♥♥♥

 

La Ballade de Narayama - affiche

La Ballade de Narayama – affiche

Chef-d’œuvre de Shohei Inamura, La Ballade de Narayama, adapté de la nouvelle écrite par Shichiro Fukazawa, remporte la Palme d’or au Festival de Cannes en 1983. L’action se déroule au XIXème siècle dans un village japonais où les habitants ayant atteint l’âge de soixante-dix ans doivent se rendre à Narayama, la montagne aux chênes, pour que leurs âmes puissent rejoindre le kami (dieu) de ce lieu. Le récit s’inspire de la pratique de l’ubasute, coutume légendaire selon laquelle le fils aîné doit abandonner ses parents au sommet de la montagne lorsqu’ils atteignent un certain âge afin que leurs esprits reposent dans un endroit sacré. Avant l’adaptation des années 1980, la nouvelle de Fukazawa avait déjà donné lieu à deux autres œuvres cinématographiques : un long-métrage de Keisuke Kinoshita en 1958 et une version coréenne, Goryeojang, de Kim Ki-young en 1963. Tout au long de sa carrière, Imamura se distingue des autres cinéastes nippons par le réalisme provocateur que contiennent ses œuvres. Dans La Ballade de Narayama, l’empreinte particulière du réalisateur se retrouve surtout dans la représentation du quotidien des villageois sous son aspect le plus rudimentaire. Dès la première séquence, les individus peuplant les lieux sont dépassés par l’immensité des montagnes enneigées qui enclavent leur village. Tourné majoritairement en extérieur, l’œil de la caméra capture l’essence de cet environnement dans toutes ses dimensions. À l’écran, s’alternent la grandeur infinie du paysage montagneux et les nombreux gros plans sur les minuscules détails. Un lyrisme se dégage des images qui créent une symbiose en soulignant les similitudes entre les villageois et la nature sauvage alentour.

 

La Ballade de Narayama

La Ballade de Narayama

 

La rudesse diurnal, avec la nécessité de mettre en place des moyens de survie qu’elle implique, dessine un autre rapport aux structures sociales pour les êtres humains. Au lieu de mythifier ou sublimer, la légende de Narayama fait écho au côté bestial et primitif des villageois. L’être humain est ramené à son statut d’animal, à l’image du Tatsuhei (Ken Ogata) chevalin qui transporte sa mère, Orin (Sumiko Sakamoto), sur son dos lors du périple de Narayama, ainsi que des scènes montrant la zoophilie du fils cadet, Risuke (Tonpei Hidari). Les rites apparaissent comme une manifestation de l’instinct de survie, ils sacralisent le parricide pour que la communauté puisse se livrer de ses anciens afin d’assurer des ressources suffisantes aux membres plus jeunes dont la vitalité permet de participer au fonctionnement du village.

 

Ce rituel ancestral, basé sur le cycle de la vie, trouve ses racines dans un principe d’équilibre et de préservation, pour permettre de nouvelles naissances il est nécessaire de sacrifier les personnes âgées et les infirmes. La coutume ayant pour fonction de réguler la population de ce village pauvre s’oppose à la volonté, caractéristique des sociétés modernes et prospères, de prolonger au maximum la vie. Pour les personnages dépeints par Imamura, la croyance n’est pas une quête d’élévation spirituelle, il s’agit d’un besoin vital.

 

La Ballade de Narayama soumet un point de vue totalement étranger aux sociétés industrialisées afin de reconsidérer notre relation au monde et, plus particulièrement, à la vie. Œuvre au poétisme singulier, elle interroge subtilement la relation primaire de l’être humain à son environnement par des procédés qui restent encore aujourd’hui atypiques au cinéma.

 

Erica Farges

 

 

 

  • LA BALLADE DE NARAYAMA (Narayama Bushikou)
  • Version restaurée en 4K
  • Ressortie salles : 11 juillet 2018
  • Réalisation : Shohei Imamura
  • Avec : Ken Ogata, Sumiko Sakamoto, Tonpei Idari, Aki Takejo, Shoichi Ozawa, Fujio Tokita, Sansho Shinsui, Seiji Kurasaki, Junko Takada, Mitsuko Baisho, Taiji Tonoyama, Ben Hiura, Casey Takamine, Nenji Kobayashi, Nijiko Kiyokawa, Norihei Miki, Ryutaro Tatsumi
  • Scénario : Shohei Imamura
  • Production : Goro Kusakabe et Jiro Tomoda
  • Photographie : Masao Tochizawa
  • Montage: Hajime Okayasu
  • Décors: Nobutaka Yoshino
  • Costumes: Kyoto Isho
  • Musique : Shinichiro Ikebe
  • Distribution : La Rabbia / Les Bookmakers
  • Durée : 2h13
  • Sortie initiale : 29 avril 1983 (Japon)-28 septembre 1983 (France)

 

Commentaires

A la Une

Un remake de The Guilty avec Jake Gyllenhaal en préparation

Via sa boite de production Nine Stories, Jake Gyllenhaal a racheté les droits du film danois The Guilty pour en… Lire la suite >>

Onward : Pixar révèle le titre et le casting de son prochain film

Alors que la sortie de Toy Story 4 est attendue pour cet été, les studios Pixar viennent de révéler le… Lire la suite >>

The Trial of the Chicago 7 : le prochain projet d’Aaron Sorkin mis en stand-by

Alors que la production devait débuter en février 2019, The Trial of the Chicago 7, le prochain film d’Aaron Sorkin,… Lire la suite >>

La vie d’Audrey Hepburn adaptée en série télévisée

Icône du cinéma hollywoodien d’après-guerre, Audrey Hepburn va enfin voir sa vie transposée à l’écran, vingt-cinq ans après sa disparition…. Lire la suite >>

Jodie Foster aux commandes d’un remake du film islandais Woman at War

Actrice et réalisatrice, Jodie Foster va enfiler la double casquette pour la troisième fois en développant le remake de Woman… Lire la suite >>

Écoutez nos Podcasts

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ASTERIX - LE SECRET DE LA POTION MAGIQUE 928 153 1 928 153
2 LE GRINCH 383 332 2 964 446
3 LES ANIMAUX FANTASTIQUES - LES CRIMES DE GRINDELWALD 300 740 4 3 371 611
4 PUPILLE 263 524 1 263 524
5 BOHEMIAN RHAPSODY 213 460 6 3 274 372
6 SAUVER OU PERIR 210 053 2 548 982
7 CASSE-NOISETTE ET LES QUATRE ROYAUMES 163 793 2 418 732
8 LES VEUVES 119 874 2 330 130
9 ROBIN DES BOIS 106 966 2 304 326
10 LE GRAND BAIN 88 195 7 4 078 944

Source: CBO Box office