Minisérie / The Eddy : critique

Publié par Erica Farges le 12 mai 2020

Synopsis : Autrefois célèbre pianiste de jazz new-yorkais, Elliot Udo est désormais le patron de The Eddy, club ayant connu des jours meilleurs. Il y dirige un orchestre où se produit la chanteuse Maja qui est aussi sa petite amie occasionnelle. Tandis qu’Elliott découvre que son associé Farid est sans doute impliqué dans une affaire douteuse, d’autres secrets éclatent au grand jour qu’Amira, la propre épouse de Farid, ignorait. Et quand la fille d’Elliot, Julie, adolescente perturbée, débarque soudain à Paris pour vivre avec son père, l’univers personnel et professionnel de celui-ci s’effondre peu à peu. Car il doit affronter les fantômes du passé tout en se démenant pour sauver le club et protéger ceux qui lui sont chers.

♥♥♥♥♥

 

The Eddy - affiche

The Eddy – affiche

Annoncée comme la série sur le jazz réalisée par Damien Chazelle, The Eddy était l’une des sorties les plus attendue de 2020. C’est suite à la salve de récompenses décernées à La La Land que le réalisateur de Whiplash reçoit une proposition de Glen Ballard pour un projet assez original. Le producteur-compositeur, qui travaille avec des grandes pointures de la musique et compose régulièrement des bandes originales, lui soumet l’idée d’une série musicale autour de l’environnement multiculturel d’un club de jazz parisien. Après le détour dans l’espace de First Man, le cinéaste franco-américain revient donc à l’univers de la musique avec une histoire parisienne et jazzy qui progresse aux rythmes des compositions de Glen Ballard et de Randy Kerber (Spider-Man 3). Si c’est surtout le nom du plus jeune réalisateur à avoir remporté un Oscar et un Golden Globe qui est mis en avant, il s’agit en fait d’une réalisation à huit mains, avec Chazelle aux manettes des deux premiers épisodes. Les six autres chapitres ont été mis en scène tour à tour par Houda Benyamina (Divines), Laïla Marrakchi (Marock) et Alan Poul (Six Feet Under). Ce recours à la coréalisation s’inscrit dans l’esprit de la série dont chaque épisode est dédié à un personnage via sa perspective et son rapport avec le club tenu par Elliot Udo (André Holland).

 

The Eddy

The Eddy

 

Point central de la narration et personnage à part entière, The Eddy et sa musique servent de point de repère, créant un lien entre ceux qui circulent dans ce lieu singulier. Pour autant, la multiplication des intrigues et la succession des réalisateurs derrière la caméra comportent son lot d’atouts et de faiblesses. Certes, elles offrent une diversité rafraîchissante qui tranche avec ce que l’on voit généralement dans de nombreuses productions plus conventionnelles. Néanmoins, le scénario finit par s’éparpiller et la qualité de réalisation fluctue selon les épisodes.

 

Si nous sommes d’emblée immergés dans cet univers réaliste qui tourne autour de l’amour pour la musique, cette introduction captivante laisse place à un développement plutôt aléatoire. La patte artistique déjà très affirmée de Chazelle semble être difficile à égaler pour les cinéastes qui le succèdent. Peut-être par difficulté à perpétuer un dénouement intéressant en se focalisant uniquement sur le rapport des personnages à cette salle de concerts. On nous embarque dans une enquête policière alors qu’on aurait préféré en savoir davantage sur le club lui-même.

 

The Eddy

The Eddy

 

Malgré ces quelques défauts difficilement évitables pour une mise en scène collective, elle regorge de belles surprises du début à la fin. On admire l’application avec laquelle l’ambiance authentique est portée à l’écran -les décors sont signés Anne Seibel (Minuit à Paris)- jusqu’à constituer un groupe, dont les performances sont filmées en direct, spécialement pour la série.

 

Au-delà des prouesses techniques qu’implique le tournage des scènes musicales en live, contribuant à l’aspect quasi documentaire de l’ensemble, on est touchés par le regard très intime qui est porté sur les personnages. Le réalisme poétique et lyrique qui transparaît tout au long de cette cocréation mélancolique aux décors urbains nous séduit continuellement.

 

 

 

  • THE EDDY
  • Diffusion : 8 mai 2020
  • Plateforme /Chaîne : Netflix
  • Création : Damien Chazelle, Jack Thorne
  • Réalisation : Damien Chazelle, Houda Benyamina, Laïla Marrakchi, Alan Poul
  • Scénario : Jack Thorne, Rebecca Lenkiewicz, Rachel De-Lahay, Hamid Hlioua, Phillip Howze
  • Musique : Glen Ballard, Randy Kerber
  • Avec : André Holland, Leïla Bekhti, Amandla Stenberg, Damian Nueva, Joanna Kulig, Adil Dehbi, Lada Obradovic, Ludovic Louis, Randy Kerber, Tahar Rahim…
  • Durée : 8 épisodes de 53 à 69 minutes

 

Commentaires

A la Une

Blue Movie, le porno satirique que Stanley Kubrick a manqué de réaliser

Le réalisateur d’Orange Mécanique s’est vu un jour proposer de porter à l’écran un récit parodique sur l’industrie pornographique, l’histoire… Lire la suite >>

Emma Mackey bientôt dans la peau d’Emily Brontë

La jeune interprète de Maeve, l’adepte de littérature féministe de Sex Education, a décroché le rôle-titre d’Emily, le biopic de… Lire la suite >>

Madi : Duncan Jones prépare la suite de Moon et de Mute en roman graphique

Le cinéaste britannique a ouvert un kickstarter afin de financer Madi : Once Upon A Time In The Future, sa BD située… Lire la suite >>

[À l’écoute] Quand la trilogie originelle Star Wars fut adaptée en feuilleton radiophonique

En 1981, 1983 et 1996, la saga de George Lucas a été transposée en feuilleton radio. Une version romancée des… Lire la suite >>

Heroes & Villains : David Robert Mitchell s’essaie au film de super-héros

Le réalisateur de Under The Silver Lake et de It Follows s’apprête faire son entrée dans l’univers des super-héros avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts