Livre/ Sam Peckinpah: critique

Publié par Jacques Demange le 31 août 2015

Résumé : Il n’a jamais gagné d’Oscar et n’a pas toujours obtenu les faveurs du public. Sa filmographie est courte et inégale. Pourtant, nombre de cinéphiles et de grands cinéastes actuels – comme Tarantino ou Scorsese – se réclament de Sam Peckinpah. Il manquait un ouvrage capable de traverser toute son oeuvre.

 

♥♥♥♥

 

Sam Peckinpah - Capricci

Sam Peckinpah – Capricci

Signalons d’abord que Sam Peckinpah répond vraiment à un manque : la publication en langue française d’un ouvrage capable d’éclairer les différentes facettes d’un réalisateur majeur du cinéma américain. En cela, le choix de la forme collective se révèle judicieux, permettant d’embrasser l’ensemble de la carrière de Peckinpah selon des perspectives différentes mais convergentes. Ce livre profite aussi de la rétrospective dédiée au cinéaste organisée par le Festival de Locarno cette année, en association avec les Cinémathèques Suisse et Française. Aux trois études générales, réparties selon un ordre chronologique (les premiers films, les classiques, les derniers films), s’ajoutent ainsi différents entretiens (de Peckinpah himself, de Gordon T. Dawson, bras droit du réalisateur de 1965 à 1974, et du musicien-acteur Kris Kristofferson). Des résumés de tournage, des documents inédits (voir la très belle critique d’Un nommé Cable Hogue signée Samuel Fuller), de nombreuses illustrations en noir et blanc et couleurs ainsi que deux autres études, offrent des compléments idéaux à cette précieuse monographie. Formé à la télévision, Peckinpah est aujourd’hui considéré comme le spécialiste de la violence au cinéma. À la fois figurée (thèmes et schémas narratifs) et figurale (le ralenti et le montage, principaux instruments de son style visuel), cette dernière travaille le fond et la forme de ses films, et devient un motif central de sa mise en scène à partir de La Horde Sauvage (1968). Bien que stylisée, la représentation de la violence prend ici une valeur critique, évitant l’écueil de la gratuité ou les facilités du solipsisme.

 

Sam Peckinpah

Sam Peckinpah

 

Si les entretiens et documents de tournage fourmillent d’anecdotes sympathiques permettant d’entrevoir la complexité du personnage Peckinpah, ce sont bien les études menées par Chris Fujiwara, Emmanuel Burdeau, Carlo Chatrian, Christophe Huber et Jean-François Rauger qui font le prix de cet ouvrage pluriel. Thématique, esthétique ou contextuelle (voir les trois dans le cas de l’excellent essai d’Emmanuel Burdeau), les analyses retrouvent ce « monde des spectres » décrit par Fernando Ganzo, maître d’oeuvre du collectif, dans sa très belle introduction. Chez Peckinpah, corps et rythmes déconstruisent les mythes tout en reconduisant certains gestes hérités du classicisme. Un paradoxe que relativisent ces cinq études, productrices d’un discours permettant le passage du singulier (une image, une séquence) au général (un corpus de films, une interrogation sur le classique et le moderne). Après Alfred Hitchcock (L’oeil domestique. Alfred Hitchcock et la télévision, publié en 2014 chez Rouge Profond), Jean-François Rauger poursuit, quant à lui, son analyse des rapports entre cinéma et télévision, une étude conclusive dont le double mérite est d’éclairer à la fois les fonctionnements du médium télévisuel de l’époque, et un pan de la carrière de Peckinpah encore trop peu connu du public contemporain. Si la filmographie détaillée est bienvenue, indexes et bibliographie manquent cependant à l’appel.

 

 

  • SAM PECKINPAH par le collectif Chris Fujiwara, Emmanuel Burdeau, Carlo Chatrian, Christophe Huber et Jean-François Rauger sous la direction de Fernando Ganzo, disponible en librairie le 4 septembre 2015 aux Editions Capricci, Hors Collection.
  • 196 pages
  • 23 €

Commentaires

A la Une

Musique / Concert John Williams à Chicago : une absolue perfection

La dernière fois que John Williams avait dirigé le Chicago Symphony Orchestra était en 2012, pour l’enregistrement de la musique… Lire la suite >>

Cannes 2018 : Palme d’or pour Une affaire de Famille de Hirokazu Kore-Eda (palmarès complet)

La présidente Cate Blanchett, accompagnée de son jury, a décerné la palme d’or à l’excellent Une affaire de Famille de… Lire la suite >>

Cannes 2018 / Sprint final (jour 11, photos)

Deux films en Compétition avant la diffusion du Palmarès samedi soir. Les pronostics de la presse française et internationale et… Lire la suite >>

Cannes 2018 / L’enfance maltraitée et les réfugiés (jour 10, photos)

Entrée en lice du quatrième et dernier film français de la Compétition, Un Couteau dans le cœur de Yann Gonzalez… Lire la suite >>

Cannes 2018 / Deux habitués en Compétition (jour 9, photos)

Whitney, John, Daniel, Romain en séances de minuit ou spéciale, et les autres en compétition.       Avant la… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVENGERS : INFINITY WAR 767 431 3 4 384 210
2 EVERYBODY KNOWS 391 207 1 391 207
3 RAMPAGE - HORS DE CONTROLE 255 384 2 600 178
4 TAXI 5 251 720 5 3 436 623
5 MONSIEUR JE-SAIS-TOUT 186 907 1 186 907
6 ACTION OU VERITE 177 182 2 405 407
7 DEATH WISH 145 073 1 145 073
8 ABDEL ET LA COMTESSE 109 355 1 109 355
9 LARGUEES 104 657 4 707 924
10 PIERRE LAPIN 102 360 6 1 657 915

Source: CBO Box office