Dernier amour de Benoît Jacquot : critique 

Publié par Sévan Lesaffre le 20 mars 2019

Synopsis : Au XVIIIe siècle, Casanova, connu pour son goût du plaisir et du jeu, arrive à Londres après avoir dû s’exiler. Dans cette ville dont il ignore tout, il rencontre à plusieurs reprises une jeune courtisane, la Charpillon, qui l’attire au point d’en oublier les autres femmes. Casanova est prêt à tout pour arriver à ses fins mais La Charpillon se dérobe toujours sous les prétextes les plus divers. Elle lui lance un défi, elle veut qu’il l’aime autant qu’il la désire.

 

♥♥♥♥♥

 

Dernier Amour - affiche

Dernier Amour – affiche

Après Eva, thriller hitchcockien en demi-teinte, Benoît Jacquot (Les Adieux à la Reine, Trois cœursJournal d’une Femme de Chambre) signe un drame historique et sentimental sobrement intitulé Dernier amour, dans lequel il se confronte à l’inépuisable figure du séducteur Giacomo Casanova. Ce dernier a connu nombre de vies cinématographiques sous les traits de Vittorio Gassman, Vincent Price, Donald Sutherland, Marcello Mastroianni, Tony Curtis, Alain Delon ou encore Heath Ledger. Ici incarné par Vincent Lindon – qui collabore pour la cinquième fois avec le cinéaste après Le Septième CielPas de scandaleL’École de la chair et Journal d’une femme de chambre –, le vieux séducteur contraint à l’exil débarque à Londres où il s’éprend d’une jeune prostituée, Marianne de Charpillon (la radieuse Stacy Martin), qui se refuse à lui. Le charme envoûtant et l’innocence insolente de la courtisane lui font soudain oublier toutes les autres femmes. Coécrit par la scénariste Chantal Thomas, spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, le long-métrage s’intéresse à l’unique et dernier grand amour du Don Juan vénitien et se penche sur le défi de La Charpillon lancé à Casanova (« Vous ne m’aurez que si vous cessez de me désirer »), véritable déclencheur d’une déliquescence amoureuse. Tous les films de Benoît Jacquot traitent des rapports hommes-femmes et font la part belle à la gente féminine. Dernier amour, drame conventionnel construit sur le mode du flashback, met en scène un jeu du chat et de la souris inversé dans lequel l’apparente jeune proie mène la danse face à l’homme mûr, dompté, défait, bousculé dans ses certitudes. Au cours de ce récit crépusculaire, La Charpillon donne une bonne leçon à son prétendant, lui rappelant la primauté de la montée du désir sur la possession immédiate dans toute relation amoureuse.

 

Vincent Lindon et Stacy Martin - Dernier Amour

Vincent Lindon et Stacy Martin – Dernier Amour

 

Dans cette adaptation habitée des mémoires de Casanova, le cinéaste capte l’intime, plonge le spectateur dans une époque libertine photographiée avec superbe par Christophe Beaucarne (RodinGemma BoveryL’Écume des jours), en évitant l’écueil d’une reconstitution académique. Benoît Jacquot ne se complait pas dans l’érotisation du corps, mais se concentre davantage sur la mécanique du cœur et de l’esprit. Ainsi, l’image virile et populaire de Vincent Lindon se heurte à la vulnérabilité de Casanova, gentilhomme puni et pris au piège : la gestuelle du comédien produit à elle seule cet être sensible, tourmenté, sincère et authentique à l’antipode du fanfaron fellinien. Ce pathos est d’ailleurs renforcé par l’extrême composition du cadre, la précision des déplacements des personnages dans le champ et la subtilité des éclairages. L’incandescente et mutine Stacy Martin (NymphomaniacAmanda) est parfaite dans le rôle de la manipulatrice, mystérieuse et insaisissable Madame de Charpillon. Valeria Golino (Les EstivantsLes Opportunistes) compose quant à elle une délicieuse La Cornelys, ancienne maîtresse ruinée de Casanova chantant le Lascia ch’io pianga d’Haendel.

 

Alors que la scène du bal critallise la complicité des deux anciens amants, l’improbable couple Lindon/Martin, aussi pétillant que déchirant, ne se forme véritablement que dans la seconde moitié du long-métrage, grâce à une mise en scène vive et élégante malgré quelques bavardages. Après les films de Fellini et Comencini, Jacquot livre avec finesse un amour-passion romanesque, douloureux, enivrant, mais surtout un jeu de séduction et de désir qui se transforme en passion agitée et consumante. Cette sombre méditation sur la vieillesse laisse entrevoir la fin étouffée d’un siècle. On ne badine pas avec l’amour.

 

 

 

  • DERNIER AMOUR
  • Sortie : 20 mars 2019
  • Réalisation : Benoît Jacquot
  • Avec : Vincent Lindon, Stacy Martin, Valeria Golino, Julia Roy, Nancy Tate, Anna Cottis, Hayley Carmichael, Christian Erickson, Nathan Willcocks, Antonythasan Jesusthasan.
  • Scénario : Chantal Thomas, Jérôme Beaujour, Benoît Jacquot, d’après Histoire de ma vie de Giacomo Casanova
  • Production : Kristina Larsen, Jean-Pierre Guérin
  • Photographie : Christophe Beaucarne
  • Montage : Julia Grégory
  • Décors : Katia Wyszkop
  • Costumes : Pascaline Chavanne
  • Musique : Bruno Coulais
  • Distribution : Diaphana Distribution
  • Durée : 1h38

 

Commentaires

A la Une

David Fincher prépare un prequel à Chinatown pour Netflix

Le réalisateur David Fincher, à l’origine des shows Mindhunter et House of Cards, s’associe au légendaire scénariste Robert Towne pour le… Lire la suite >>

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts