Série / Run (Saison 1) : critique

Publié par Erica Farges le 27 mai 2020

Synopsis : L’histoire de deux anciens amants qui, 15 ans auparavant, ont fait un pacte. Un pacte où ils s’engageaient à disparaître ensemble si jamais l’un d’entre eux, ayant besoin de s’échapper de sa vie, avait envoyé ce simple et unique texto disant : « RUN ».

♥♥♥♥

 

Run - affiche

Run – affiche

Deux anciens amants, un pacte secret passé il y a plus de quinze ans, un périple en train à travers les États-Unis… Ces quelques vagues détails annoncés par le pitch et la bande-annonce ont intrigué. On se demandait ce que Vicky Jones allait nous réserver pour cette première œuvre télévisuelle en solo. Et c’est une très bonne surprise. L’habituelle partenaire artistique de Phoebe Waller-Bridge (Fleabag), ici productrice et membre du casting dans un rôle secondaire, réitère le ton décalé des autres séries pour lesquelles elle a collaboré tout en proposant un dénouement rocambolesque porté par un concept assez original. À partir d’éléments plutôt communs, l’équipe de réalisateurs et scénaristes dont s’est entourée Jones est parvenue à élaborer une romance déjantée qui ne manque pas de surprendre. Le tout dans une mise en scène assez sobre et réaliste qui fait ressortir les touches fantaisistes, conférant un charme singulier à l’ensemble. Le premier épisode s’ouvre sur Ruby (Merritt Wever). Assise dans sa voiture garée dans un parking de supermarché, elle parle au téléphone avec son mari en lui promettant d’aller chercher leur fils et rentrer à temps pour réceptionner une commande. En raccrochant, elle reçoit un texto d’un certain Billy, que nous découvrons quelques minutes plus tard sous les traits de Domhnall Gleeson (Star Wars, The Revenant, True Grit). Un seul mot, trois lettres, en majuscule : « RUN ». À ce moment-là, l’histoire qui commençait de manière totalement banale bascule vers l’improbable et l’absurde. Sans aucune explication, l’héroïne renvoie ce même mot, quitte le parking, va jusqu’à l’aéroport pour prendre un vol à destination de New York et monte dans un train à la Grand Central Station. Cette première séquence absolument déconcertante donne le tempo pour le reste de la première saison. À la fois succincte et décalée, Run mélange efficacement divers registres.

 

Merrit Wever et Domhnall Gleeson - Run

Merrit Wever et Domhnall Gleeson – Run

 

Tout au long de ses sept courts épisodes de moins de trente minutes, elle reprend habilement les codes de la comédie, du drame romantique, de la satire, du road movie et du thriller pour nous délivrer peu à peu les dessous de ce pacte fou, ainsi que des informations sur le background des héros. C’est justement ce mystère, conservé dès le début de l’action, en plus du lien toujours intact entre Ruby et Billy, malgré les nombreuses années de séparation, qui sert de moteur à la série afin de maintenir un fil conducteur rythmé et riche en rebondissements.

 

Avec les chapitres, qui s’intitulent selon une action précise, et le train comme décor quasi unique, le tout prend l’allure d’un jeu de pistes et de défis dans lequel on rentre aisément, surtout grâce au charisme deux acteurs principaux. Merrit Wever (Marriage Story, Bienvenue à Marwen, Birdman) et Domhnall Gleeson offrent des performances excellentes dans les rôles de ces ex-amoureux, perdus de vue depuis plus de quinze ans, mais dont l’alchimie entre eux perdure. Cocasse et hilarante, la série de Vicky Jones possède aussi une dimension plus sérieuse avec une réflexion sur la nature humaine. Une chose est sûre : lorsque vous embarquez dans ce train, préparez-vous à vivre une folle et romantique fuite du quotidien en compagnie d’un couple hors normes.

 

 

 

  • RUN
  • Diffusion : depuis le 12 avril 2020
  • Plateforme / Chaîne : HBO et OCS (US+24), disponible en replay
  • Création : Vicky Jones
  • Réalisation : Kate Dennis, Natalie Bailey, Kevin Bray
  • Scénario : Vicky Jones, Stacy Osei-Kuffour, Adam Countee, David Iserson, Georgia Pritchett, Kirstie Swain
  • Avec : Merritt Wever, Domhnall Gleeson, Archie Panjabi, Tamara Podemski, Rich Sommer, Annie Golden, Stephen Henderson, Phoebe Waller-Bridge, Deirdre Lovejoy, Jake Bover…
  • 7 épisodes de 23-29 minutes

 

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts