Livre/ Sam Peckinpah: critique

Publié par Jacques Demange le 31 août 2015

Résumé : Il n’a jamais gagné d’Oscar et n’a pas toujours obtenu les faveurs du public. Sa filmographie est courte et inégale. Pourtant, nombre de cinéphiles et de grands cinéastes actuels – comme Tarantino ou Scorsese – se réclament de Sam Peckinpah. Il manquait un ouvrage capable de traverser toute son oeuvre.

 

♥♥♥♥

 

Sam Peckinpah - Capricci

Sam Peckinpah – Capricci

Signalons d’abord que Sam Peckinpah répond vraiment à un manque : la publication en langue française d’un ouvrage capable d’éclairer les différentes facettes d’un réalisateur majeur du cinéma américain. En cela, le choix de la forme collective se révèle judicieux, permettant d’embrasser l’ensemble de la carrière de Peckinpah selon des perspectives différentes mais convergentes. Ce livre profite aussi de la rétrospective dédiée au cinéaste organisée par le Festival de Locarno cette année, en association avec les Cinémathèques Suisse et Française. Aux trois études générales, réparties selon un ordre chronologique (les premiers films, les classiques, les derniers films), s’ajoutent ainsi différents entretiens (de Peckinpah himself, de Gordon T. Dawson, bras droit du réalisateur de 1965 à 1974, et du musicien-acteur Kris Kristofferson). Des résumés de tournage, des documents inédits (voir la très belle critique d’Un nommé Cable Hogue signée Samuel Fuller), de nombreuses illustrations en noir et blanc et couleurs ainsi que deux autres études, offrent des compléments idéaux à cette précieuse monographie. Formé à la télévision, Peckinpah est aujourd’hui considéré comme le spécialiste de la violence au cinéma. À la fois figurée (thèmes et schémas narratifs) et figurale (le ralenti et le montage, principaux instruments de son style visuel), cette dernière travaille le fond et la forme de ses films, et devient un motif central de sa mise en scène à partir de La Horde Sauvage (1968). Bien que stylisée, la représentation de la violence prend ici une valeur critique, évitant l’écueil de la gratuité ou les facilités du solipsisme.

 

Sam Peckinpah

Sam Peckinpah

 

Si les entretiens et documents de tournage fourmillent d’anecdotes sympathiques permettant d’entrevoir la complexité du personnage Peckinpah, ce sont bien les études menées par Chris Fujiwara, Emmanuel Burdeau, Carlo Chatrian, Christophe Huber et Jean-François Rauger qui font le prix de cet ouvrage pluriel. Thématique, esthétique ou contextuelle (voir les trois dans le cas de l’excellent essai d’Emmanuel Burdeau), les analyses retrouvent ce « monde des spectres » décrit par Fernando Ganzo, maître d’oeuvre du collectif, dans sa très belle introduction. Chez Peckinpah, corps et rythmes déconstruisent les mythes tout en reconduisant certains gestes hérités du classicisme. Un paradoxe que relativisent ces cinq études, productrices d’un discours permettant le passage du singulier (une image, une séquence) au général (un corpus de films, une interrogation sur le classique et le moderne). Après Alfred Hitchcock (L’oeil domestique. Alfred Hitchcock et la télévision, publié en 2014 chez Rouge Profond), Jean-François Rauger poursuit, quant à lui, son analyse des rapports entre cinéma et télévision, une étude conclusive dont le double mérite est d’éclairer à la fois les fonctionnements du médium télévisuel de l’époque, et un pan de la carrière de Peckinpah encore trop peu connu du public contemporain. Si la filmographie détaillée est bienvenue, indexes et bibliographie manquent cependant à l’appel.

 

 

  • SAM PECKINPAH par le collectif Chris Fujiwara, Emmanuel Burdeau, Carlo Chatrian, Christophe Huber et Jean-François Rauger sous la direction de Fernando Ganzo, disponible en librairie le 4 septembre 2015 aux Editions Capricci, Hors Collection.
  • 196 pages
  • 23 €

Commentaires

A la Une

La série des frères Coen pour Netflix tournée en numérique

Joel et Ethan Coen tournent en numérique pour leur première série, The Ballad of Buster Scruggs, produite par Netflix.  … Lire la suite >>

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender dans Kung Fury 2

Arnold Schwarzenegger rejoint Michael Fassbender et David Hasselhoff dans Kung Fury 2, toujours réalisé par David Sandberg.      … Lire la suite >>

Box office France : Cinquante nuances plus claires et Les Tuche 3 au coude à coude

Au top hebdo du 7 au 13 février, Cinquante nuances plus claires déloge de peu Les Tuche 3 tandis que… Lire la suite >>

Le monde de la musique en deuil avec la disparition de Johann Johannsson à 48 ans

Johann Johannsson, le compositeur de Premier Contact, récompensé pour Une Merveilleuse Histoire Du Temps, est décédé ce vendredi 9 février… Lire la suite >>

Alex Garland développe une série télévisée pour FX

Alex Garland, le réalisateur de Ex-Machina, planche sur une série télévisée en huit parties pour FX, alors que Annihilation est… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CINQUANTE NUANCES PLUS CLAIRES 1 257 650 1 1 257 650
2 LES TUCHE 3, LIBERTE, EGALITE, FRATERNITUCHE 1 254 001 2 3 455 008
3 LE LABYRINTHE : LE REMEDE MORTEL 751 040 1 751 040
4 LE 15H17 POUR PARIS 204 845 1 204 845
5 PENTAGON PAPERS 198 541 3 978 336
6 CRO MAN 191 950 1 191 950
7 JUSQU'A LA GARDE 122 946 1 122 946
8 WONDER WHEEL 102 050 2 253 371
9 LE VOYAGE DE RICKY 92 127 1 92 127
10 THE GREATEST SHOWMAN 91 857 3 479 607

Source: CBO Box office